Ovnis, le retour.

Ce blog publie depuis longtemps sur le sujet des Ovnis, un sujet généralement ridiculisé par une bien-pensance trempant dans son confortable bain d’ignorance parfumée de généreuses traces d’arrogance et de mépris. Pour elle, les « soucoupistes » sont de gentils complotistes, cousins des platistes (tenants de la Terre plate) et autres créationnistes à l’intellect coincé au Moyen-Age, mais qui peuvent faire de décents candidats pour un dîner de cons.

Pas de bol, le ministère de la défense américain, longtemps chef de file de ce dénigrement systématique, a retourné sa veste et s’apprête à publier un document qui, sans apporter de révélations fracassantes, fera entrer le phénomène Ovni dans le cercle très fermé des vérités officielles.

De la vérité officielle.

Le terme de « vérité officielle » n’a rien d’un label de qualité. Une telle « vérité » n’est que le résultat d’une décision ou d’un rapport de force politique visant à créer une « réalité officielle », un cadre politique, économique et juridique permettant aux intérêts sous-jacents de s’imposer. Les exemples abondent: le lien entre le 11 septembre 2001 et l’Irak pour justifier la prédation US au profit de Big Oil et des marchands d’armes, l’attaque contre la Libye pour « motif humanitaire », la fausse guerre contre la drogue au profit ,d’une vaste corruption institutionnelle (1), la supposée impossibilité de toute réelle alternative (le de Thatcher) et, collant à l’actualité, la « nécessité » de l’incarcération de masse face au au profit de l’Etat sécuritaire (2), la vaccination érigée en religion au profit de Big Pharma (3), etc…

En matière d’Ovnis, la « vérité officielle » de l’establishment US a longtemps été que le phénomène ne présentait aucun intérêt, un ramassis de fables, alors même que des témoignages s’amoncellent depuis des décennies, notamment ceux d’anciens militaires comme lors de cette session du National Press Club en 2010 (4).

En France, pays plus progressiste sur cette question, le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) publiait en 1999 le fameux rapport Cometa:

Une étude autrement plus sérieuse fut menée en France et remise à Jacques Chirac et Lionel Jospin en 1999, le Rapport Cometa. Elle fut au même moment publiée par le magasine VSD, garantissant ainsi son non-enterrement pour raison d’Etat. Ce rapport se fonde sur un grand nombre de témoignages (dont de nombreux militaires) et d’analyses depuis 1977, mais passe également en revue des récits historiques de l’Antiquité à nos jours. Ses conclusions sont à l’opposé de celles du rapport Condon: « Le problème des OVNIs ne peut pas être éliminé par de simples traits d’esprit caustiques et désinvoltes… (ces études) démontrent la réalité physique quasi-certaine d’objets volants totalement inconnus, aux performances de vol et au silence remarquable, apparemment mus par des intelligences… Des engins secrets d’origine bien terrestre ne peuvent expliquer qu’une minorité de cas… Force est donc de recourir à d’autres hypothèses… L’hypothèse extraterrestre est de loin la meilleure hypothèse scientifique; elle n’est certes pas prouvée de façon catégorique, mais il existe en sa faveur de fortes présomptions, et sil elle est exacte, elle est grosse de conséquences »

https://zerhubarbeblog.net/2012/06/07/ovnis-et-la-pathologie-de-la-raison-detat/

Pentagone: Les Ovnis existent.

En 2017, coup de tonnerre: le Pentagone publie par voie de presse des images d’Ovnis prises à bord d’avions de chasse US, reconnaissant son incapacité à les expliquer:

Depuis 2014, des OVNIs se sont introduits dans l’ aérien militaire jusqu’à plusieurs fois par mois, selon un gradé (de l’US Navy) parlant au Washington Post. Ce même gradé a ensuite précisé que l’US Navy ne divulguerait au public aucune autre information concernant ce qu’elle appelle des « phénomènes aériens inexpliqués », malgré l’introduction de procédures formelles en vue de documenter ces intrusions au fil du temps.

https://www.newsweek.com/ufo-sightings-2019-us-military-tic-tac-pentagon-navy-unidentified-aerial-1412272?fbclid=IwAR1H8VElukoumUbCfXgz2W7dnRDEKJpP8xNMf7pH5QNBV-yv4JtFhJvNV64

Raison donnée à ce retournement: la réalisation que ces UAPs (Unexplained Aerial Phenomena, titre plus que le traditionnel UFO pour Unidentified Flying Object, ou OVNI en français) pouvait présenter une menace stratégique pour la sécurité US. Non pas du fait d’un ou deux incidents, mais du fait de l’existence de centaines, peut-être de milliers d’incidents rapportés aux autorités US depuis 20 ou 30 ans. Des rapports en grande partie issus de témoignages de pilotes, d’opérateurs radars militaires, et de gens (le plus souvent des militaires) réputés dignes de confiance.

