URSS 2.0, sous le marteau et le Fauci.

URSS 2.0, ou Union des Ripoubliques de Sécurité Sanitaire. Le totalitarisme stalinien d’antan renaît depuis un an sous la forme de l’iatrogénèse médicale. Big Pharma les institutions de santé ne sont plus des services rendus aux humains, mais des systèmes qui nous définissent et nous utilisent à leur profit. Cette thèse, proposée voici quelques décennies déjà par Ivan Illich, trouve dans la gigantesque manipulation covidienne une illustration sur laquelle reviendront, un jour, moult sociologues, anthropologues, psychologues autres logues tentant d’analyser cette incroyable période d’apparente démence recouvrant, en réalité, un enfer de corruption, de manipulation et de décadence intellectuelle.

Obscurantisme covidien.

Laurent Alexandre, figure ultra-libérale bien connue des plateaux télé pour, notamment, ses positions pro-vaccination, disait dans un récent tweet (1) qu’il refusait désormais de porter le masque en extérieur car, étant vacciné, il s’estimait dispensé de la chose. Lui les gens comme lui, mais pas les non-vaccinés qui doivent, eux, continuer à le porter. Il ne dit pas comment distinguer les premiers des seconds, mais j’imagine qu’une étoile colorée ferait parfaitement l’affaire.

Pour les gens comme lui, ils sont nombreux voire majoritaires, la vaccination de masse fera disparaître le virus, point. Et même si ce n’est pas le cas, on s’en fout car, avec le vaccin, on sera protégé, on pourra voyager et, en gros, vivre comme avant. Le vaccin c’est le Bien, le refuser c’est le Mal. Point.

Que des gens éduqués même médecins, comme Laurent Alexandre, ne puissent plus analyser rationnellement la situation et s’en remettent à une interprétation essentiellement religieuse de la chose, illustre à quel point le Covid révèle cette décadence intellectuelle, trans-classe et trans-genre qui, du Wokisme (2) au vaccinisme en passant par le sécuritarisme et le nivellement éducatif par le bas, est en passe de ramener la civilisation occidentale vers un nouvel obscurantisme que la plupart d’entre nous imaginaient à peine voici encore un an.

Aveuglement, ou choix criminel?

Le principal danger guettant l’humanité à très court terme est la vaccination de masse contre le Covid. Que les gens à risque se fassent vacciner, ce blog n’a rien contre. Pour eux, l’évaluation bénéfice-risque est a priori favorable au vaccin car, même en cas de problème apparaissant plus tard, ca vaut le coup. Mais pour le reste, comme déjà présenté ici (3) et (4), vacciner massivement des gens peu à risque de formes graves, en pleine pandémie, est dangereux d’un point de vue de santé publique du fait que cette action a de fortes chances de favoriser l’apparition de variants résistants.

Un danger rendu encore plus grand par l’embrigadement des enfants dans un plan de vaccination, chose relevant non plus seulement d’un problème de santé publique mais aussi d’éthique: nous n’avons en réalité aucune idée des effets à moyen long terme des vaccins expérimentaux à ARN messager (dont l’autorisation de mise sur le marché reste conditionnelle) sur les jeunes. Or « on » leur demande de se vacciner, non pas pour se protéger eux-mêmes, mais par « altruisme » envers les vieux – qui sont, eux, déjà vaccinés (5).

L’absolue indéfendabilité éthique d’une telle proposition, qui pourtant semble parfaitement acceptable pour nos institutions une bonne partie de la population, est sans doute l’illustration la plus effrayante de cet obscurantisme nouveau, de cette décrépitude intellectuelle et morale où seul compte l’intérêt personnel, immédiat, et socialement valorisé par un système de propagande médiatique totalement à la solde des intérêts de pouvoir et d’argent.

Un combat qui n’est pas encore perdu.

Heureusement, cette poussée obscurantiste totalitaire n’avance pas sans rencontrer de résistance. Une résistance citoyenne d’abord, illustrée par les nombreux groupes de personnes opposées aux mesures arbitraires, débiles et liberticides de l’Etat. Des millions de gens, par exemple, ont choisi de « Danser Encore! » face à l’ignorance, la peur et la répression des milices covidiennes. Néanmoins c’est sans doute de la science, du moins de ses parties encore non corrompues par les intérêts commerciaux et politiques qui se l’accaparent, que viendra le salut – si salut il peut y avoir.

La vaccination de masse, une stratégie sans espoir?

