Vaccination de masse, le début de la fin?

La pandémie de Covid fut et reste une opportunité unique, pour une majorité de régimes politiques de par le monde, de s’abandonner à leur tropisme autoritaire au nom d’une supposée « sécurité sanitaire » qui adviendrait à force de décrets d’incarcération, de ségrégation et de vaccination des masses.

Ce blog ayant déjà développé les arguments à l’encontre de ces méthodes, que ce soit les confinements (1), l’acharnement expiatoire à l’encontre de la jeunesse (2), la ségrégation sanitaire (3) et la vaccination de masse (4) dont les éventuels effets positifs, sanitairement parlant, sont insignifiants en comparaison à leurs effets négatifs catastrophiques, examinons de suite les signes d’un possible début de la fin de ces expériences médico-totalitaires qui nous oppriment depuis plus d’un an et demi.

Efficacité vaccinale, le choc du réel.

En Occident le gros du marché vaccinal covidien repose sur les deux vaccins ARN messagers de Pfizer et Moderna, des injections novatrices « géniques » développées en un temps record et sans les procédures de validation d’usage (leur autorisation de mise sur le marché étant encore temporaire, au moins jusqu’en 2023), censées apporter une efficacité protectrice de l’ordre de 95%.

La réalité de ce chiffre, issu de la communication des fabricants, reste en question (5) mais le fait est que, jusqu’à l’apparition du variant Delta, les personnes vaccinées semblaient effectivement plutôt bien protégées des formes graves – et tant mieux, c’est bien le but premier de la vaccination.

Cependant, cette politique se heurte désormais à la réalité d’une bien plus faible efficacité de ces vaccins face au variant aujourd’hui dominant (le Delta, auparavant dit « variant Indien »):

Alors qu’Israël est confronté à une nouvelle vague de cas de coronavirus, son ministère de la santé a indiqué jeudi que, bien que l’efficacité du vaccin Pfizer- reste élevée contre les maladies graves, sa protection contre l’infection par le coronavirus pourrait avoir considérablement diminué par rapport à cet hiver et au début du printemps.

En analysant les statistiques sanitaires nationales du gouvernement, les chercheurs ont estimé que le vaccin Pfizer n’était efficace qu’à 39 % pour prévenir l’infection dans le pays fin juin et début juillet, contre 95 % de janvier à début avril. Toutefois, au cours de ces deux périodes, le vaccin a été efficace à plus de 90 % pour prévenir les maladies graves.

https://www.nytimes.com/2021/07/23/science/covid-vaccine-israel-pfizer.html

Israël, retour case départ.

Israël, le pays le plus massivement vacciné par ARNm, se voit aujourd’hui revenir au pass sanitaire (déjà essayé puis abandonné) et au masque, y compris pour les vaccinés:

Mais certaines mesures ont déjà été rétablies, notamment le port de masques de protection à l’intérieur et le renforcement des conditions d’entrée pour les voyageurs entrants, en raison de la propagation rapide de la variante Delta du coronavirus, plus infectieuse.

Dans le cadre d’un nouveau renforcement des mesures, le bureau du Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que le programme Green Pass serait de nouveau en vigueur à partir du 29 juillet, en attendant l’approbation du gouvernement.

« Le (laissez-passer vert) s’appliquera aux événements culturels et sportifs, aux gymnases, aux restaurants et salles à manger, aux conférences, aux attractions touristiques et aux lieux de culte », a déclaré le bureau de Bennett dans un communiqué après une réunion de son « cabinet coronavirus ».

https://www.reuters.com/world/middle-east/israel-reimpose-coronavirus-green-pass-delta-variant-hits-2021-07-22/

Le cas de Provincetown.

Aux USA, où à peu près 50% de la population est vaccinée, même constat: les fêtes du 4 juillet (fête nationale US) semblent avoir généré des clusters de cas chez les vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques, au point de pousser le CDC à revoir sa politique sur les masques (qui avaient disparus au début de l’été):

À la date de jeudi (29 juillet), 882 personnes étaient liées à l’épidémie de Provincetown. Parmi les personnes vivant dans le Massachusetts, 74 % étaient totalement immunisées, mais les autorités ont déclaré que la grande majorité d’entre elles signalaient également des symptômes. Sept personnes ont été hospitalisées.

Les premières conclusions de l’enquête menée par le département de la santé publique du Massachusetts, en collaboration avec les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), semblaient avoir d’énormes implications.

