Covid-19, l’étendard des psychopathes En Marche.

La psychopathie est un trouble de la personnalité, caractérisé par un comportement antisocial, un manque de remords et un manque de « comportements humains », généralement associé dans la culture populaire à un mode de vie criminel et instable.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychopathie

Parmi les révélations de la crise du Covid-19, celle de l’infection à grande échelle des institutions françaises par le « virus » de la psychopathie. Gouvernement, Assemblée Nationale, ministères de l’Intérieur, de l’Education Nationale et de la Santé sont particulièrement atteints.

Ce virus existe aussi chez nos voisins bien sûr, mais pas avec la même intensité et ce, sans doute, du fait de constructions plus fédérales ou de parlements réellement représentatifs de leurs populations, toutes choses permettant de limiter l’éventuelle folie furieuse d’un pouvoir trop centralisé.

La Vème république française a de tous temps été sujette à la contamination psychopathique, son principe étant de maximiser les pouvoirs de l’Exécutif afin de sortir des blocages politiques. Une situation que l’on pouvait peut-être admettre à l’époque des véritables Hommes d’Etat que furent, malgré tous leurs défauts, De Gaulle, Mitterrand ou Chirac. Un Etat fort aux mains de personnalités ayant connu le fascisme et profondément conscients que, malgré ses atours, cette voie-là était sans issue.

Une Vème République aux mains de casseurs.

Mais les choses ont changé avec la disparition de cette génération et son remplacement par des arrivistes ineptes à autre chose que les jeux de pouvoir et le théâtre politico-médiatique. Pour cette nouvelle génération emmenée par Sarkozy en 2007, la réalité est devenue virtuelle: des chiffres. La population est devenue une menace, une chose bruyante et coûteuse à contrôler et à réprimer. L’Etat est devenu une entreprise, voire une Start-up Nation qui privilégie les « gagnants » et jette les autres, « ceux qui ne sont rien ». Un business pour qui la santé doit être « rentable », qui socialise ses pertes au sein de la population mais privatise ses bénéfices au profit de ses « actionnaires », le grand capital et les potes du patron.

En parallèle à cela, et au nom de la même dynamique, la technocratie française est passée de la fonction de courroie de transmission entre la décision politique et la réalité publique, à celle d’un Etat dans l’Etat dont le seul et unique but est de maximiser ses propres privilèges aux dépens de l’ensemble. Déconnectée du réel mais ayant tout pouvoir sur lui, elle façonne les institutions afin d’enfermer la population dans un marigot réglementaire, un inextricable marécage administratif, une répression à outrance face auxquels seuls quelques privilégiés, ou très courageux, ont la possibilité de se défendre.

Elle pratique le totalitarisme si bien décrit par tant d’auteur.e.s, de Arendt à Foucault en passant par Orwell et autres: la pression conjointe de l’absurde et de la violence menant, d’un côté, à une majorité docile et silencieuse qui signe consciencieusement ses attestations dérogatoires, et de l’autre une petite minorité visible et repérable à ses gilets colorés. Une proie facile et jouissive pour ses chiens de garde surarmés et, surtout, un avertissement à la majorité docile: obéissez ou souffrez au plus profond de votre chair et de votre dignité.

Virus psychopathique ARN.

De ceci émerge, tel un virus issu d’un corps pourri, la psychopathie d’Etat. Nul besoin d’invoquer quelque grand complot ou nouvel ordre mondial, la vérité est bien plus organique: la corruption des sphères exécutives et technocratiques au profit de toutes sortes d’intérêts particuliers, souvent invoqués sur ce blog (1), associée à l’absence de contre-pouvoirs autres que de façade, pourrit la tête de l’Etat et lâche sur le reste du corps des bouts d’ARN (Anti-Republicanisme Notoire) prédateurs voire mortels.

Le récent vote en faveur de la loi Avia, présentée ici dans l’article « Loi Avia, avatar politique de la peste aviaire« , une loi résolument liberticide présentée par une imbécile raciste et homophobe au non de la lutte contre la haine est, en réalité, une loi en faveur de la puissance des Gafam et un réel danger pour la survie des petites plateformes. Ce désir de contrôle de la pensée est un symptôme classique de la domination psychopathique..

