Sars-CoV-2 et Moderna, un mariage trop parfait?

Dans la guerre d’information menée par les régimes covidistes contre tout ce qui pourrait nuire à l’hégémonie du narratif techno-totalitaire, là où le Prince peut désactiver à volonté l’existence sociale de toute personne ne se soumettant pas à Ses intérêts, la question de l’origine du virus du Covid-19 tient une place symbolique. Une réponse positive et définitive sur sa nature artificielle n’aurait plus de grand impact sur la « gestion » de la pandémie en tant que telle, d’autant que les variants actuels sont assez différents de la version originelle dite de Wuhan (1), mais une telle reconnaissance enfoncerait un clou de plus dans le cercueil de la « science » en tant que système de légitimation des mesures « sanitaires » imposées à toutes et tous.

Une science qui, certes sous une forme dévoyée dite « scientisme », fonde le narratif de la domination techno-totalitaire: selon ses porte-paroles, ne pas croire au narratif (confinements, couvre-feux, masques, vaccination généralisée, etc…) c’est ne pas croire « en la science ». Peu importe, pour eux, que la science, la vraie et non celle au service des crapules covido-fascistes et de leurs clients et bénéficiaires, conteste fortement le bien-fondé de ce narratif, une réalité largement documentée par ce blog depuis deux ans.

La reconnaissance de l’origine artificielle du Sars-CoV-2, donc du rôle central de la science dans l’émergence de la pandémie, associée à une même reconnaissance du mur de mensonges proférés depuis deux ans par les « scientifiques », médias et autres représentants des dits régimes, aurait, dans la population non hypnotisée du moins (2), un effet potentiellement désastreux. Surtout, pour la France, juste avant des élections importantes.

Aux origines de la question.

Les premières interrogations sur cette origine, début 2020, furent évidemment accueillies par des tirs de barrage « anti-complotistes », ce d’autant qu’un certain Pr Luc Montagnier (3), prix Nobel excommunié, publiait un papier décrivant la présence de bouts de génomes de Vih (dont il est le supposé découvreur) au sein de ce nouveau Coronavirus aux caractéristiques si inquiétantes.

Une première salve contre le narratif officiel, rapidement suivie d’autres (4) et, notamment pour le public francophone, cette enquête par Brice Perrier « Aux origines du mal » (5). L’OMS elle-même, pourtant financée par des forces opposées à la liberté d’informer, s’est vue obligée de procéder à une enquête in situ.

Une vaste farce, certes, qui n’aboutit à rien mais qui ne put non plus clore l’affaire vu que, visiblement, les Chinois cachent des choses. Des Chinois qui, en plus, réfutent même l’hypothèse d’une origine naturelle chinoise, préférant incriminer une importation étrangère lors des jeux militaires qui eurent lieu à Wuhan à l’automne 2019.

Reste que la réalité des travaux du laboratoire de Wuhan sur les gains de fonction des Coronavirus ne fait plus guère de doute. Anthony Fauci, le « Monsieur Covid » américain, participait lui-même au financement de tels travaux via le NIH (National Institute for Health) (6). Tout comme le « chasseur de virus » Peter Daszak, très impliqué dans les travaux du labo de Wuhan, en première ligne pour dénigrer toute idée d’une telle recherche (7).

Raté, à tel point que l’hypothèse du virus artificiel fait désormais partie, du moins dans certains pays comme les USA, d’un narratif quasiment mainstream:

Washington juge plausible une évasion du Covid-19 d’un laboratoire chinois.

Les agences de renseignement des Etats-Unis prennent au sérieux l’hypothèse d’une évasion accidentelle d’un labo P4 de Wuhan du coronavirus de chauve-souris responsable de la pandémie. Pékin dénonce une « farce politique ». Un prestigieux institut scientifique américain est mis en cause pour ses liens opaques avec Wuhan.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/washington-juge-plausible-une-evasion-du-covid-19-dun-laboratoire-chinois-1360435

On peut argumenter que cette question a aussi un volet géopolitique dans le conflit larvé entre Chine et USA, ces derniers cherchant à rendre les premiers responsables de la crise et de tirer de ceci quelque avantage politique. Sans doute, mais ceci n’enlève rien au fait d’indices pointant désormais vers une origine artificielle chinoise.

L’argument de l’origine naturelle.

Le débat, cependant, est loin d’être clos, surtout là où les intérêts politiques s’adossent à une forme de vénération quasi religieuse de la pseudoscience (ici, celle du conseil scientifique et de Véran, pour faire court), ne veulent pas enfoncer le partenaire commercial chinois, ni copier la position américaine.

La contre-offensive pour un retour à une solution « naturelle » est donc en marche, illustrée par cet article du 18 février 2022 dans le journal Futura Santé, qui dit ceci en parlant de travaux à l’Institut Pasteur:

Néanmoins, ces travaux écartent la thèse de l’accident de laboratoire. En effet, il est tout à fait possible que le SARS-CoV-2 que nous connaissons soit apparu naturellement, puisque des chercheurs ont pu en identifier plusieurs extrêmement proches.