Avant Provincetown, les autorités sanitaires partaient du principe qu’il était extraordinairement rare qu’une personne vaccinée soit infectée par le virus. Et si c’était le cas, elle ne finirait probablement pas par le transmettre à d’autres personnes, comme des enfants trop jeunes pour être vaccinés ou des personnes médicalement vulnérables.

Tout porte à croire que l’enquête sur l’épidémie de Provincetown fait partie des nouveaux éléments de preuve à l’origine de la décision des CDC de demander aux Américains de mettre à nouveau leur masque à l’intérieur, même s’ils sont vaccinés.

https://abcnews.go.com/Politics/cdc-mask-decision-stunning-findings-cape-cod-beach/story?id=79148102&fbclid=IwAR3Yog5_3GPq0HSoJioEmEn4KHPxjSfFkuT0AFfrUUlfn6FFDRzYI_4Sy-w

Zéro-covid for never.

Pour les pays ayant tenté l’approche « zéro-covid », notamment l’Australie et la Nouvelle-Zélande, c’est un va-et-vient sans fin entre reconfinements et réouvertures dont l’issue semble claire: l’éradication totale et permanente de variants très infectieux à la Delta est impossible, et un haut taux de vaccination, qui a pour effet d’éliminer les variants « anciens », renforce la dominance des variants plus résistants – aujourd’hui le Delta, et demain d’autres que notre bon Delfraissy nous annonce déjà pour la fin d’année (6).

Pour les fabricants, la solution est – évidemment – de nous vendre une troisième dose, puis une dose tous les huit mois. Business is business, et nul doute que les rétrocommissions ne sont pas perdues pour tout le monde, et surtout pas pour les ministres, hauts fonctionnaires et pseudo-scientifiques qui font le boulot de marketing à longueur de journée.

Et donc?

La ségrégation sanitaire est basée sur l’idée que l’on a d’un côté des gens vaccinés (ou négatifs suite test) qui ne se sont pas contagieux, ce qui leur confère le droit aux libertés normales, de l’autre des non-vaccinés (ou non testés) qui seraient potentiellement contagieux, ce qui justifierait (selon les ségrégationnistes) de leur retirer certains libertés fondamentales afin de les obliger à se faire vacciner, le graal étant que tout le monde soit vacciné et Big Pharma très, très, voire immensément riche.

Au-delà du fait que, dans le cas du Covid, la vaccination de est hautement discutable en principe (sans même parler des aspects politiquement inacceptables d’un apartheid sanitaire), la réalité montre que cela ne fonctionne pas là où c’est essayé.

Pire, les effets secondaires sont une réalité qui, même si elle est statistiquement insignifiante pour ceux et celles qui ont un tableur Excel à la place du cerveau, est catastrophique dès lors que les gens qui subissent ces effets, s’étaient fait vacciner par « altruisme » ou par confort, sans avoir été correctement informés du rapport bénéfice-risque, sans savoir que les fabricants et l’Etat s’étaient dédouanés d’avance de toute responsabilité en cas de problème. Lâcheté, manipulation et désinformation, les compétences de base de la mafia vaccinale.

« Ils » ont donc le choix entre essayer encore et encore (des doses successives et une ségrégation permanente, vu que même chez les vaccinés tout le monde ne pourra jamais être à jour avec la « bonne » dose en même temps) en espérant que cela finisse par « marcher », ce qui est la définition de la folie selon Einstein (7), ou faire autre chose mais ça, ça demande de l’intelligence et de l’indépendance, qualités fort rares au sein des régimes autoritaires et corrompus auxquels nous faisons face.

Le cas britannique.

Il existe un exemple, à notre porte, de pensée indépendante: le Royaume-Uni. Après avoir souffert le martyr de confinements catastrophiques, sur base notamment de modélisations foireuses mais passons, et en même temps aux prises avec les retombées du Brexit (8), Boris Johnson a décidé, tout en poursuivant sa politique de vaccination de à base du vaccin AstraZeneca, de tout rouvrir, ou presque, à partir du 19 juillet, et alors que le RU connaissait quelques 30 000 nouveaux cas par jour.

« Folie! » crièrent – et crient encore – les nombreux fanatiques de la matraque, du masque et de l’incarcération de masse. Pourtant:

C’est tout le contraire qui s’est produit. La moyenne des nouveaux cas sur sept jours au a atteint un pic le 20 juillet, un jour seulement après la proclamation de la « Journée de la liberté », et a fortement diminué depuis. Certes, les hospitalisations ont augmenté, mais la tendance est la même que précédemment.