Une étude parue ce 13 mai dans le British Medical Journal (BMJ), questionne l’idée de vacciner les enfants contre le Sars-CoV-2:

Difficile à justifier pour l’instant pour la plupart des enfants dans la plupart des pays

Après la vaccination généralisée des adultes âgés et d’autres groupes très vulnérables contre le SRAS-CoV-2, certains pays à revenu élevé envisagent maintenant de vacciner les enfants ; il y a quelques jours à peine, la Food and Drug Administration américaine a autorisé l’utilisation du vaccin Pfizer/BioNTech chez les enfants âgés de 12 à 15 ans. Jusqu’à présent, les jeunes ont été largement épargnés par le covid-19 sévère, et l’intérêt de la vaccination des enfants contre les virus respiratoires en général reste une question ouverte pour trois raisons : Les avantages limités de la protection dans les groupes d’âge qui ne connaissent qu’une maladie bénigne ; les effets limités sur la transmission en raison de la gamme de types antigéniques et de l’affaiblissement de l’immunité induite par le vaccin; et la possibilité de conséquences involontaires liées aux différences entre l’immunité induite par le vaccin et l’immunité induite par l’infection.

Conséquences involontaires

Malheureusement, comme la circulation du virus diminue, l’âge de la primo-infection augmente, et comme l’âge est directement associé à la pathogénicité, la vaccination des enfants entraînerait probablement des taux d’infection plus faibles, mais des taux de létalité plus élevés . De plus, selon les durées relatives de l’immunité induite par les vaccins et l’infection, et le taux de changement antigénique viral, la vaccination des enfants pourrait augmenter la fréquence des grandes épidémies saisonnières, ce qui entraînerait une augmentation globale de la morbidité et de la mortalité induites par le virus .

Enfin, les vaccins à ARNm contre le SRAS-CoV-2 induisent des réponses en anticorps plus importantes que l’infection naturelle, mais peuvent susciter des réponses en lymphocytes T CD8 moins largement protectrices contre les variantes futures. D’autres études sur les différences entre l’immunité induite par le vaccin et celle induite par l’infection devraient être menées pour explorer et quantifier ces compromis.

Une décision équilibrée

Si l’infection infantile (et les réexpositions chez les adultes) continue d’être généralement bénigne, la vaccination des enfants ne sera pas nécessaire pour enrayer la pandémie. Les avantages marginaux doivent donc être considérés dans le contexte des ressources locales en matière de soins de santé, de la distribution équitable des vaccins à l’échelle mondiale et d’une compréhension plus nuancée des différences entre l’immunité induite par le vaccin et celle induite par l’infection.

Une fois que la plupart des adultes seront vaccinés, la circulation du SRAS-CoV-2 pourrait en fait être souhaitable, car elle est susceptible d’entraîner une primo-infection au début de la vie, lorsque la maladie est bénigne, suivie de réexpositions de rappel tout au long de l’âge adulte, lorsque l’immunité bloquant la transmission diminue mais que l’immunité bloquant la maladie reste élevée.

https://www.bmj.com/content/3/bmj.n1197

Le virologue Geert Vanden Bossche, lui, va plus loin encore dans la critique de la vaccination de masse, et de celle des enfants en particulier. Il réitère ici sa mise en garde (3) contre l’apparition de variants résistants, y compris contre les vaccins et notre immunité naturelle, du fait du terreau fertile pour ce genre de mutations que constitue une vaste masse de gens imparfaitement vaccinés (pas malades, mais néanmoins infectés et contagieux). Vacciner les enfants revient alors à leur enlever leur puissante immunité naturelle au profit de celle, bientôt déficiente, de l’immunité vaccinale. Une stratégie sans espoir face à l’émergence constante de nouveaux variants.

Le piège des origines du Sars-CoV-2

Les institutions de pouvoir, en état de mort cérébrale par suffocation sous le poids de la corruption et de l’incompétence, s’en fichent. Mais si cette situation devenait visible pour une majorité de la population, si les mensonges et les manipulations éclataient au grand jour, ceci pourrait enfoncer un coin dans la logique totalitaire en marche. Et ce coin pourrait avoir à faire avec le fameux Dr Anthony Fauci, tsar Covid des USA, et les origines toujours douteuses du Sars-CoV-2.

Voici précisément un an, ce blog questionnait l’origine « officielle » du coronavirus Sars-CoV-2 (6), sur base de deux études venant de paraître: l’une par le très décrié Dr Luc Montagnier (Prix Nobel de Médecine pour sa participation à la découverte du Vih, le supposé virus du Sida), l’autre par une équipe australienne. Pour Montagnier, le Sars-CoV-2 était un mix de coronavirus de chauve-souris avec des éléments de Vih, donc manipulé en laboratoire, et sans doute libéré accidentellement.

Pour les Australiens, l’excellente compatibilité du Sars-CoV-2 avec les cellules humaines, et l’apparente inexistence d’un animal intermédiaire entre la chauve-souris et l’humain, semblait indiquer une évolution peu naturelle: normalement, un virus infectant une nouvelle espèce y est plutôt mal adapté, et très proche de sa forme au sein de l’animal d’où il a fait le saut. Or le Sars-CoV version chauve-souris est trop éloigné, et mal adapté au pangolin – qui était encore, à l’époque, soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire.

