Checkmate au salon aéronautique de Dubaï.

Aux antipodes de la COP26 en termes de vision pour l’Humanité, le salon aéronautique de Dubaï se tiendra du 14 au 18 novembre 2021. Les missions militaires y seront évidemment représentées pour essayer de vendre des avions de chasse immensément chers, horriblement polluants et à l’utilité hautement douteuse. Mais il paraît que c’est bon pour l’emploi et pour la testostérone des connards en costards et autres psychopathes en uniformes.

F-35 et avions de chasse de cinquième génération.

Les avions de chasse se classent en différentes « générations », l’actuelle étant la cinquième, caractérisée par ses capacités furtives (invisibilité radar, notamment) et dont les rares membres sont les F-22 et F-35 américain, le SU-57 russe et le Chengdu J-20 chinois (1).

A la frontière entre quatrième et cinquième génération, des avions comme le F-15EX américain (version actualisée du fameux F-15 Eagle), le français ou le SU-35 russe restent de dangereux adversaires pour les « purs » furtifs. Les forces aériennes les plus avancées combinent les deux types d’appareils, le furtif permettant la pénétration et la « préparation » du terrain avant l’arrivée du « classique », plus lourdement armé car moins limité par les contraintes de furtivité.

La seule offre internationale actuelle en matière d’avion multi-rôle « léger » de 5ème génération est le F-35, en service depuis 2015 et équipant, outre les USA, quelques forces aériennes « amies » dont Israël. Par avion « léger » on entend un appareil à moteur unique, plutôt agile et configurable pour plusieurs types de missions. L’archétype de ce type d’avion, au sein de la quatrième génération, est le F-16 américain.

Le SU-75, un F-35 « low-cost » mais tout aussi performant?

Cette mise en contexte faite, la grande nouvelle est l’apparition programmée, à Dubaï, d’un appareil russe a priori équivalent au F-35, le SU-75 « Checkmate ». Personne ne l’a encore vu voler, et son développement n’est pas terminé, mais il enfonce d’ores et déjà un coin dans la suprématie du F-35, aujourd’hui seul sur le marché malgré ses nombreuses failles (2).

A performance égale, ce qui reste à voir mais si les Russes savent faire une chose c’est des avions de combat, le SU-75 a déjà un avantage énorme sur le F-35: son prix. Le F-35 coûte, en gros, 95 millions de dollars pièce. Le SU-75 semble affiché à 30 millions (3). D’où l’intérêt de nombreux pays qui veulent soit ne pas (ou plus) dépendre des USA pour leur aviation militaire, soit n’ont pas les moyens de se payer des F-35.

Méfiance et double-jeu.

L’apparition du SU-75 à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, n’est certainement pas un hasard. Les EAU sont généralement considérés alliés de l’axe USA-Arabie, et Abou Dhabi, l’un des sept Emirats, a passé commande en 2020 pour cinquante F-35. Une commande face à laquelle les USA de Biden trainent les pieds et exigent tout un tas d’obligations de la part de EAU avant d’autoriser la livraison, prévue pour 2025 (4).

Depuis leurs déboires turcs, les USA se méfient. La Turquie, membre de l’OTAN, faisait partie du programme F-35 jusqu’en 2019 et son achat de systèmes anti-aériens russes S-400 (5). La Turquie devait acheter cent F-35, et produisait plusieurs éléments du moteur de cet avion, mais face à cette trahison les américains ont tout arrêté. En effet, il devenait évident que Erdogan jouait un double jeu, et que le S-400 russe allait bénéficier, par son biais, d’une détaillée du F-35 susceptible de le rendre hautement vulnérable audit système de missiles.

Les Russes sont à la recherche de partenaires pour finaliser le développement du SU-75. La littérature militaire genre MilitaryWatch Magazine laisse entendre que les EAU seraient des partenaires « secrets » du programme SU-75. Un autre pays, le Vietnam, semble également très intéressé par une participation au développement, en échange d’un prix « d’ami » pour les appareils qui lui seraient ensuite fournis (6).

Une large clientèle potentielle.

L’Inde, bon client des Russes; la Turquie, privée de F-35, et l’Iran, symbole du Mal du point de vue de l’axe USA-Israël-Arabie et cliente de ces mêmes systèmes de défense S-400 russes, se disent aussi très intéressés. Les Russes ont-ils, avec le SU-75 Checkmate, les moyens de mettre le F-35 échec et mat sur l’échiquier mondial?

Une géopolitique absurde et infernale.