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-origine-sars-cov-2-these-accident-laboratoire-ecartee-institut-pasteur-96835/?fbclid=IwAR2letGDU3stS08K90-CTnm6ApQbIlnhLnYBjNc0PKMBo9pSf_3kLJ5XbV4

La clé propriétaire du site furine.

Ainsi, une possibilité non démontrée suffirait à écarter la thèse de l’accident, malgré le grand faisceau d’indices démontrant le contraire. Et parmi ces indices, cette toute récente publication dans Frontiers in Virology , intitulée « Homologie MSH3 et lien de recombinaison potentielle avec le site furine du Sars-CoV-2 ». Dont voici, comme d’habitude, la traduction de l’abstract:

Parmi les nombreuses différences de mutation ponctuelle entre le SARS-CoV-2 et le coronavirus RaTG13 de la chauve-souris, seul le site de clivage de la furine (FCS) de 12 nucléotides dépasse 3 nucléotides. Une recherche BLAST a révélé qu’une portion de 19 nucléotides du génome de SARS.Cov2 englobant le site de clivage de la furine est une correspondance complémentaire à 100 % à une séquence propriétaire optimisée au niveau du codon qui est le complément inverse de l’homologue mutS humain (MSH3). La séquence complémentaire inverse présente dans le SARS-CoV-2 peut être aléatoire, mais d’autres possibilités doivent être envisagées. La recombinaison dans un hôte intermédiaire est une explication peu probable. Les virus à ARN simple brin tels que le SARS-CoV-2 utilisent des matrices d’ARN à brin négatif dans les cellules infectées, ce qui pourrait conduire, par recombinaison par choix de copie avec un ARN de SARS-CoV-2 à sens négatif, à l’intégration du brin négatif de MSH3, y compris le FCS, dans le génome viral. Quoi qu’il en soit, la présence d’une longue séquence d’ARN de 19 nucléotides, y compris le FCS, présentant une identité de 100 % avec le complément inverse de l’ARNm MSH3, est très inhabituelle et nécessite des recherches supplémentaires.

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fviro.2022.834808/fullquence à cet endroit est si faible

L’article est à lire entièrement pour bien comprendre en quoi la probabilité de l’apparition naturelle d’une telle séquence est si faible (de l’ordre de 3.21 ×10−11), alimentant ainsi l’hypothèse d’une construction artificielle, mais ce n’est que le début.

L’article parle d’une « correspondance complémentaire à 100% à une séquence propriétaire optimisée au niveau du codon qui est le complément inverse de l’homologue humain MSH3 ». Cette « séquence propriétaire » serait en fait la propriété de Moderna, fabricant de vaccins ARNm contre le Covid, selon un brevet déposé en 2007 (7).

Je reste au conditionnel car je n’ai pas la compétence pour vérifier l’aspect technique de la chose, mais d’autres, a priori nettement plus compétent que moi, n’hésitent pas à faire le lien entre cette « clé biologique » appelée MSH3 avec la formule génétique CTCCTCGGCGGGCACGTAG, et le virus lui-même. Image tirée de l’étude:

La piste Moderna.

Cette séquence de clivage extraordinairement efficace pour pénétrer les cellules humaines, via le récepteur ACE2, serait alors une construction artificielle basée sur des travaux de Moderna.

De là à dire que Moderna aurait financé de tels travaux afin de créer un virus, « accidentellement » libéré, afin de vendre un vaccin qui allait massivement l’enrichir, il y a un pas que je ne franchirai pas sans une démonstration plus complète, mais le Covid aurait clairement été une aubaine pour Moderna, comme pour Pfizer.

Avant le Covid, Moderna faisait un chiffre d’affaires de 800 millions de dollars, et des pertes. En 2021, Moderna réalise un CA de 17 milliards de dollars, pour un bénéfice de 6 milliards. Sa capitalisation boursière suit une forme de cloche, avec un pic en septembre 2021. Voici les valeurs d’actions et la capitalisation de la société:

La pandémie a conduit à l’enrichissement massif des actionnaires de Moderna, à commencer par son patron (depuis 2011) Stéphane Bancel, qui en détient 9%. Il disait ceci tout récemment sur BFMTV:

 « J’ai 31 millions d’actions et stock options Moderna ». En réalisant cette vente de 10.000 actions le 18 février pou 1,8 million de dollars, le patron du laboratoire pharmaceutique a en effet vendu 0.03% de ses actions…

https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/stephane-bancel-le-pdg-de-moderna-se-justifie-sur-la-ventes-d-actions-et-la-fermeture-de-son-compte-twitter_AV-202202150363.html

La chute du cours, à partir d’octobre 2021 alors que la vaccination bat son plein, reste un peu mystérieuse. Omicron, le vaccin naturel désormais reconnu comme tel par Bill Gates, et concurrent aux vaccins industriels, n’apparaît dans l’espace public qu’en novembre.

