Les Extra-Terrestres avancent-ils masqués?

Ce soir, histoire de quitter un instant le récit absurde que nous vivons ici-bas maux après mot, allons faire un tour dans l’espace à la rencontre des extra-terrestres. Avec cette question existentielle: les E.T. avancent-ils masqués?

En mai 2019 ce blog présentait la récente publication, par l’armée US, de vidéos montrant des objets volants non identifiés (OVNI), filmés à partir d’avions de chasse (1). Cette publication faisait suite à de nombreux autres éléments, distribués au compte-goutte au fil des décennies, sur les « prestations » d’objets volants de nature inconnue.

Le programme américain de détection OVNI.

Un moment intéressant fut cette interview de 2017, par CNN, de Luis Elizondo, l’ex directeur du programme du Pentagone visant à repérer et caractériser, à défaut d’identifier, les potentielles menaces à la sécurité nationale US posée par ces intrusions d’OVNIs:

« Il existe des indices convaincants indiquant que nous ne sommes sans doute pas seuls. »

There is very compelling evidence that we may not be alone.

Luis Elizondo, former military intelligence official who ran the Pentagon’s secret UFO unit

Le 14 août de cette année, en pleine crise Covid et sociale aux USA, le secrétaire de la Défense américaine David L. Norquist établissait, sous l’égide de la Navy, la Unidentified Aerial Phenomena (UAP) Task Force (UAPTF), ou « Force d’intervention auprès des phénomènes aériens non identifiés ». Ce programme s’inscrit dans la suite, avec les mêmes objectifs, du programme dont était issu Luis Elizondo:

Le Département de la Défense a établi le UAPTF afin de mieux comprendre la nature et les origines des UAPs. La mission de la force d’intervention est de détecter, analyser et cataloguer les UAPs qui pourraient potentiellement menacer la sécurité nationale.

The Department of Defense established the UAPTF to improve its understanding of, and gain insight into, the nature and origins of UAPs.  The mission of the task force is to detect, analyze and catalog UAPs that could potentially pose a threat to U.S. national security.

https://www.defense.gov/Newsroom/Releases/Release/Article/2314065/establishment-of-unidentified-aerial-phenomena-task-force/

Ce 11 septembre 2020, en France, l’armée de l’air se transformait en Armée de l’Air et de l’Espace (2). Officiellement pour faire face aux capacités de guerre spatiale des puissances étrangères bien sûr, mais la France n’ignore pas la réalité des phénomènes OVNIs. Elle a même été auteure du rapport Cometa (3).

Je ne doute pas que la Russie, la Chine et quelques autres pays dotés de capacités spatiales aient des programmes équivalents au programme américain UAPTF. Plus nos moyens de détection s’affinent, plus il devient difficile de faire passer un appareil « humain », même de type drone, pour un OVNI. Même un F22 « Raptor », actuellement le nec plus ultra en matière d’avion furtif, est reconnu comme étant un avion (avec des ailes, une tuyère, un avant et un arrière, et la soumission à des contraintes mécaniques connues) par les systèmes de contre-mesures militaires.

Ce qui relève alors de la catégorie OVNI ne peut plus, désormais ou sauf exception, relever d’une forme d’avionique humaine secrète mais d’un, ou plusieurs, phénomènes inconnus. D’où la maturation du discours sur les OVNIs, passant d’une forme de folklore, systématiquement délégitimé par les « rationalistes », à un phénomène rendu réel et « sérieux » par la fiabilité et la précision des observations modernes.

Où sont-ils tous?

Cette question, formulée par Enrico Fermi en 1950 et depuis lors connue sous le nom de Paradoxe de Fermi, résumait une réflexion logique partagée ensuite par d’autres scientifiques, tel Carl Sagan et David Viewing: si nous, humains, existons depuis si peu de temps, où sont les traces de civilisations E.T. ayant démarré bien avant nous?

En 1961 Frank Drake proposait une équation, dite équation de Drake, permettant d’estimer la probabilité de l’apparition d’une civilisation E.T (4). Le résultat de l’époque était qu’il pouvait exister 10 civilisations technologiques au sein de la Voie Lactée. Or, on en voit qu’une, la nôtre.

