Elections USA: primaires et conservateurs primitifs

La course pour les primaires du parti républicain est devenue un face-à-face entre deux ultra-con-servateurs, Mitt Romney et Rick Santorum. Une course vers le fond d’un puits, pourtant fort profond, de bêtise et de radicalisme religieux, homophobe et machiste.  A tel point que même Jeb Bush, frère d’un certain W. Bush, gouverneur du Texas et peu soupçonnable d’un quelconque tropisme libéral (au sens américain du terme), ne se reconnait plus dans les diatribes des deux millionnaires visiblement prêts à tous pour mener la bataille présidentielle contre Obama.

A tel point qu’un stratège du GOP (Grand Old Party, le petit nom du parti républicain, que certains ont aujourd’hui renommé le Ghastly Outdated Party…), Alex Castellanos, trouve très dommageable que les prétendants soient anti-sex car « sex is popular »! Et reconnait que son parti se trouve aujourd’hui aux prises avec une équipe particulièrement faible (pouvait-on descendre plus bas que Sarah Palin? Oui!) et que les sympathisants du GOP sont en pleine déprime. Newt Ginrich, qui pu croire un temps battre Rommey et Santorum dans la course aux primaires, dans un récent speech à l’Université de Tulsa (Okla) considérait que Obama était « le plus dangereux président de l’histoire moderne des Etats-Unis » et que le battre était « un devoir de sécurité nationale ». Alors que dans l’esprit américain (oserais-je dire, l’imaginaire américain) c’est quand même Barack Obama qui a liquidé Ossama Ben Laden!

la semaine dernière Rick Santorum fut invité sur le Glenn Beck show avec sa famille, et ne trouva rien de mieux à dire qu’il comprenant pourquoi Obama voulait envoyer tous les jeunes américains en fac (college): « c’est parce que ce sont des centres d’indoctrination qui font du mal au pays ».

On ne peut prédire ce qui va se passer dans les mois à venir, mais les républicains semblent face à un choix: soit ils perdent misérablement contre Obama du fait de la pauvreté de leur offre, soit ils gagent et alors on pourra raisonnablement penser que les Etats-Unis n’existent plus en tant que pays civilisé.

 

Publicités
No votes yet.
Please wait...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.