La police, bien évidemment, est un cluster majeur de l’épidémie psychopathique. Une problématique très largement couverte depuis des années, sur laquelle de nombreux essais et ouvrages sont publiés, tel celui d’Alexandre Langlois intitulé « L’Ennemi de l’Intérieur« . Il suffit de voir, côte à côte, l’inepte mafieux Castaner et le nazi bêlant Lallement pour se rendre compte à quel point cette institution est définitivement pourrie.

https://i0.wp.com/static1.purepeople.com/articles/6/37/90/16/@/5474261-didier-lallement-prefet-de-police-de-pa-950x0-1.jpg?w=664&ssl=1
Lallement et Castaner rigolent sur le dos de la République.

Tous les policiers ne sont pas pourris, certes. Certains, à l’image d’Alexandre Langlois, Noam Anouar et d’autres, tentent de faire du bon travail de police malgré la prédation des psychopathes qui peuplent leur hiérarchie. On peut se rendre compte des dommages que cette hiérarchie psychopathique inflige non seulement à la population mais aux policiers eux-mêmes, par exemple par le livre de Jean-Marie Godard « Paroles de flics« .

Néanmoins, que peuvent-ils face à une majorité décérébrée, une IGPN corrompue et un régime donneur d’ordres intrinsèquement violent et répressif? Hors une révolte que leur construction psychologique leur interdit, pas grand chose tant qu’un pouvoir réellement démocratique et républicain ne reprenne le dessus et fasse le ménage, mais tout est fait pour que cela n’arrive jamais.

Ce constat n’est pas nouveau mais le Covid-19 révèle le virus psychopathique ARN sous une forme purifiée. La rationalité jetée aux orties du fait de la panique générale, la crise engendre une guerre de la technocratie contre l’ensemble du corps national (2), une charge virale massive de psychopathie projetée dans les voies respiratoires de la population afin de l’étouffer, la mettre à genoux, la placer sous respirateur artificiel, la déshumaniser.

Les enfants face aux psychopathes.

Après les vieux isolés dans leurs Ehpads et confrontés à des fins de vie terrifiantes, après les soignants qui comptent aujourd’hui leurs morts par manque de matériel, après les « premiers de corvées » soumis aux mensonges et inepties gouvernementales, après toute une population déchue de ses droits, infantilisée, incarcérée, rackettée, les psychopathes s’en prennent désormais directement aux enfants.

Après avoir maintenu des millions d’enfants en détention, les avoir culpabilisés en tant qu’assassins potentiels de leurs grands-parents, les avoir soumis à un stress constant pendant 55 jours au nom d’un confinement absurde, le régime a enfin ré-ouvert les écoles mais fait désormais peser sur eux, et sur ceux et celles qui les encadrent, une réglementation despotique, inhumaine, débilitante qu’aucune personne saine d’esprit ne pourrait imaginer:

Pourtant ces enfants, hors rares exceptions, ne craignent pas le Covid-19. Ils peuvent être contaminés – et le plus souvent par des adultes, à en croire le Rapport 46 de l’OMS, mais n’en souffrent pas et sont très peu contaminants.

L’objectif des procédures de distanciation appliquées aux enfants vise avant tout de protéger l’administration, les responsables locaux (directeurs d’écoles, maires) et les adultes (profs, parents). Pas les enfants, mais ce sont eux qui paient. Les procédures inventées par les psychopathes de l’EN relèvent de la maltraitance, ni plus ni moins. Ceci est bien compris par de nombreux enseignant.e.s qui refusent d’y participer, comme le dit fort bien cette lettre d’une institutrice à ses élèves:

Je mesure combien vos copains et copines vous manquent, ou peut-être le toboggan, ou le grand tableau de peinture, les jeux de construction, les histoires, le parcours de sport, nos projets… Et j’ai moi aussi beaucoup de tristesse à ne plus vivre tout ça avec vous. Peut-être aussi que vous en avez marre de rester à la maison, que vos parents sont très fatigués par tout ça, qu’ils aimeraient retrouver leur vie « normale ».

