Guerre commerciale avec la Chine: que veut Trump?

Cet été Donald Trump a démarré des guerres commerciales avec la Chine, l’Europe, le Canada et le Mexique mais également, via l’abrogation de l’accord sur le nucléaire iranien, avec toute société en affaires avec l’Iran. Toutes les sociétés françaises ayant établit des relations commerciales avec l’Iran, suite à l’accord sur le nucléaire, ont quitté les lieux sous la menace américaine de se voir interdire d’opération sur le marché US. C’est un chantage honteux mais c’est un fait qui illustre l’interconnexion entre l’économie et la géopolitique, mais c’est évidemment avec la Chine que la bataille est la plus spectaculaire. 

Ce lundi Donald Trump a fait monter la température de plusieurs crans en annonçant de nouveaux tarifs (droits d’entrée) sur les importations chinoises, tarifs désormais applicables sur une valeur importée de l’ordre de 276 milliards de dollars, plus de la moitié des importations totales en provenance de Chine qui s’élèvent à 500 milliards de dollars (1).

La Chine en retour a également frappés de tarifs 60 milliards de dollars d’importations US supplémentaires, mais sa marge de manœuvre est limitée du simple fait que la Chine n’importe en tout (hors ventes réalisées par des sociétés US produisant en Chine pour le marché chinois), « que » pour 130 milliards de dollars de produits d’origine US. Il est donc évident que les sanctions douanières imposées par Trump à la Chine font bien plus mal que l’inverse, et que même si la Chine tente de créer d’autres problèmes aux américains (par exemple en sabotant fiscalement et réglementairement les entreprises US installées en Chine), le manque à gagner associé aux tarifs américains se fera sérieusement sentir et poussera sans doute le régime chinois à revenir à la table de négociation.

Pour négocier quoi? Nous sommes à deux mois des élections de mi-mandat, dite de midterm, où se joue le renouvellement entier du Congrès et un tiers du Sénat. Grosse échéance donc car avec un Congrès majoritairement dans l’opposition un Président US perd la plus grande partie de ses moyens d’action. Or les Démocrates ont de sérieuses chances de conquérir le Congrès (2) du fait que de nombreux sièges Républicains sont remis en jeu et que Trump ne brille pas dans les sondages avec ses 40% d’avis positifs – mieux, certes, qu’un Macron mais cela n’est pas comparable du fait du caractère binaire du système US.

Trump fait donc tout ce qu’il peut pour redorer son image et sauver « son » Congrès, et au centre de son action se trouve la « défense » des travailleurs américains face aux importations étrangères – et notamment chinoises – accusées d’être « injustes » du fait que la Chine ne respecte pas les règles du commerce international – notamment en matière de propriété intellectuelle, et des fortes contraintes sur les entreprises US établies là-bas. Les tarifs douaniers doivent permettre de relancer la production US, qui deviendrait plus compétitive du fait que les prix chinois augmentent avec les tarifs, protégeant ainsi les emplois de sa base électorale – ouvriers industriels et agricoles en premier lieu.

L’accusation d’injustice formulée par Trump face à la Chine est défendable: le marché chinois est bien moins ouvert aux importations et implantations commerciales étrangères que l’inverse. La double monnaie chinoise (dollar pour l’international et le yuan pour le national, considéré comme artificiellement dévalué) lui permet de contrôler le prix de marché réel des produits vendus sur le marché interne. Et les conditions sociales et environnementales chinoises, même si des efforts sont faits par le régime pour éviter que sa population ne meure en masse sous l’effet de la pollution, sont loin d’être celles de l’Occident, ce même si les USA de Trump s’activent de leur côté pour niveler tout ceci par le bas.

Trump se dit décidé d’obliger les chinois à négocier, et prêt à taxer l’ensemble des importations chinoises s’il le faut. Il en fait une cause de patriotisme, accusant la Chine de vouloir s’en prendre directement à l’électorat trumpiste en appliquant ses propres tarifs. Quels seront les effets de tout cela?

A court terme il est évidemment peu probable que l’industrie US recrée les infrastructures nécessaires pour fabriquer in situ la majorité des produits chinois visés par les tarifs, mais l’effet psychologique sur la population ouvrière américaine, grandement précarisée, peut être suffisamment fort pour garantir une victoire électorale de mi-mandat. La réalité sera que les produits chinois seront tout simplement plus chers, au mieux ils seront au même prix que celui des équivalents made in USA lorsque ceux-ci existent, impactant ainsi le pouvoir d’achat des américains.  Il est donc peu probable que les citoyens US y trouvent grand chose à gagner, ce type de protectionnisme ne pouvant être efficace que lorsqu’il cible des produits ou une industrie pour laquelle existe une réelle alternative locale.

D’un autre côté ce renchérissement de produits chinois peut mener, côté américain, à une diminution de la consommation et à des effets positifs en termes de recyclage et d’économie au sens premier du terme, ainsi qu’en termes d’écologie: moins de stockage, moins de transports, moins de déchets.  Côté chinois, un manque à gagner sérieux sur le marché US pourrait l’obliger à reconsidérer ses pratiques productivistes tendance esclavagiste, à renchérir naturellement ses produits en investissant plus dans la protection environnementale, et à se spécialiser dans certaines industries où elle détient un avantage compétitif solide.

Nous entrons donc dans une période très tendue qui va durer jusqu’aux élections de mi-mandat, début novembre, avec un Trump qui va jouer son va-tout pour remettre ses forces en ordre de bataille. La Chine le sais et va devoir suivre une fine ligne rouge entre sembler céder et donner raison à Trump, ou répondre de manière trop agressive et à nouveau donner raison à Trump.

Si Trump perd le Congrès, la suite des opérations dépendra en bonne partie de l’attitude du nouveau Congrès. Si Trump gagne et garde le Congrès, le bras de fer continuera jusqu’à ce que les US gagnent et obtiennent des concessions des chinois, ou renoncent face à l’appauvrissement des ménages US dû aux tarifs douaniers.

A l’échelle planétaire la guerre commerciale aura tendance à renchérir les investissements et diminuer les flux, est-ce une bonne ou une mauvaise chose tout dépend de l’angle de vue. A court terme la diminution de la consommation US devrait avoir un impact négatif au niveau de l’emploi des travailleurs chinois, tout en impactant négativement le pouvoir d’achat des ménages américains s’il n’a pas d’alternatives. A plus long terme il n’est pas impossible que la guerre commerciale de l’anti-écologiste Trump ait, à son corps défendant, un impact positif sur la planète en réduisant ou en rendant plus propre la production chinoise.

 

Notes:

(1) https://www.theguardian.com/business/2018/sep/18/china-us-new-tariffs-donald-trump-trade-war?CMP=twt_gu

(2) https://www.theguardian.com/us-news/ng-interactive/2018/sep/17/midterms-2018-vote-election-date-senate-house-who-will-win-candidates-all-you-need-to-know-explained 

One comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.