Back to Wuhan.

Tout ceci ramenant à une fuite de laboratoire à Wuhan, l’hypothèse fut balayée par la pensée unique sous le tapis du complotisme et, même si l’hôte intermédiaire restait officiellement mystérieux, on finirait bien par le trouver et si pas, tant pis: la caisse enregistreuse de Big Pharma n’en avait rien à faire de toute manière.

Premier accroc dans le narratif politiquement correct: la visite bidon de l’OMS à Wuhan, entièrement orchestrée par les Chinois et déclarée inconclusive par la direction de l’OMS elle-même:

C’est une hypothèse qui avait été balayée d’un revers de la main au début de la pandémie: impensable que le virus ait pu s’échapper d’un laboratoire sécurisé de Wuhan. Mais si cette cathédrale de certitudes était construite sur des sables mouvants? La piste du pangolin a été abandonnée, et on ne dispose d’aucune preuve tangible concernant l’origine zoonotique en milieu naturel ou en élevage. Au point que le directeur de l’OMS lui-même, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est refusé à écarter la piste de l’accident de laboratoire après la remise du rapport de la première mission d’enquête de l’organisation en Chine le 30 mars dernier. Bien que l’équipe ait conclu qu’une fuite en laboratoire était l’hypothèse «la moins probable», il a déclaré que «des donnés et des études supplémentaires étaient nécessaires pour arriver à des conclusions plus robustes, potentiellement avec des missions supplémentaires impliquant des experts spécialisés, que je suis prêt à déployer».

https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-la-piste-d-une-fuite-de-laboratoire-resurgit-20210503

#FauciGate: Anthony Fauci sur la sellette.

Second accroc: la publication, au nom du Freedom of Information Act, de milliers de mails du fameux Dr Fauci dont la teneur, sur le sujet de l’origine du fameux virus, est plus que suspecte et fait désormais les gros titres ainsi que le désormais populaire hashtag #FauciGate sur Twitter. La position officielle, représentée par exemple par Libération, est que les accusations à l’encontre de Fauci sont « farfelues », et leur évaluation se termine ainsi

Très peu de courriers électroniques, parmi ceux auxquels les médias américains ont eu accès, abordent la question de l’hypothèse d’une fuite de laboratoire et de scénarios potentiellement associés. Le principal document renvoie aux préoccupations de chercheurs qui, peu de temps après les échanges de mails, ont écrit un article pour juger la piste d’une origine non naturelle peu vraisemblable au vu des données auxquels ils avaient accès.

Fin mai 2021suite à la publication de multiples documents et articles relatifs aux recherches effectuées par l’Institut de Wuhan, Anthony Fauci a déclaré «ne pas être convaincu» de l’origine naturelle du virus et être favorable à des investigations plus large sur cette question.

https://www.liberation.fr/checknews/est-il-vrai-que-les-emails-danthony-fauci-prouvent-que-le-sars-cov-2-est-issu-de-manipulations-de-laboratoire-20210604_RMAZ6MD45JHIHAHXCNRSQ2A2VQ/

Après avoir toujours soutenu l’origine naturelle du virus, ce retournement Faucien vaut son pesant de cacahouètes et, si la presse française gardienne du totalitarisme sanitaire tente de minimiser la chose, il n’en va pas de même partout:

WASHINGTON, 1 juin 2021 (LifeSiteNews) – Le conseiller de la Maison Blanche pour les coronavirus, le Dr Anthony Fauci, a reconnu en 2012 que la recherche controversée sur le  » gain de fonction  » comportait la possibilité  » lointaine  » de déclencher une pandémie, mais il a soutenu que les avantages l’emporteraient sur les risques, selon des remarques récemment mises au jour alors que le nombre de décès dus au COVID-19 dans le monde approche les 3,6 millions.

Le mois dernier, le sénateur Rand Paul (R-KY) a confronté Fauci lors d’une audition au Sénat sur le rôle des National Institutes of Health (NIH) dans le financement de la recherche sur le gain de fonction (GOF) – qui consiste à renforcer intentionnellement des virus pour mieux étudier leurs effets potentiels – à l’Institut de virologie de Wuhan. Ces recherches auraient pu donner naissance au COVID-19.

