Omicron au contact du réel.

Omicron, qui devait noyer la France et ses hôpitaux sous un tsunami de covidés râlant dans les couloirs, pendant que l’on achevait les malades non Covid sur les parkings en pointant les non vaccinés du doigt, tout sous les cris hystériques d’Olivier Véran et les applaudissements des ségrégationnistes brandissant leur pass vaccinal tout neuf, semble avoir eu les foies.

Laissons un instant de côté ces considérations bassement politiciennes, pour voir d’un peu plus près à qui nous avons affaire: de quoi Omicron est-il vraiment nom? D’abord, quelques courbes concernant des pays comparables, très vaccinés, où la part Omicron dans le nombre de cas dépasse les 50% (et en réalité proche des 80%, voir 95% au RU et au Danemark).

On compare ci-dessous nombre de lits occupées en soins intensifs (ICU), le nombre de décès et le nombre de cas. Le découplage entre nombre de cas, d’admissions et de décès est flagrant. Omicron est hautement infectieux et aucune barrière ne lui résistera, c’est clair (et certainement pas les pass en tous genres). Mais ensuite?

Analyse clinique.

Selon notre bon Pr John Campbell, qui passe en revue les dernières études et en fait la synthèse dans ses excellentes vidéos (1), on peut désormais affirmer ceci:

En termes de symptômes, la perte d’odorat et de goût devient rare avec Omicron, remplacée par

  • Mal de tête (65% des cas)
  • Fatigue (65% des cas)
  • Nez qui coule (65% des cas)
  • Mal de gorge (57% des cas)
  • Eternuements (55%)

Ce qui ressemble évidemment au rhume classique. Il semble en effet acquis que Omicron infecte les poumons dix fois moins que variant Delta, mais infecte les voies respiratoires 70 fois plus vite. Ce qui explique la réduction du temps d’incubation, désormais de l’ordre de 2-3 jours. D’ici quelques jours il est probable que la majorité des rhumes soient en fait des infections par Omicron. C’est déjà la cas au RU.

En termes de niveau d’infection, des tests effectués sur des souris et des hamsters « modifiés » pour produire les fameux ACE2 humains (là où se fixe virus sur la cellule) montrent que Omicron génère beaucoup moins d’infection au niveau des poumons (de l’ordre de 1 000 fois moins) et une charge virale nettement plus faible que pour les autres variants, notamment le Delta.

En termes de nombre d’infections (données britanniques), la classe d’âge des 18-35 ans est la plus touchée, et celle de +75 ans la moins touchée. Ceci s’explique par les différences de vie sociale et, donc, le nombre d’interactions. On voit également que la courbe des infections des gens doublement vaccinés suit la courbe générale de la population, mais nous y reviendront plus bas.

Concernant la protection immunitaire: une étude écossaise (2) estime que la troisième dose vaccinale confère la meilleure protection face à Omicron, avec une réduction de risque de symptômes de 40%-60% (mais, selon les fabricants de vaccins eux-mêmes, pour une période de quelques semaines seulement). Ensuite vient la protection conférée par une infection antérieure par Omicron, puis la protection conférée par une double dose vaccinale. La réduction du risque de transmission semble par contre à peu près nulle.

Ce qui confirme que les gens à risque ont en général intérêt à se faire vacciner avec trois doses, deux doses ne valant guère mieux que pas de vaccination du tout, mais qu’à terme tout le monde sera touché – à moins de prendre une nouvelle dose tous les 2-3 mois.

Vérification de l’hypothèse du vaccin naturel?

Une autre information très intéressante est qu’une infection antérieure par le n’offre quasiment pas d’avantage face à Omicron, mais par contre une infection par Omicron offre une bonne protection contre le Delta (3) – ce qui est une excellente nouvelle, en phase avec l’idée qu’Omicron nous serve de vaccin naturel face à tout autre variant (4).

C’est sans doute ce qui fait dire à l’autorité sanitaire danoise que Omicron pourrait bien signaler la fin de la pandémie d’ici deux mois:

Un haut responsable de la santé au Danemark a prédit que la pandémie de Covid pourrait être terminée dans son pays en deux mois seulement, et ce grâce à la variante Omicron.

Tyra Grove Krause, épidémiologiste en chef à l’Institut national des sérums du Danemark, a déclaré à la chaîne de télévision danoise 2 qu’une nouvelle étude de l’Institut a révélé que les hospitalisations dues à la variante Omicron sont environ deux fois moins nombreuses que celles dues à la variante Delta.

