Surarmement policier ou le risque de la force d’occupation

En mai 2015 Barack Obama annonçait son projet d’interdiction pour la police de continuer à s’équiper en certains types d’équipements militaires, et de contrôler sérieusement les types d’armes déployées par les polices locales. il ajoutait: « Nous avons vu comme l’armement militaire peut parfois donner l’impression aux gens d’être face à une force d’occupation, plutôt qu’à une force faisant partie de la communauté et destinée à les servir et à les protéger. Cela peut aliéner et intimider les populations locales, et envoyer le mauvais message. Donc nous allons interdire certains équipements destinés au champ de bataille et non à la police. » (1)

Cette déclaration fut faite suite aux « dérapages » policiers ayant menés à des émeutes, à Camden, Baltimore et Fergusson. Un rapport commandé par Obama sur la police indique que « la culture du maintien de l’ordre devrait s’inscrire dans une posture de protecteur plutôt que de guerrier, afin de construire la confiance et la légitimité au sein même des institutions et auprès du public. » (2)

La militarisation de la police est un très sérieux problème aux USA. Du fait du recyclage des surplus du complexe militaro-industriel qui tourne à plein régime depuis le début de la coûteuse autant qu’inutile « guerre contre le terrorisme », déclarée par G.W.Bush suite au 11 septembre 2001, Les policiers américains disposent de véhicules blindés armés de mitrailleuses, et le personnel ressemble en tous points aux GIs déployés sur les zones de guerre. Les armes sont les mêmes, et l’attitude des policiers est devenue celle d’une force d’occupation haïe par une grande partie de la population, à commencer par celle qui est leur cible privilégiée, les noirs.

Aux USA, les terroristes ont réussi un coup de maître: c’est la police américaine elle-même qui fait leur boulot, alimentant la peur et la haine avec en ligne de mire la radicalisation des uns et des autres, la polarisation extrême de la société avant son auto-destruction finale dans un bain de sang.

Les Etats-Unis sont en tous point l’exemple parfait de tout ce qu’il ne faut surtout pas faire en réponse à une crise telle celle que vit la France aujourd’hui: transformer un problème politique et social en un problème militaire et policier. Détruire ce qui reste de sympathie envers les forces de l’ordre en les transformant en force d’occupation. Ouvrir en grand les portes du terrorisme administratif et policier sous la bannière de l’état d’urgence, régime de fait instauré aux USA par le Patriot Act.

Evidemment, c’est exactement l’exemple que compte suivre François Hollande, et ce que ferait à peu près toute la classe politique française: surfer sur l’horreur afin d’asseoir son pouvoir en sortant du champ de la légitimité démocratique, « pour notre sécurité » bien sûr.

Qu’un état d’urgence s’installe pendant quelques jours suite à une telle attaque, cela peut se comprendre: il faut réagir tant que que d’éventuels complices sont encore sur le terrain, quitte à ratisser plus large que ce que ne permettrait une procédure régulière. Mais instaurer un tel état anti-démocratique pour plus longtemps relève du chantage sécuritaire et doit être combattu.

Que la police dispose d’un armement lui permettant, le cas échéant, de combattre des terroristes armés de kalachnikovs est compréhensible, mais c’est déjà le cas: la police nationale dispose, en plus des armes de poing et tasers, de pistolets-mitrailleurs et fusils à pompe. Le RAID dispose en plus de cela de fusils d’assaut et de fusils de précision pour les tireurs d’élite (3). Seraient-ils plus efficaces dotés de mitrailleuses et de chars? Non. Plus dangereux pour nous? Certainement.

NB: Selon cet article du Guardian repris par les Echos, la police US a tué mille personnes depuis le début de l’année… (4)

Notes

(1) http://www.theguardian.com/us-news/2015/may/18/president-obama-limits-supply-military-style-equipment-police

(2) “Law enforcement culture should embrace a guardian – rather than a warrior – mindset to build trust and legitimacy both within agencies and with the public,” the report said.

(3) http://le.raid.free.fr/armement.htm

(4) http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/021484646850-mille-personnes-tuees-par-la-police-americaine-depuis-le-debut-de-lannee-1175906.php#xtor=CS1-25

 

Mes autres articles dans cette série dédiée aux attentats de Paris du vendredi 13 novembre:

Monsieur le Président, je ne suis pas d’accord (17 novembre)

Suite Vendredi 13: le communiqué de Daech et le discours de François (16 novembre)

Vendredi 13: regarder au-delà de l’hypocrisie (16 novembre)

2 thoughts on “Surarmement policier ou le risque de la force d’occupation

  1. Ping: Etat d’urgence: il y a bien un dieu pour les imbéciles | Ze Rhubarbe Blog

  2. Ping: Do Not Resist: un documentaire effarant sur le joug policier – Ze Rhubarbe Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s