Fauci a insisté sur le fait que son département, le National Institute of Allergy & Infectious Diseases (NIAID), n’a « jamais » financé de telles recherches. Paul a ensuite fait référence à la subvention accordée par le NIAID à l’organisation à but non lucratif EcoHealth Alliance « pour étudier les coronavirus issus des chauves-souris en Chine », y compris la recherche sur le « gain de fonction », qui a à son tour financé la recherche à Wuhan. Fauci a ensuite affirmé que le bénéficiaire de la subvention lui avait assuré à l’époque que les travaux sur le gain de fonction ne seraient pas effectués avec cet argent.

https://www.lifesitenews.com/mobile/news/bombshell-fauci-wrote-in-2012-that-benefits-of-gain-of-function-research-outweigh-the-risks?utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=a30b367303-Freedom_6_1_21&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e-a30b367303-409253470&__twitter_impression=true

La question du financement de recherches menée à Wuhan par le NIAID fait débat, et il semble que Fauci mente à ce sujet. En tout cas c’est ce qu’affirme Jesse Watters sur Fox News, documents à l’appui:

Sortir de l’hypnose?

L’ombre de Donald Trump et des « complotistes » plane désormais sur cette affaire, l’ombre de ceux et celles qui estimaient dès le début – comme Montagnier ou nos Australiens ci-dessus – que le Sars-CoV-2 avait des origines louches. Après un an de mise au pilori médiatique de toute personne doutant de l’origine naturelle du fameux virus, ce retournement de situation, outre son aspect hautement comique, pourrait porter un sérieux coup à la crédibilité de nos « autorités » et leurs chiens de garde.

Ce retournement pourrait faciliter une sortie d’hypnose d’une plus grande partie de la population: si les « experts » sont aussi ignorants sur l’origine du virus, pourquoi les croire aveuglément sur les masques, sur le confinement, sur la vaccination de masse? L’URSS 2.0 n’a pas encore tout à fait gagné et, même si les marteaux sont bien au pouvoir, ils peuvent encore se prendre les pieds dans le Fauci.

Liens et sources:

(1) https://twitter.com/dr_l_alexandre/status/1400110051906441222?s=20

(2) https://zerhubarbeblog.net/2021/02/11/la-menace-woke/

(3) https://zerhubarbeblog.net/2021/03/16/covid-19-halte-a-la-vaccination-de-masse/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2021/04/26/vaccination-covid-la-catastrophe-qui-vient/

(5) https://zerhubarbeblog.net/2021/05/18/vaccins-covid-pour-enfants-limmonde-racket/

(6) https://zerhubarbeblog.net/2020/05/23/les-origines-troubles-du-sars-cov-2-le-virus-du-covid-19/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

17 réponses

  1. Réunion publique n°8 du Conseil scientifique indépendant (CSI)
    59 290 vues

    REINFO COVID TV
    102 k abonnés
    Diffusée en direct le 3 juin 2021
    Formation sanitaire continue donnée par des scientifiques, chercheurs et soignants indépendants et leurs invités, tous les jeudis soirs à 21h se tient la réunion publique du Conseil Scientifique Indépendant (CSI).

    Ce soir se tiendra la 8ème réunion publique avec des présentations par les membres suivants du CSI et invités:

    Michèle Rivasi : Certificats sanitaires & passeport vaccinal : une histoire européenne ?
    Laurent Mucchielli : « La démocratie face à la gestion politique de l’épidémie »
    Hélène Banoun : Femmes enceintes et injections ant-Covid-19
    https://m.youtube.com/watch?v=Av3t4W9RJcc&feature=youtu.be

  2. Bonjour Monsieur Vincent (je fais exprès, par allusion à ce Monsieur : « Le 29 novembre 1633, il fonde les Gardes des Pauvres » –Wikipedia). Merci pour ce nouveau texte, auquel j’adhère à 100%. Il y a encore, heureusement, des Hommes clairvoyants. Je viens de terminer la lecture de « paradis perdus » de E-E Schmitt, philosophe et écrivain de talent ; ce roman est truffé d’allusions à la situation du monde d’aujourd’hui. Bon vent !

  3. Dans le Courrier des stratèges :

    « L’état de droit américain reste une réalité: grâce au Freedom of Information Act (FOIA), 3200 pages d’e-mails du Professeur Anthony Fauci sont désormais accessibles. Dans la masse d’informations, il ressort très clairement que le « Monsieur COVID » de la Maison Blanche a délibérément tenté d’effacer les traces de son implication dans le financement des recherches civiles et militaires menées sur les coronavirus dans le laboratoire P4 de Wuhan. Le « virus chinois » dont parlait Donald Trump au printemps 2020 pourrait bien être un virus « sino-américain ». »
    https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/06/03/le-covid-19-est-il-un-virus-sino-americain-finance-par-lapprenti-sorcier-anthony-fauci/

  4. Hydroxychloroquine, origine du virus, utilité des masques… ce que disent (ou pas) les courriels d’Anthony Fauci
    La publication le 1er juin de la correspondance du plus haut responsable sanitaire américain dévoile les coulisses de la crise du Covid-19. Et alimente les rumeurs.
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/06/12/hydroxychloroquine-origine-du-virus-utilite-des-masques-ce-que-disent-ou-pas-les-courriels-d-anthony-fauci_6083891_4355770.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1623506443

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.