Interrogée sur la durée pendant laquelle le coronavirus affectera la vie des Danois, elle a répondu : « Je pense que c’est le cas dans les deux prochains mois, puis j’espère que l’infection commencera à s’atténuer et que nous retrouverons une vie normale ».

Le Dr Grove Krause a déclaré qu’étant donné que davantage de personnes seront infectées, le niveau d’immunité au Danemark pourrait permettre à la vie de revenir à la normale dans quelques mois. Toutefois, elle a prévenu que les deux prochains mois mettront à rude épreuve le système de santé local.

« Omicron atteindra son pic à la fin du mois de janvier, et en février, nous verrons une baisse de la pression d’infection et une diminution de la pression sur le système de soins de santé », a-t-elle déclaré. « Mais nous devons faire un effort en janvier, car il sera difficile de passer au travers ».

« À long terme, nous sommes dans une situation où le coronavirus est là, mais où nous l’avons contenu, et où seules les personnes particulièrement vulnérables doivent être vaccinées jusqu’à la prochaine saison hivernale », a-t-elle ajouté.

https://www.news.com.au/world/coronavirus/denmark-health-expert-tyra-grove-krause-says-omicron-variant-may-help-pandemic-end-in-two-months/news-story/5181a0977e4a58e43ecc94699732f351

Toujours selon les lectures de notre ami Campbell (5) publiées ce soir même, la dangerosité d’Omicron par rapport au Delta, pour les non vaccinés, est réduite d’un tiers en termes de risque d’admission à l’hôpital, et de deux tiers en termes de mortalité. Il faudrait séparer ces risques par classe d’âge évidemment, mais l’info ne semble pas disponible. Vu le faible risque en général pour les populations de moins de 65 ans sans comorbidités, c’est évidement une très bonne nouvelle.

Enfin, pas pour tout le monde, et certainement pas pour l’industrie du vaccin. Valneva vient d’en faire les frais, comme le dit cet article d’un journal boursier:

Valneva chute de 8,6% à 21,14 euros. L’irruption d’Omicron pourrait assombrir les perspectives de la biotech, qui a bondi de 216% en grâce à son programme de vaccin contre le Covid-19. En effet, le groupe pourrait pâtir de l’adoption de la stratégie Omicron en tant que vecteur de l’immunité. Le nouveau variant est manifestement moins virulent que le Delta, mais beaucoup plus infectieux. Cette combinaison pourrait amener les experts à envisager d’utiliser Omicron comme un moyen de vaccination naturelle ce qui rendrait de fait le vaccin de Valneva moins indispensable.

https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/analyse-des-valeurs-qui-font-l-actualite/la-valeur-du-jour-a-paris-valneva-et-si-omicron-rebattait-les-cartes-aof-5c53827735292567b6d9f99d8c5c775cdc29afbd

Le retour de l’Ogre de Marseille.

Ce qui nous amène à la première vidéo de 2022 du Pr Raoult à l’IHU de Marseille (identifié par les ségrégationnistes sous le nom de l’Ogre de Marseille, et connu pour manger les petits dans une sauce à la chloroquine), vidéo intitulée Vaccins et Omicron. Il confirme les éléments présentés ci-dessus, avec un plus un regard sur la vaccination et la question des soins:

  • Omicron est effectivement le plus contagieux des variants connus, mais aussi le moins létal.
  • Il n’y a pas d’évidence de contrôle de l’épidémie via la vaccination.
  • Le taux de mortalité est très nettement plus élevé au sein des pays riches et hautement vaccinés, que dans les pays plus pauvres. La raison première est que, dans ces pays dits pauvres, on soigne les malades.
  • Les anticorps facilitants pourraient avoir un rôle dans le phénomène de réinfection suite vaccination (6).
  • La vaccination des n’est absolument pas justifiée.
  • La vaccination est devenue une guerre de religion.

Mauvaise passe pour le pass!

Très mauvais pour le pass vaccinal tout ça, et même s’il passe (et, sauf coup de théâtre, il passera vu que la chienlit LREM, LR et semble vouloir s’associer pour le faire passer), il ne pourra s’imposer que par un excès de violence de la part de la Gestapass et de la propagande covido-fasciste car plus rien, mais vraiment plus rien d’autre que la manipulation et la coercition ne peuvent le faire exister.