Une réponse à ce paradoxe a pour nom « Le Grand Filtre », et postule que les civilisations technologiques (cad capables de communiquer vers l’espace) se heurtent à un obstacle inhérent à ce type de développement: l’auto-destruction. Seules les civilisations ayant réussi à passer ce seuil, sans disparaître, pourraient continuer vers une réelle expansion spatiale, mais peu y arriveraient (5).

Inutile de préciser que l’observation de la civilisation humaine tend à conforter cette analyse. Si des E.T. captaient quelque chose et débarquaient ici dans mille ans, ils ne verraient sans doute qu’une terre aride jonchée de masques servant de parasols aux scorpions. Bref.

Une autre proposition est que les E.T., s’ils existent, sont des prédateurs car leur expansion technologique requiert d’énormes quantités d’énergie et de matière. Peu survivraient aux guerres et invasions des aliens. Et c’est bien pour cela que Stephen Hawking, le plus-que-fameux astrophysicien décédé en 2018 après une vie à sonder les trous noirs et autres mystères cosmologiques, dénonçait vertement les initiatives de communication aveugle vers l’espace:

Hawking ne cache pas depuis des années qu’il désapprouve l’idée d’entrer en communication avec une civilisation E. T. avancée, craignant que le scénario d’Independence Day devienne réalité, ou plus exactement que le débarquement d’extraterrestres ait le même effet sur l’humanité que l’arrivée des Européens sur les Indiens d’Amérique.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/recherche-vie-extraterrestre-stephen-hawking-deconseille-nouveau-parler-extraterrestres-64478/

Game over?

Une nouvelle étude, parue cet été dans The Astrophysical Journal, tente de repréciser l’équation de Drake, la renommant au passage The Astrobiological Copernican Weak and Strong Limits for Intelligent Life (6).

En se basant sur une période d’incubation de la civilisation technologique d’au moins 4,5 milliards d’années (l’age de la Terre) et d’une durée minimale de 100 ans (la durée actuelle de notre civilisation technologique), il devrait aujourd’hui exister de l’ordre de 36 civilisations technologiques actives dans notre galaxie.

La distance avec notre voisin le plus proche serait de 17 000 années-lumière, et ces civilisations existeraient plus probablement sur des planètes entourant une étoile de type naine rouge, que dans des systèmes solaires semblables au nôtre (les naines rouges étant dix fois plus fréquentes que les étoiles de type solaire).

Pour les auteurs de l’étude, ces distances et contraintes astrophysiques font que même si ces civilisations existent, on ne pourra jamais le savoir. Voilà qui plante quelques gros clous dans le cercueil de l’hypothèse des « visiteurs de l’espace ». Alors, game over ou on n’a juste rien compris?

Il est clair que la (très) faible probabilité, du moins telle que calculée selon nos connaissances actuelles (très) limitées, que nous soyons les hôtes malgré nous de visiteurs intersidéraux ne change rien au fait que des OVNIs sont détectés, observés et caractérisés par des programmes militaires créés spécifiquement dans ce but. Donc?

L’hypothèse des passagers du temps.

Un auteur très sérieux du nom de Michael Masters, professeur de biologie anthropologique dans une université américaine, propose que les E.T. seraient en fait des descendants de l’espèce humaine. Ayant évolué technologiquement et biologiquement pendant des millénaires, ils auraient découvert une méthode de voyage dans le temps et reviendraient alors visiter leurs ancêtres, à diverses époques dont la nôtre (7).

Cette hypothèse, a priori farfelue, a quand même été publiée par Space.com, et répond en fait de manière assez efficace à un certain nombre de questions:

Pourquoi les témoignages de E.T. décrivent-ils (presque) toujours de hominidés comme nous, structurellement quasi identiques? Parce que c’est nous, dans longtemps. Comment connaissent-ils nos langues? Car ils les ont apprises à l’école, tout comme nous savons encore parler le grec ancien. Pourquoi les voyons-nous, reconnaissons-nous les éléments technologiques de type OVNI? Parce que leur technologie est basée sur la nôtre, seulement beaucoup plus avancée.