« Les explications supplémentaires possibles sont un effet météorologique saisonnier et une arrivée précoce de l’effet des vacances scolaires », a déclaré Mackie. « Mais il est difficile d’expliquer complètement l’effondrement spectaculaire des nouvelles infections ».

https://www.marketwatch.com/story/heres-the-good-and-bad-news-from-the-england-freedom-day-experiment-so-far-11627482711

Il faut arrêter de faire n’importe quoi.

Il est encore bien trop tôt pour tirer des conclusions de l’exemple britannique, d’autant que l’entrée au pays reste hautement restrictive. Toute personne se rendant de France au RU, par exemple, qu’elle soit vaccinée ou non, britannique ou non, doit effectuer une quarantaine de 10 jours (9). Dur, dur pour les vaccinés à qui l’on avait promis la liberté de circulation en échange de leur coopération à l’expérience génique covidienne…

On peut néanmoins tirer quelques enseignements de tout ceci: la stratégie zéro-covid, si elle pouvait se justifier, au début, dans des situations où la fermeture hermétique d’un pays était possible (les îles…), est inopérante face à des variants capables de survivre aux vaccins, d’infecter des gens vaccinés, et donc de se disséminer n’importe où avec ou sans pass sanitaire.

Le principe même du pass sanitaire est très clairement inopérant. J’imagine que même les psychopathes macronistes le savent, mais l’imposition de menaces et de contraintes à toute une population est sans doute trop jouissive pour laisser tomber le truc.

Les épidémies covidiennes qui se suivent depuis un an et demi sont très peu affectées par les mesures plus ou moins drastiques prises de pays en pays: ça arrive, ça monte, ça passe un pic, et ça retombe jusqu’à la suivante. Stopper les virus avec des mesures coercitives est pure illusion: il faut apprendre à vivre avec, et ce de manière intelligente en commençant par s’émanciper des pervers à la Olivier Véran, des pseudo-scientifiques pétris de conflits d’intérêts qui squattent le conseil scientifique et l’an prochain, je l’espère, en s’émancipant du psychopathe en chef Emmanuel Macron.

Les vaccins font partie de l’armement anti-virus, évidemment, s’ils sont utilisés de manière intelligente. Tout comme l’abus d’antibiotiques mène à l’apparition de souches résistantes, l’abus vaccinal (dont la vaccination de est la déclinaison extrême) mène à des variants résistants, avec des conséquences potentiellement catastrophiques.

Outre les vaccins il existe encore et toujours une médecine à base de molécules connues et de traitements personnalisés, méthodes rejetées en France et dans les pays soumis à une forte corruption d’une industrie pharmaceutique qui cherche à placer ses molécules chères et « novatrices », mais qui reviennent petit à petit, nécessité faisant loi:

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, différentes approches thérapeutiques ont été explorées pour lutter contre la maladie. Des chercheuses et chercheurs de l’Institut Pasteur ont montré que l’ivermectine, une molécule commercialisée comme traitement antiparasitaire, protège des symptômes de la Covid-19 dans un animal. Les scientifiques ont observé que la prise d’ivermectine est associée à une limitation de l’inflammation des voies respiratoires et des symptômes qui en découlent. Ce traitement est également associé à une protection contre la perte d’odorat. Toutefois, les résultats ne montrent pas d’effet de la molécule sur la réplication virale du SARS-CoV-2. Les résultats de l’étude suggèrent que l’ivermectine pourrait être considérée comme un agent thérapeutique contre la Covid-19. Ces résultats ont été publiés dans la revue EMBO Molecular Medicine, le 12 juillet 2021.

https://www.pasteur.fr/fr/espace-presse/documents-presse/ivermectine-attenue-symptomes-covid-19-modele-animal

Espérons que nous serons les témoins, demain samedi 31 juillet, d’une vague populaire à l’encontre de l’apartheid sanitaire et, plus généralement, à l’encontre de la gestion calamiteuse de cette problématique covidienne. Espérons que le Conseil Constitutionnel, malgré ses conflits d’intérêts, entendra quelque chose. Et rêvons, un peu, que des gens intelligents et non corrompus accèdent aux leviers du pouvoir, et arrêtent avec la politique du n’importe quoi.