L’adoption d’un tel instrument de ségrégation, pourtant totalement injustifiable en termes de science ou de santé publique, ne fera sans doute pas frémir les ségrégationnistes, toujours enfermés dans une psychose dont ils n’ont aucune raison de sortir.

L’Etat, corrompu par Big Pharma et par les intérêts supranationaux qui décident en réalité de nos politiques « sanitaires », ira sans doute jusqu’au bout, confiant dans l’obéissance aveugle de ses milices et de ses fonctionnaires, ainsi que dans la puissance de son narratif relayé par ses médias de masse.

Tenir jusqu’à février.

Mais jusqu’au bout de quoi, précisément, c’est ce que nous allons découvrir dans les semaines qui viennent. A en juger par la situation en Afrique du Sud, premier pays touché par Omicron début décembre, la vague Omicron se terminera ici courant février.

Comme le dit le Pr Raoult, hors les personnes à risque la vaccination n’a guère d’effet, et si on veut limiter au maximum les admissions à l’hôpital il faut permettre aux gens de se soigner, ce que l’Etat et l’ordre des médecins refusent. Il faudra bien un jour se demander pourquoi.

Si tout se passe comme prévu d’ici février, la population française sera alors en bonne partie immunisée, les cas seront peu nombreux, les hospitalisations en baisse, mais nous serons toujours sous un lourd régime d’apartheid sanitaire qui n’aura pourtant eut aucun effet sur la dynamique épidémique, mais un énorme effet de clivage et de tensions au sein de la société.

Au profit de qui ou de quoi, j’ai toujours le mince espoir qu’une minorité suffisante ose enfin poser la question, et fasse enfin tomber ce régime covido-fasciste aux mains de pervers hystériques. Perversité confirmée ce jour même par le petit pervers des peuples dans cet entretien au Parisien qui restera, je l’espère, dans les annales de la corruption morale et institutionnelle comme exemple de ce que peut signifier « aller jusque ‘au bout ».

« En démocratie, le pire ennemi c’est le mensonge et la bêtise, » a assuré Emmanuel Macron. Et d’admettre : « Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale. D’ailleurs, la quasi-totalité des gens, plus de 90 %, y ont adhéré. » Puis d’évoquer cette « toute petite minorité réfractaire ». « Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l’emmerdant encore davantage, » a estimé le Chef de l’Etat. Puis de lancer : « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. »

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/les-non-vaccines-jai-tres-envie-de-les-emmerder-emmanuel-macron-dans-une-colere-noire_484140

Liens et sources:

(1)

(2) https://www.gla.ac.uk/researchinstitutes/iii/cvr/engage/news/headline_829358_en.html

(3) https://www.ahri.org/wp-content/uploads/2021/12/MEDRXIV-2021-268439v1-Sigal_corr.pdf

(4) https://zerhubarbeblog.net/2021/12/14/omicron-un-vaccin-naturel/

(5)

(6) https://zerhubarbeblog.net/2021/11/20/sars-cov-2-ade-et-3eme-dose-un-melange-explosif/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

6 réponses

  1. Hazère-tyuillope

    J ai découvert le Dr Campbell il y a quelques semaines, il est très pro vaccin mais il parait assez objectif, notamment en ce qui concerne les traitements, une de mes lectures quotidiennes… Merci pour vos articles toujours très bien écrits, malheureusement de ce que j’ entends autour de moi le narratif officiel tient 90% de la place et en dehors des opposants qui ne la ramènent pas trop personne n’ a l’ air de trop s’ offusquer de la dernière de manu, on a même plutôt l’ air de trouver ça « rigolo », tout va bien…. Quand l’ épidémie s’ arrêtera on aura droit au discours  » Grâce aux mesures difficiles mais courageuses que nous avons prises nous avons vaincu le virus etc etc « , et à mon avis ça passera comme une lette à la poste

  2. Daniel

    Bonjour et merci pour tous vos articles.

    « nous serons toujours sous un lourd régime d’apartheid sanitaire qui n’aura pourtant eut aucun effet sur la dynamique épidémique, mais un énorme effet de clivage et de tensions au sein de la société. »

    Il me semble qu’une fois la « pandémie » est terminée on sera bien (pour la plupart) habitués à cette société de moyens de contrôle par Code QR. Donc malheureusement la disparition du pass n’est pas prévu. C’est étape (usage du pass) est un élément central et crucial pour tout leur projet à venir.
    Une société de l’autorisation pour remplacer une société de droit. On voit le modèle chinois qui devient la réalité plus en plus.
    Sauf qu’on le refuse…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.