Couvre-feu étendu, ou l’éloge de la folie.

Le confinement de novembre n’ayant pas eu d’effet, on a couvre-foiré en décembre. Ceci n’ayant pas non plus d’effet, on va couvre-foirer encore plus fort en janvier, et comme ceci ne marchera pas non plus, sauf baisse naturelle de l’épidémie, on re-reconfinera en janvier-février, et ainsi de suite (1).

Ces mesures ne servent à rien d’un sanitaire (voir « Désastre des politiques de confinement« ), mais ces gens (2) les imposent car faire n’importe quoi, à leurs yeux, est préférable à ne rien faire. C’est le syndrome du bon élève qui, séché, préfère remplir sa feuille de gloubi-boulga bien écrit que de juste admettre son ignorance.

Le problème, ici, étant que non seulement ces mesures ne servent à rien d’un point de vue sanitaire, mais elles induisent de nombreux effets pervers pour une bonne partie de la population. A commencer par les commerçants obligés de réduire leurs horaires d’ouverture (fermeture à 18h) alors qu’ils commençaient à se refaire suite au dernier confinement.

Délétère aussi pour ceux et celles, très nombreuses, qui font leurs courses entre 18h et 20h, après le boulot. Vont-ils et elles ne plus faire de courses? Non, évidement. Ils et elles viendront simplement grossir les troupes pendant les horaires autorisés, une situation de fait pire que la précédente.

Ces mesures ne sont que politiques: faire n’importe quoi, faire mal plutôt que ne rien faire, bien sûr, mais également occuper la milice et alimenter la politique du chiffre, objectif principal du ministère de l’Intérieur depuis l’époque Sarkozy.

Conditionner, encore et toujours, la population à accepter, sous la double manipulation de la menace et de l’empathie, l’absurde et l’arbitraire. Rien n’étant rationnel, rien ne peut se discuter, on est soit « pour », soit « contre ».

Pour le pouvoir central, l’astuce est ici de faire porter la responsabilité de l’annonce aux préfets, secondés par certains élus Estrosi qui, tels des rats pris dans un labyrinthe infernal, après avoir essayé tout ce qui ne marche pas, ressayent plus fort encore.

Comme le disait : « La , c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent » (3). La folie sociopathe, c’est de le faire aux dépens de ceux et celles dont on a supposément la charge.

Liens et sources:

(1) https://www.lefigaro.fr/politique/covid-19-veran-n-exclut-pas-un-3e-confinement-en-cas-d-aggravation-20201227?fbclid=IwAR1cWpo-z8-Ii70lm2CGZuKe1cMCKw9BpOj2IXOsrFXwpPMkaQaurjBzfgo

(2) https://www.lejsl.com/sante/2020/12/30/couvre-feu-a-18-h-en-saone-et-loire-le-prefet-donne-une-conference-de-presse?fbclid=IwAR0LLGu5cbegQurhppy9blcViGmE1w2_uD4w5N0HQO5vpAkelWIzoqdnWyU

(3) Note pour la milice et ses donneurs d’ordres: « Einstein » ne fait pas ici référence au chien de Doc Brown, qui effectivement n’a jamais dit cela, mais au scientifique du XXème siècle (prénom: Albert) qui développa la théorie de la et refonda, ainsi, toute la physique moderne.

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

8 réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.