Vladimir Poutine interpelle l’Occident sur le Moyen-Orient et les équilibres mondiaux

Vladimir-Poutine-ONUSans pour autant les nommer, la mise en cause directe des USA et de la France dans le vaste merdier moyen-oriental par Vladimir Poutine, ce 28 septembre à l’ONU, souffla comme une bouffée d’air frais, un rare instant de vérité dans le théâtre d’ombres de la diplomatie planétaire.

Le discours est tout à fait intéressant (1) et a l’avantage de bien mettre les points sur les i, même s’il serait naïf de voir en Poutine un quelconque sauveur providentiel. C’est un Tsar russe avec des intérêts bien précis et des problèmes nationaux graves liés à la chute du prix du pétrole, notamment. Il doit faire bouger les lignes, cela devient pour lui aussi une question de survie.

Parlant du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, il dit:

« L’intervention extérieure agressive à entraîné, au lieu de réformes, la destruction pure et simple des institutions étatiques et du mode de vie lui-même. En lieu et place du triomphe de la démocratie et du progrès règnent la violence, la misère et les catastrophes sociales, tandis que les droits de l’homme, y compris le droit à la vie, ne sont appliqués nulle part.

J’aimerais demander aux responsables de cette situation : « Avez-vous au moins conscience de ce que vous avez fait ? » Mais je crains que cette question ne reste en suspens, parce que ces gens n’ont pas renoncé à leur politique basée sur une confiance exagérée en soi et la conviction de son exceptionnalité et de son impunité. »

« Ces gens » étant évidemment les USA et leurs vassaux, au premier rang duquel se trouve la France, tête de pont de la destruction de la Libye. Agression à laquelle Poutine fait référence plus loin:

« Il est déjà manifeste que l’absence de pouvoir constatée dans une série de pays du Proche-Orient et d’Afrique du Nord a conduit à la formation de zones anarchiques, rapidement envahies par des extrémistes et des terroristes. Des dizaines de milliers de combattants se battent déjà sous les drapeaux de l’ainsi nommé « État islamique ». On trouve parmi eux d’anciens soldats irakiens jetés à la rue suite à l’invasion de l’Irak en 2003. Un autre pays fournisseur de recrues est la Libye, dont la structure étatique a été détruite après la violation grave de la résolution n°1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU. Aujourd’hui, des membres de ce qu’on appelle l’opposition syrienne modérée, soutenue par l’Occident, viennent également grossir les rangs des radicaux. »

La résolution n°1973 instaurait un régime d’exclusion aérienne sur la Libye afin de protéger les populations de raids menés par l’armée libyenne de Kadhafi. Résolution portée par la France et le Royaume-Uni, et face à laquelle la Russie s’était d’ailleurs abstenue. La transformation de cette résolution en un acte de destruction de l’Etat libyen est la « violation grave » à laquelle fait référence Poutine. Avec raison.

Il continue en mettant en avant les contradictions entre un discours anti-terroriste traumatisant et le combat de façade effectivement mené contre l’Etat Islamique, lui-même de facto soutenu par ceux qui lui achètent son pétrole, lui livrent des armes, et cherchent à abattre le pouvoir légitime syrien plutôt que les rebelles dont les armes, fournies par les USA, se retrouvent ensuite aux mains des islamistes!

Il met ensuite en garde contre l’extension de l’OTAN face à un pacte de Varsovie défunt, et de la manipulation des règles du commerce international au profit d’une petite minorité d’initiés:

« J’aimerais relever un autre symptôme de l’égoïsme économique croissant. Une série de pays ont choisi de former des unions économiques exclusives et fermées. En outre, ces pays négocient en cachette et n’informent ni leurs citoyens, ni leurs cercles d’affaires, ni l’opinion publique, ni le reste du monde, de leurs pourparlers. Les autres États dont les intérêts peuvent être en jeu ne sont eux non plus au courant de rien. Il est probable qu’on souhaite tous nous mettre devant le fait accompli, une fois que les règles du jeu auront été réécrites – de nouveau dans l’intérêt d’un cercle étroit d’élus, et ce sans consulter l’OMC. Avec pour conséquences le déséquilibre total du système commercial et le morcellement de l’espace économique mondial. »

Là où le TAFTA et ceux qui le soutiennent en prennent pour son grade, et c’est bien mérité.

La position tranchée de Poutine sur la lutte contre le terrorisme islamique en général, ainsi que sur la situation en Syrie en particulier, illumine celle sans issue des adorateurs du « ni-ni » de la coalition anti-Assad. Ni Daesh, ni Assad. Mais alors qui? Les rebelles? On voit ce que cela a donné en Libye. Al-Qaïda? Bah. Pourquoi pas BHL? Je le vois bien installé en pacha dans son palais de Damas, entouré d’amazones en armes et de photographes de mode.

Notes:

(1) http://www.lecourrierderussie.com/2015/09/discours-vladimir-poutine-onu-version-complete/ 

Article très objectif et complet sur la situation actuelle en Syrie: http://www.atlantico.fr/decryptage/bombardements-russes-allies-americains-en-syrie-incident-militaire-entre-arabie-saoudite-et-iran-retrait-palestiniens-accords-2362242.html?yahoo=1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s