Illustration avec cette courte intervention du virologue Jean-Michel Claverie en train de semer la panique chez la bien-pensante BFM TV…

Liens et sources:

(1) https://zerhubarbeblog.net/2020/12/28/desastre-des-politiques-de-confinement/

(2) https://zerhubarbeblog.net/2021/06/22/la-jeunesse-variable-dajustement-du-delire-covidien/

(3) https://zerhubarbeblog.net/2021/07/28/les-grosses-ficelles-de-lapartheid-sanitaire/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2021/04/26/vaccination-covid-la-catastrophe-qui-vient/

(5) https://zerhubarbeblog.net/2021/01/07/vaccins-pfizer-et-moderna-bmj-questionne-les-resultats/

(6) https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-delfraissy-envisage-un-nouveau-variant-pour-le-courant-de-l-hiver-20210723#:~:text=de%20ce%20dossier-,Covid%2D19%20%3A%20Delfraissy%20envisage%20%C2%ABun%20nouveau%20variant%C2%BB%20pour,mutation%20hors%20norme%C2%BB%20du%20coronavirus.

(7) https://www.dicocitations.com/citations/citation-5872.php

(8) https://zerhubarbeblog.net/2021/06/23/brexit-poker-29-du-crash-au-rebond/

(9) https://www.rfi.fr/en/europe/20210719-cry-freedom-day-but-not-if-you-re-travelling-from-france-to-britain-coronavirus

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

15 réponses

  1. Covid-19 : de nouvelles données suggèrent que les personnes vaccinées peuvent transmettre le virus
    Le ministère de la santé israélien a rendu publics des chiffres montrant que le vaccin de Pfizer et BioNTech ne protégerait plus qu’à 39 % contre l’infection, tout en restant très efficace pour prévenir les hospitalisations. De nombreux scientifiques estiment qu’il est encore un peu tôt pour en tirer des conclusions.
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/30/covid-19-de-nouvelles-donnees-suggerent-que-les-personnes-vaccinees-peuvent-transmettre-le-virus_6090012_3244.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1627635696

  2. El Cantor de la plata

    Espérons, espérons ! Mais ces malades mentaux n’accepteront pas leurs défaites, Macron et sa clique de débiles finis va entraîner le pays dans les abimes !

  3. Pour les ségrégationnistes, douter de la pertinence de la vaccination de masse et de la dictature sanitaire en général est un signe d’inculture, de manque d’éducation, d’ignorance et de bêtise.

    Ce message condescendant tourne en boucle chez les commentateurs et pseudo-scientifiques, largement majoritaires sur les ondes, à la solde de la Macronie ou du lobby pharmaceutique.

    Nous savons qu’il est faux, mais cette étude par le très complotiste MIT le confirme: le doute face à la politique du tout vaccinal est en réalité particulièrement présent chez les gens éduqués et formés sur des bases scientifiques.

    A bon entendeur, salut.
    https://pjmedia.com/news-and-politics/rick-moran/2021/07/17/mit-study-vaccine-hesitancy-is-highly-informed-scientifically-literate-and-sophisticated-n1462591

  4. Le régime psychopathe et corrompu entourant Macron se garde bien d’en parler, mais au mois d’avril le journal The Lancet publiait un article cosigné par le patron du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, mettant en garde face à la problématique de l’échappement immunitaire (création de variants résistants) au sein d’une population avec immunité acquise ou vaccinale imparfaite.
    https://www.thelancet.com/journals/lanpub/article/PIIS2468-2667(21)00036-0/fulltext

    « If substantial immune evasion occurs, current vaccines are likely to still offer some benefit to individuals. At the population level, however, they could induce viral selection and escape, making the prospect of achieving herd immunity increasingly remote. »

     » Si un échappement immunitaire conséquent s’installe, les vaccins actuels resteront sans doute bénéfiques au niveau individuel. Au niveau de la population par contre, les vaccins pourraient initier une sélection et un échappement viral, rendant de plus en plus improbable une immunité de groupe. »

    L’article plaide alors pour une approche differentiée entre groupes à risques et peu à risques, et une politique ancrée dans la réalité scientifique et la vraie information plutôt que la propagande anxiogène qui nous est servie à longueur de journée.

    Macron et sa coterie d’imbéciles font évidemment tout l’inverse, mais l’article prévient qu’à force de prendre des mauvaises décisions, le retour de bâton risque d’être terrible.

  5. The Director of the CDC made an important admission during an interview today on CNN. CDC Director Rochelle Walensky stated the vaccine does not prevent COVID-19 infection, nor does it stop the vaccinated person from transmitting the infection or the delta variant. According to Director Walensky, the only benefit from the vaccine now is presumably that it reduces the severity of symptoms.
    https://theconservativetreehouse.com/blog/2021/08/06/cdc-director-makes-case-vaccination-passports-are-futile-vaccines-do-not-prevent-covid-infection-or-delta-variant-transmission/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.