Ces considérations peuvent paraître bien triviales face aux crises sanitaires et environnementales qui nous font face, et l’argent englouti par ces programmes militaires pourrait être bien mieux utilisé ailleurs. Une évidence qui, pourtant, ne semble jamais faire surface, ceux et celles qui se pavanent sur la scène de la COP26 étant les mêmes qui vendent ou achètent les systèmes militaires. Enfin presque, Poutine n’étant pas venu cette fois-ci.

Il reste malheureusement vrai que la puissance militaire est un facteur majeur de géopolitique, et que même si, à l’échelle mondiale, les populations votaient en faveur d’un désarmement massif (vœu pieux), les états-majors et les complexes militaro-industriels, occidentaux comme orientaux, s’y opposeraient et imposeraient leur volonté par la force.

C’est cette tendance au désarmement faute de combattants qui, vers la fin des années 90, a conduit l’Etat profond américain à provoquer, ou laisser faire, les attentats du 11 septembre 2001 menant au Patriot Act et à la résurgence, massive, des financements en faveur des militaires et des services criminels genre CIA.

Un Etat profond qui a siphonné, en vingt ans de guerre en Afghanistan, deux milles milliards de dollars du Trésor américain (7). Auxquels s’ajoutent, avec l’Irak et la Syrie, encore trois milles milliards. Avec cela, on aurait pu résoudre une bonne partie des problèmes de l’Humanité, mais les connards en costards et les psychopathes en uniformes n’en ont rien à foutre, seul compte leur puissance et leur enrichissement.

La surpuissance militaire américaine est évidemment un facteur clé du développement de capacités comparables là où les USA sont vus comme un danger, à commencer par la et la Chine. Le jeu des sphères d’influence étant ce qu’il est, le monde est pris dans une spirale infernale d’achats de matériels militaires. En sortir ne fait malheureusement pas partie des discussions de la COP26.

Terminator, droit devant…

Le SU-75 a la capacité d’être utilisé comme un drone, sans pilote. Equipés d’intelligence artificielle, libérés des contraintes biologiques d’un pilote devenu immortel, les avions-drones se développent à grande vitesse. Les drones autonomes tuent déjà sur le champ de bataille.

Intégrés à la police, il nous tueront bientôt, nous, si nous osons nous opposer à la toute-puissance de leurs maîtres, ces mêmes connards en costards et psychopathes en uniformes qui se promènent de la COP de Glasgow au salon aéronautique de Dubaï. Et en jet privé escorté de chasseurs, c’est encore mieux – pour notre sécurité, bien sûr.

Liens et sources:

(1) https://en.wikipedia.org/wiki/Fifth-generation_fighter

(2) https://www.defensenews.com/smr/hidden-troubles-f35/2021/07/16/the-number-of-major-f-35-flaws-is-shrinking-but-the-pentagon-is-keeping-details-of-the-problems-under-wraps/

(3) https://bulgarianmilitary.com/2021/11/02/russian-su-75-checkmate-flies-to-the-uae-and-this-is-no-accident/?fbclid=IwAR1ApGSk-HJzQZQl8aA8yzPZp3YCsOyL0hc-9fxpK029rrBO2bGBW4s8ir8

(4) https://www.forbes.com/sites/pauliddon/2021/04/21/here-are-some-conditions-the-us-might-apply-to-the-uae-f-35-deal/?sh=1b935a354777

(5) https://zerhubarbeblog.net/2019/07/12/s-400-et-cafe-turc/

(6) https://bulgarianmilitary.com/2021/10/02/vietnam-sees-su-75-checkmate-fighter-decorated-with-its-flag/

(7) https://zerhubarbeblog.net/2021/09/05/11-septembre-20-ans-apres/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

4 réponses

  1. Au début du mois d’octobre l’Italie a accueilli la réunion préparatoire de la Conférence de l’Onu sur le changement climatique, actuellement en cours à Glasgow, la COP26.

    Deux semaine plus tard, l’Italie a accueilli un autre évènement international qui, à la différence du premier amplement publicisé, a été passé sous silence par le gouvernement : la manœuvre de l’Otan de guerre nucléaire Steadfast Noon dans les cieux de l’Italie septentrionale et centrale. Sous commandement US, les forces aériennes de 14 pays de l’Alliance atlantique, avec chasseurs bombardiers à double capacité nucléaire et conventionnelle déployés dans les bases d’Aviano (Frioul) et de Ghedi (Brescia) y ont participé pendant sept jours. À Aviano est basée en permanence la 31ème escadre USA avec chasseurs bombardiers F-16C/D et bombes nucléaires B61.
    https://arretsurinfo.ch/ils-defendent-le-climat-pendant-quils-preparent-la-fin-du-monde/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.