Alexandre Langlois balance sur la police, Castaner et la violence d’Etat.

Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat Vigi, bête noire de la mafia policière et de ses donneurs d’ordre au sommet de l’Etat français, envoie du lourd dans cette vidéo tournée dans un café parisien par la Mule du Pape.

Il y explique les pressions exercées par la hiérarchie policière pour obtenir certains résultats statistiques, qui sont tous faux. Exemple: la brigade avec les meilleures statistiques (100 cas résolus par mois) se contente en réalité d’appréhender chaque jour trois sans-papiers ou fumeurs de shit. Certains, comme lui, résistent dans une ambiance kafkaïenne à laquelle on ne croirait pas s’il s’agissait d’un film.

Il explique la dictature des statistiques bidons qui permettent au gouvernement de faire de la com et aux commissaires d’engranger, de manière frauduleuse, des dizaines de milliers d’euros de primes. Des policiers sommés de « trouver » de la délinquance ou autant d’outrages afin de coller à la norme imposée. Quitte à provoquer ces incidents.

Organiser la désorganisation.

Il explique longuement la stratégie de l’Etat pour « organiser la désorganisation » en matière de maintien de l’ordre, la hiérarchie policière et son ministre s’organisant sciemment pour mettre en avant les noyaux durs (black blocs, gilets jaunes) afin de justifier la répression sauvage qui, ainsi, fait fuir la plupart des manifestants potentiels « normaux ».

Sa connaissance intime des procédures policières, des enjeux politiques, des acteurs, de l’histoire souligne avec force les incroyables dérives anti-républicaines lancées par la clique Nicolas Sarkozy, reprises par Manuel Valls jusqu’à l’apothéose actuelle sous Macron et ses ministres mafieux dont Castaner est l’exemple suprême.

Quarante minutes de pongée en apnée dans un univers politico-policier monstrueux, ennemi de tout principe républicain, entièrement dévolu à l’enrichissement de sa hiérarchie et à la promotion politique de ses hauts dirigeants. Il termine sur un appel à un retour à une police propre car, aujourd’hui, même les policiers honnêtes qui voudraient manifester à côté des gilets jaunes ont peur de le faire, sachant l’état d’esprit et la manière dont est géré le comportement des « collègues » en face.

Cela devient lassant à force de répétition mais il y a, en France, un très gros problème avec la gestion de la police et sa transformation en un instrument de terrorisme et de prédation au profit de sa hiérarchie et de ses chefs politiques. En France mais ailleurs aussi, et pas seulement dans les dictatures comme le montre le documentaire Do Not Resist sur la police américaine (1).

Et pour suivre…

Conflits internes à la préfecture de police de Paris dans le cadre de l’assassinat de quatre policiers par un fonctionnaire radicalisé:

Liens et sources:

(1)

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.