La Cisjordanie en jeu ou l’enjeu du Grand Israël.

Benjamin Netanhayou, le présumé mafieux (1) et grand ami de Jared Kushner, conseiller présidentiel de Donald Trump et beau-fils du même, continue dans sa folle course à la récupération de l’extrême-droite israélienne tout en essayant de s’assurer, par le copinage et la corruption, l’aval inconditionnel du grand frère US (2). En cause ici: la nécessité d’une victoire aux prochaines élections anticipées du 17 septembre qui font suite à l’incapacité de Netanyahou à former un gouvernement après celles d’avril dernier.

Pour ce faire Netanhayou annonçait, lors d’une conférence de presse mardi dernier, qu’en cas de victoire il promettait aux sionistes (et surtout ceux des territoires occupés) l’annexion immédiate de la vallée du Jourdain et l’étendue de la souveraineté israélienne aux territoires occupés (illégalement selon la loi internationale) par les colons israéliens en Cisjordanie (3):

Une telle annexion de fait de la Cisjordanie nécessite l’aval du protecteur US, et ce n’est pas pour rien que Netanyahou faisait récemment un tour en hélicoptère de la région avec John Bolton, un dangereux prédateur de l’ère G.W. Bush et, jusqu’il y a encore quelques jours, troisième conseiller de Trump à la sécurité nationale (4).

John Bolton n’est plus mais le très puissant lobby israélien qui « organise » le support inconditionnel de l’establishment US, l’AIPAC (5), résiste même si certains au Congrès osent commencer à poser quelques questions sur cette entreprise de haute corruption en leur sein (6). Et pas qu’aux USA d’ailleurs, les différentes filiales de Israël Inc. nourrissant la manipulation victimaire visant à l’interdiction de toute critique au nom de la lutte contre l’antisémitisme (7).

Le bond en avant vers le Grand Israël.

Cette annonce de quasi-annexion de la Cisjordanie représente le second pilier de l’évolution d’Israël vers un Grand Israël (l’Israël biblique) ethniquement purifié, évolution revendiquée par le Likoud (principal parti d’extrême-droite sioniste) et « permise », symboliquement parlant, par la décision de Trump de déménager l’ambassade US de Tel Aviv à Jérusalem (8) – enfonçant ainsi un clou définitif dans le cercueil de la solution à deux Etats.

Le premier et nécessaire pilier de ce « grand bond en avant » étant la décision, prise par le Parlement israélien début 2018, d’instaurer l’apartheid afin de garantir, face au changement démographique à venir qui pourrait faire naître une majorité arabe au sein même d’Israël, qu’Israël ne pourra jamais être autre chose qu’un Etat juif et que ce seront donc toujours les juifs, même minoritaires, qui décideront de sa politique.

Les défenseurs d’Israël justifient tout ceci, ainsi que la non application des résolutions de l’ONU au sujet des territoires occupés, ou l’annexion illégale du Golan, au nom de la survie même de l’Etat juif. C’est une ligne imparable au sens où effectivement, si Israël recherchait la paix et l’intégration avec ses voisins arabes, tôt ou tard il disparaîtrait en tant qu’Etat juif sous la pression démographique et culturelle arabe. Est-ce pour autant une ligne recevable, là est une question tenant plus du religieux que du politique. Il est de ce fait important de se rendre compte combien la religion est au centre du conflit moyen-oriental (10).

Une opportunité pour Force Juive.

Il n’est pas évident que cette tentative de dernière minute pour s’attirer les votes des sionistes purs et durs, ceux qui votent traditionnellement pour le parti Force Juive (11), fonctionne car si tel était la volonté de Netanyahou pourquoi avoir attendu aussi longtemps? Force Juive, qui a récupéré la militance du mouvement radical d’extrême-droite du rabbi Meir Kahane (répudié de la Knesset, assassiné en 1990), se dit par contre prête à collaborer avec Netanhayou. Logique, car si victoire il y a elle serait par une courte tête et du fait de Force Juive, donnant ainsi à ce parti extrémiste un pouvoir tout à fait réel.

Les USA, de leur côté, ont un plan (encore) pour mettre un terme au conflit israélo-palestinien, mais qu’ils ne dévoileront qu’à l’issue des élections du 17 septembre. Si Netanyahou gagne sur une plateforme d’annexion de la Cisjordanie, je vois mal quel plan – raisonnable – les USA pourraient proposer qui intègre un tel scénario sans contrepartie plus que significative pour les Palestiniens. Contrepartie qu’Israël refuserait d’office, bien évidement.

La tension va certainement monter dans les jours qui viennent, des attentats et contre-offensives probables, et il faudra ensuite voir si la majorité israélienne aura succombé aux manœuvres ultra-sionistes de Netanyahou & Cie ou si elle sera capable de réaliser, un pied dans le vide, qu’il ne tient qu’à elle de calmer le jeu.

Alors bien sûr les défenseurs inconditionnels d’Israël pointeront les terroristes islamiques et les Iraniens qui veulent la fin de l’Etat juif, mais ces terroristes ne posent pas plus de problèmes à Israël qu’aux autres pays arabes et les Iraniens, si on leur enlevait le pistolet de la tempe, auraient bien d’autres shahs à fouetter que la destruction d’Israël et leur propre annihilation en retour.

Liens et sources:

(1) https://www.lci.fr/international/israel-benjamin-netanyahu-vise-par-une-triple-procedure-d-inculpation-en-pleine-campagne-electorale-2114261.html

(2)

(3) https://www.lemonde.fr/international/article/2019/09/10/netanyahou-promet-d-annexer-la-vallee-du-jourdain-en-cisjordanie-s-il-est-reelu_5508786_3210.html

(4) https://www.lemonde.fr/international/article/2019/09/11/pour-la-presse-americaine-le-depart-de-john-bolton-ne-mettra-pas-fin-au-chaos-a-la-maison-blanche_5508903_3210.html

(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Israel_Public_Affairs_Committee

(6) https://thehill.com/regulation/lobbying/457456-activist-group-files-ethics-complaint-against-aipac-over-congressional

(7)

(8)

(9)

(10)

(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Otzma_Yehudit

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

3 réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.