Plusieurs hypothèses coexistent, telle la réalisation très tôt, par certains actionnaires de Moderna, de ce que Omicron va faire à leur «  model ». Ou la prise en compte de la réalité des effets secondaires graves des vaccins ARNm, pouvant non seulement affecter le marché mais susceptible également de conséquences judiciaires onéreuses. Autant vendre et prendre ses fabuleux profits sans plus attendre!

L’entre-soi des élus de Davos.

Stéphane Bancel fait partie, depuis 2009, du cercle très fermé des Young Global Leaders du Forum Economique International de Davos, l’antre de Klaus Schwab, auteur du Great Reset (8). Parmi ces Young Global Leaders, la crème de la crème de l’establishment néolibéral adoubé par le Pape Schwab, on retrouve des gens tels que Larry Page (fondateur de Google) et Marc Zuckerberg (Facebook), mais aussi plus près de nous, Emmanuel Macron (2016) et Gabriel Attal (2020) (9).

Qu’un crétin arrogant de la trempe de Gaby la Branlette se retrouve ainsi nommé au fronton des puissants illustre, à la caricature, les manipulations sous-jacentes et l’entre-soi intime de ce petit monde. Un entre-soi symbolisé, tant qu’à faire, par la nomination de Stéphane Bancel à la Légion d’Honneur en 2021, par Emmanuel Macron donc, pour, j’imagine, enrichissement fabuleux sur le dos du contribuable?

Synthèse.

Pointer du doigt cet opportunisme est une chose, en tirer des liens de causalité une autre. Chaque chose en son temps. Tout ce qui semble raisonnablement acquis, à ce jour, est que le laboratoire de Wuhan travaillait (voire travaille encore) sur des développements de gain de fonction de Coronavirus. Travaux financés par les Chinois, mais aussi par les Américains via le NIH et, apparemment, via Moderna à en croire la présence de cette séquence propriétaire au sein d’une partie clé (le site furine) du génome du Sars-CoV-2.

Ceci ne dit rien sur l’échappement du virus, volontaire ou accidentel, et si volontaire, par qui. Reste que la pandémie qui en a découlé, et qui aurait démarré à Wuhan dès l’été 2019 si on en croit divers reportages, aura massivement enrichi quelques sociétés pharmaceutiques via la vente de tests et de vaccins, et permit l’instauration de régimes d’exception techno-totalitaires dont nous subissons toujours, ici, les affres genre pass vaccinal, écoliers masqués et soignants renvoyés, pour le seul plaisir d’un pouvoir inepte et corrompu ne connaissant que la fuite en avant.

Et tout cela pour rien car, si l’on regarde la vraie science, on sait que les confinements n’eurent pas d’impact sanitaire positif (et de terribles impacts sociaux) (10), que le masque ne sert que dans des circonstances précises mais certainement pas en extérieur, que la vaccination n’a d’effet positif que sur les gens à risques (notamment les obèses / diabétiques) mais pose un risque sérieux d’effets indésirables graves (11), et que les mesures ségrégationnistes relèvent purement de la manipulation politique.

Une synthèse de ces deux ans de pandémie Covid, par le Pr Didier Raoult, vient d’ailleurs d’être publiée sur la chaine de l’IHU:

Liens et sources:

(1) https://zerhubarbeblog.net/2022/01/09/omicron-lhypothese-dun-vaccin-ogm-dapparence-naturelle/

(2) https://zerhubarbeblog.net/2022/01/06/du-covid-a-la-formation-psychotique-des-masses/

(3) https://zerhubarbeblog.net/2022/02/16/pr-luc-montagnier-requiem-pour-un-penseur-non-conformiste/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2020/05/23/les-origines-troubles-du-sars-cov-2-le-virus-du-covid-19/

(5) https://zerhubarbeblog.net/2021/05/14/histoire-du-sars-ses-variants-et-ses-vaccins/

(6) https://nypost.com/2021/10/21/nih-admits-us-funded-gain-of-function-in-wuhan-despite-faucis-repeated-denials/

(7) https://patents.google.com/patent/EP2083851A2

(8) https://zerhubarbeblog.net/2020/12/04/de-quoi-the-great-reset-est-il-le-nom/

(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Young_Global_Leaders

(10) https://zerhubarbeblog.net/2021/08/27/delires-covidiens-sur-la-sellette/

(11) https://zerhubarbeblog.net/2022/02/20/vaccination-covid-ravin-droit-devant/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

7 réponses

  1. Bonjour, et une fois de plus, merci pour cet article et les liens. Il y a quelques mois, je partageais sur ma page FB à destination de « mes amis », et le partage était systématiquement marqué d’un renvoi vers une page rectificative « toutes les informations sur le vaccin » et probablement bloqué D’ailleurs, personne ne semble avoir lu l’article partagé, contrairement à d’autres articles « bien pensants » qu’il m’arrive de partager. Tout cela rappelle le « regretté » INDEX qui disait clairement ce qu’il ne fallait pas lire. Bonne continuation à vous et félicitations pour votre travail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.