Ce que nous dit Luis Elizondo.

Le symbole le plus parlant de ce retournement est sans doute l’émission phare 60 minutes de la chaîne CBS, diffusée chaque semaine depuis 1968 et l’une des plus regardées aux USA. Ce 17 mai, l’émission était entièrement consacrée aux révélations sur la réalité de ces UAP/UFOs. Le premier invité était Luis Elizondo, un ex-agent de renseignement pour la Défense US, et ex-directeur du programme d’investigation des UAP, le Advanced Aerospace Threat Identification Program (5). Ensuite, deux pilotes de F-18 de l’US Navy, témoins de phénomènes UAP depuis leurs avions. Passionnant.

Le fond du problème, pour les autorités US, est le fait qu’il existe des objets qui survolent leur territoire et leurs armadas, contre lesquels ils ne peuvent apparemment rien du fait de la supériorité technologique flagrante de ces objets, dont ils ignorent tout de l’origine et des intentions. Effectivement, pas rassurant d’un de sécurité nationale.

Le décalage technologique entre ce que l’armée US a de mieux et ces UAP se mesure au comportement de ces derniers: accélérations matériellement impossibles pour toute structure volante « humaine » aujourd’hui, absence de tuyères ou d’organes de poussée, absence d’ailes. Les premiers suspects sont évidemment la Russie et la Chine, mais personne ne croit vraiment que ces pays auraient pu développer des systèmes d’armes à ce point supérieurs au made in , qui a – de loin – le plus gros budget militaire de la planète.

Depuis lors, Luis Elizondo est devenu une célébrité et est très demandé. Une interview particulièrement intéressante est celle de CNN, où il concède que « we may not be alone, whatever that means« .

Toujours sur CNN, l’émission de Chris Cuomo invite un témoin ex-militaire et un expert de lma défense:

Une menace?

Que nous ne soyons pas seuls, en soi, n’a rien d’extraordinaire au vu des milliards d’exoplanètes que l’astronomie moderne semble détecter (6), mais que nous ne soyons pas seuls au sein même du système Terre, nous les maîtres du monde même si nous en sommes de mauvais maîtres, c’est une toute autre affaire.

Les civilisations amérindiennes furent décimées par les Conquistadores, faibles en nombre mais supérieurement équipés avec armes à feu et chevaux. Aidés, également, par les maladies importées contre lesquelles les amérindiens n’avaient aucune immunité, mais n’y voyez pas de parallèle avec la situation actuelle…

Pour Elizondo, on ne peut pas parler de menace de la part des UAP, mais de comportements qui, intentionnellement ou non, pourraient se révéler dangereux. Il dit quelques mots sur l’attrait que les installations nucléaires (comprendre: les installations de missiles) semblent avoir pour les UAP. Son message, fondamentalement, est que tout le monde doit être au courant de ces phénomènes afin de décider de ce qu’il faut en faire.

Il évoque également la possibilité que ces UAP évoluent aussi sous la surface des océans, et qu’ils utilisent l’eau pour en extraire leur carburant, sans doute de l’hydrogène, via un processus inconnu. Clairement, son équipe de l’AATIP a longuement étudié les informations en tous genres en sa possession (dont nous n’aurons jamais qu’un minuscule aperçu, le tout étant estampillé confidential), et en tirent des hypothèses de travail que Elizondo n’a pas le droit de divulguer. C’est pourtant une demande du Sénat américain.

Un rapport pour juin 2021.

Début 2020, le sénateur US Marco Rubio était encore à la tête du Senate Intelligence Committee et il requerra du Pentagone et du directeur du renseignement (U.S. director of national intelligence) la remise d’un rapport au Congrès, sur la menace posée par les UAPs, au plus tard dans six mois. L’échéance est donc juin 2021, et nous y sommes presque. Le rapport sortira t-il, et si c’est le cas contiendra t-il des informations révolutionnaires? Luis Elizondo en doute fortement. Pour lui, il existe des forces au sein de l’establishment qui ne veulent pas de ce rapport, des forces qui cherchent même à le faire taire. Il est donc probable qu’il n’y aura rien de bien neuf, et que l’information la plus intéressante restera secrète. Malheureusement.

Suite au prochaine épisode.

Liens et sources:

(1) https://zerhubarbeblog.net/2019/01/25/fda-opiaces-et-corruption/

(2) https://www.bastamag.net/Drones-reconnaissance-faciale-videosurveillance-technologies-de-surveillance-atteintes-aux-libertes-publiques-Observatoire-des-multinationales

(3) https://zerhubarbeblog.net/2021/05/18/vaccins-covid-pour-enfants-limmonde-racket/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2010/09/28/ovnis-missiles-temoignages-npc/

(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_Elizondo

(6) https://zerhubarbeblog.net/2015/02/12/100-milliards-de-planetes-et-nous-et-nous-et-nous/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

4 réponses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.