C’est la rentrée…

C’est la rentrée, et c’est en tant que père dont les enfants sont sortis du secondaire que je souhaite, un brin cynique, bon courage à l’ensemble des élèves et profs qui se retrouvent en ce lundi 4 septembre.

Bon courage aux profs qui vont devoir subir une hiérarchie dont les seuls objectifs sont la ligne budgétaire et l’étouffement de toute problématique susceptible de gêner leurs donneurs d’ordres politiques et institutionnels.

Bon courage à ces mêmes profs obligés de faire suivre des programmes souvent débiles à leurs classes surchargées, pour les amener à des examens truqués où les taux de réussite sont déterminés à l’avance par choix politique.

Bon courage encore à ces profs obligés de subir, quasi à poil, des élèves – et parfois leurs parents – mal élevés, cons, arrogants, agressifs, n’ayant aucune envie d’être en classe et dont certains en arrivent à opposer le coran à l’éducation!

Mais bon courage aussi, et surtout, à ces gosses obligés d’être assis des heures durant à l’encontre de tout bon sens physiologique, obligés de se lever le matin à point d’heure alors même que l’on sait pertinemment que c’est contre-productif. Bon courage à ces gamins et fillettes obligés de trimbaler des cartables pesant 20% (en moyenne, bien plus pour les petits gabarits) de leur poids corporel alors que l’on sais pertinemment que pour éviter les problèmes de dos ultérieurs il ne faut pas dépasser 10%. C’est juste une question d’organisation mais on s’en fou, les gamins ne votent pas.

Bon courage au nombreux élèves obligés de subir des profs nuls et chiants débitant des cours inchangés depuis des années, dénués de toute compétence pédagogique (ben oui, c’est le seule chose que l’on apprend pas à l’école des profs), ou juste là pour le salaire garanti et les vacances.

Bon courage, encore, aux gamins et gamines qui aiment bien apprendre, mais qui doivent subir les quolibets voir les insultes et agressions des petites racailles dont l’objectif principal est de pourrir les classes auxquelles ils ou elles participent. Non pas que ces « sales gosses » soient vraiment responsables, nombre d’entre eux subissent à leur tour un environnement socio-économique et/ou familial déplorable, mais les autres enfants n’ont pas à en faire les frais. C’est au politique de trouver des solutions.

Bon courage à toutes et tous, et chapeau aux survivants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s