Mais l’école qui sera ouverte la semaine prochaine, ce n’est pas cette école : certains adultes imaginent que nous pourrons faire classe sans rien toucher, sans bouger, en restant éloignés les uns des autres. Ils ont dû oublier que l’école ça ne pouvait pas être ça. Ils ont pourtant été petits comme vous.

Et c’est parce que je souhaite le meilleur pour vous que je refuse que vous reveniez dans notre classe dans ces conditions. De vous voir en petits robots inactifs, passifs.

Parce que je ne peux pas imaginer passer la journée à vous empêcher de vous approcher les uns des autres, à vous interdire de vous prêter du matériel.

A détruire tous vos repères affectifs et votre confiance qui ont mis tant de temps à se construire. Certains d’entre vous commençaient à peine à oser m’adresser la parole.

Vous forcer à rester assis à la même table toute la journée.

Vous forcer à circuler dans les couloirs en respectant un sens de circulation.

Désinfecter chaque chose que vous aurez touchée.

De faire de ma classe un endroit où vous aurez peur de tomber malade, voire de mourir.

Que votre famille ait peur de mourir à cause de l’école.

Parce que je ne veux pas vous imposer l’absurdité du monde de certains adultes.

https://cerveauxnondisponibles.net/2020/05/08/lettre-a-mes-eleves-de-maternelle/?fbclid=IwAR0flvIhV9sM98r-NuNLbO8BGwv_GOrV3CBG-_Cht7sFEBlUabJ0RsOStbE

Jamais satisfaits, les psychopathes en remettent une couche avec un appel à la délation: les « propos inacceptables » d’élèves à l’encontre du gouvernement doivent être signalés aux autorités (3).

L’école et les collèges ne suffisant pas à l’appétit des prédateurs psychopathes, la toute petite enfance se voit également grillagée:

Voici une intéressante intervention sur Arte – 28 minutes d’une psychologue spécialisée dans l’enfance (surtout à partir de 6:45):

Un règlement de 40 pages est ainsi imposé aux lieux d’accueil des enfants de 0-3 ans, considérés comme pestiférés et à traiter comme tels:

Police sanitaire.

On rejoint là le désir de transformation d’une profession en officine de délation, autre symptôme d’un régime psychopathe. Une attaque à l’encontre du secret médical, également née de l’esprit dérangé des macronistes, est en cours. Toute personne dépistée positive sera interrogée par son médecin, contre rémunération, pour obtenir les noms et coordonnées de personnes récemment côtoyées. Information qui sera alors fournie aux brigades de dépistage, brigades composées d’employés de services administratifs ou de volontaires non soumis aux principes de la pratique médicale, qui pourront ainsi se présenter au domicile des « suspects » (4).

Épidémie: Où en sommes-nous vraiment?

La justification de la police sanitaire est a priori imparable: isoler les cas contaminés. C’est ce qu’il aurait fallu faire au tout début de l’épidémie, mais il est désormais trop tard pour deux raisons: d’abord le nombre de cas au sein de la population est trop important pour que l’on puisse dépister et isoler tout le monde, ensuite la population n’a plus guère confiance en l’action du gouvernement et refusera de participer suffisamment massivement pour obtenir une quelconque efficacité.

La question du nombre de cas réels, donc de la vraie valeur du fameux R, le taux de reproduction, ainsi que la dynamique de l’épidémie restent des questions ouvertes. Les épidémiologistes indépendants s’accordent sur le principe d’une épidémie en forme de cloche dont nous serions dans la toute dernière phase, mais cela n’empêche pas un possible rebond et, surtout, une diffusion invisible de l’épidémie.

Comme le dit l’épidémiologiste suédois  Johan Giesecke dans un article récemment publié dans The Lancet:

Le médecin poursuit en expliquant que, selon lui, « le COVID-19 se répand comme une traînée de poudre dans tous les pays, mais nous ne le voyons pas – il se propage presque toujours des jeunes gens qui ne présentent aucun symptôme ou des symptômes faibles à d’autres personnes qui auront également des symptômes légers. Il s’agit de la véritable pandémie, mais elle se poursuit sous la surface et atteint probablement son apogée dans de nombreux pays européens. »