La clé, dans cette hypothèse, est évidemment la question du voyage temporel. Est-il possible, même en principe, de remonter le temps? En principe, il n’est pas démontré que cela soit impossible. En principe, il serait possible de créer des « trous de ver » entre différents points de l’espace-temps, pour autant que l’espace-temps soit lui-même réel. Donc on ne peut définitivement éliminer cette possibilité.

Il est par ailleurs de plus en plus évident que notre compréhension du cosmos, des forces à l’oeuvre et des caractéristiques les plus fondamentales de l’Univers, est incomplète. Voire complètement fausse. Ce blog publie régulièrement des articles sur les hypothèses formulées par les scientifiques pour « boucher les trous » du Modèle Standard. Qu’il puisse exister, au sein du mystère qu’est l’Univers, une méthode de voyage temporel, est une possibilité qui ne peut être éliminée.

Le paradoxe du grand-père.

En ce cas, la fameuse question du paradoxe du grand-père a aussi des solutions: si quelqu’un revenait du passé pour tuer son grand-père, et donc effacer sa propre existence, la phénoménologie quantique semble indiquer que l’Univers s’arrange pour rendre impossible ce type de paradoxe: le « revenant » n’arrivera jamais à tuer son grand-père, ni modifier quoi que ce soit à la marche du temps.

En 2012 le professeur Seth Lloyd, du MIT, conduisit une expérience au cours de laquelle des photons étaient « renvoyés » dans le passé de quelques milliardièmes de secondes afin d’interagir avec eux-mêmes. Il observa qu’au fur et à mesure que les photons approchaient d’un point d’interférence, la probabilité d’un résultat positif de l’expérience diminuait:

In Lloyd’s experiment, as photons got ever closer to interfering with themselves, the probability of the experiment succeeding grew ever lower. « Our theory has an automatic censorship of things which are completely inconsistent, » said Lloyd. « When you go back [in time], no matter how hard you try, you cannot change the thing you try to change.« 

https://www.livescience.com/19582-time-travel.html

Une autre solution, également associée à la mécanique quantique, serait que l’Univers se divise à chaque paradoxe – à l’image des divisions postulées par Everett pour accommoder les différentes solutions des choix quantiques. Pour reprendre l’image classique du chat de Schrödinger, lorsque l’observateur ouvre la boîte du chat, l’Univers se divise en deux et dans l’un le chat est mort, dans l’autre il reste vivant.

Dans le cas du petit-fils revenant du futur pour tuer son grand-père, au moment du meurtre l’Univers se diviserait et dans l’un, le grand-père survit et rien ne change, dans l’autre c’est une autre Histoire.

Peut-être une bonne nouvelle?

Cette proposition relative aux origines possibles des E.T., pour autant que les E.T. existent, est loin d’être exhaustive et Internet regorge de propositions et théories diverses et variées. Reste que si le phénomène OVNI est réel, et il me semble qu’il l’est, et que si les estimations de probabilité de contact avec d’autres civilisations au sein de notre Galaxie sont réalistes, l’hypothèse que les OVNIs soient en fait des voyageurs du temps, des humains masqués revenus d’un futur plus ou moins lointain pour étudier leur passé, ou juste pour se marrer, n’est pas nulle.

On pourrait même ajouter qu’il s’agirait d’une bonne nouvelle: l’humanité ne s’est pas auto-détruite, de méchants aliens ne sont pas venus nous massacrer, et le cirque covidien aura eu une fin.

Liens et sources:

(1)

(2) https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-l-armee-de-l-air-devient-l-armee-de-l-air-et-de-l-espace.N1003214

(3) http://www.cnes-geipan.fr/index.php?id=181&no_cache=1&tx_ttnews%5Bpointer%5D=1&tx_ttnews%5BbackPid%5D=211&tx_ttnews%5Btt_news%5D=70

(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quation_de_Drake

(5)

(6) https://iopscience.iop.org/article/10.3847/1538-4357/ab8225

(7) https://www.space.com/aliens-time-traveling-humans-ufo-hypothesis.html

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

6 réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.