Une circulation a bas-bruit du virus face à laquelle « nous ne pouvons pas faire grand-chose [pour empêcher cette propagation] : un blocage pourrait retarder les cas graves pendant un certain temps, mais une fois les restrictions assouplies, les cas réapparaîtront. »

Johan Giesecke confirme que cette propagation du virus est indépendante de toute mesure de confinement. Il parie : « Je pense que lorsque nous compterons le nombre de décès dus à la COVID-19 dans chaque pays dans un an, les chiffres seront similaires, quelles que soient les mesures prises. »

https://up-magazine.info/le-vivant/sciences/54954-la-pandemie-invisible/?utm_source=webpushr&utm_medium=push&utm_campaign=La%20pandémie%20invisible-224710

Face à ceci il faudrait donc, selon lui, rechercher des soins optimaux plutôt que freiner l’épidémie, et s’éviter ainsi le innombrables dommages collatéraux qui s’ensuivent.

En résumé, affirme l’épidémiologiste, COVID-19 est une maladie hautement infectieuse qui se propage rapidement dans la société. Elle est souvent sans symptômes et peut passer inaperçue, mais elle provoque également des maladies graves, voire la mort d’une partie de la population. Selon lui, la tâche la plus importante des services de santé « n’est pas d’arrêter la propagation, ce qui est pratiquement inutile », mais de se concentrer sur la fourniture de « soins optimaux » aux personnes gravement infectées.

https://up-magazine.info/le-vivant/sciences/54954-la-pandemie-invisible/?utm_source=webpushr&utm_medium=push&utm_campaign=La%20pandémie%20invisible-224710

Quant à savoir combien de personnes sont déjà infectées, une récente étude en Belgique propose un chiffre de l’ordre de 6%:

Une première étude menée par l’université d’Anvers, il y a deux semaines, avait déjà révélé que 3% des Belges avaient des anticorps, ce qui indique que le système immunitaire lutte contre le virus. La deuxième étude, basée sur environ 3.397 échantillons de sang prélevés entre le 20 et le 26 avril révèle que cette proportion est passée à 6%.

https://www.levif.be/actualite/belgique/coronavirus-des-centaines-de-milliers-de-belges-infectes-pendant-le-confinement/article-normal-1286423.html?cookie_check=1589290310&fbclid=IwAR3EzbTM2Y58fYzASZDh5zAJh0gC0KzSwvhR-TCPBAXLSxvvMV7qp8MCtZY

Avec un tel taux, le nombre de contaminés en France serait de l’ordre 4 millions, dont une bonne partie ayant passé le stade infectieux et développé des anticorps. Mais on ne teste pas systématiquement pour les anticorps (tests sérologiques), donc on ne le saura pas.

Nous verrons dans les semaines à venir comment l’offensive des psychopathes de la technocratie et de la gouvernance française va se dérouler, quelles résistances elle rencontrera (si elle en rencontre), quels moyens de répression supplémentaire elle compte déployer, quel en sera le résultat et quels en seront les dommages collatéraux.

Il faudra ensuite voir quelles contre-attaques pourront être menées à travers des actions en justice et, à terme, par une réaction électorale. Reste que la technocratie psychopathe est immunisée contre le vaccin démocratique. Protégée des effets du réel par de hauts murs institutionnels, capable de faire chanter à peu près n’importe qui s’y frottant de trop près, ce n’est sans doute pas une élection qui éliminera la bête. Il faudra du gros calibre.

Liens et sources:

(1) https://zerhubarbeblog.net/2019/03/14/bienvenue-en-republique-bananiere-francaise/ / https://zerhubarbeblog.net/2020/05/11/la-liberte-au-dela-du-politique/

(2) https://zerhubarbeblog.net/2020/05/04/covid-19-et-la-lutte-entre-realisme-et-technocratie/

(3) https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200512.OBS28723/une-fiche-invitant-a-signaler-les-propos-inacceptables-des-eleves-sur-le-covid-agace-les-profs.html?fbclid=IwAR29mSFp5wi89aivZh-CBSULJrDYSc50a80UewzQYIsgPBUD-jp3axVh1ZI

(4) https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200511.OBS28694/les-brigades-anti-covid-face-au-defi-de-la-deuxieme-vague.html

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

16 réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.