Mars ou crève.

L’ombre traversa le champ de vision du rover Perseverance à vive allure. Zephyr, son petit compagnon volant à quelques dizaines de mètres d’altitude, pu observer son passage sur le sol rougeâtre de cette fin de journée martienne, à quelques kilomètres du cratère Jezero où ils avaient tous « atterris » voici à peine un mois, en février 2021.

Plus haut, beaucoup plus haut, la sonde chinoise Tianwen-1 filmait la scène et, surtout, l’Ovni situé entre elle et la surface, dont l’ombre provoquait à chaque passage des lignes de code interrogatives.

DB-TIFF

Combinant leurs données, les ingénieurs purent déterminer que l’Ovni, de forme sphérique, devait voler à une altitude comprise entre 1 000 et 2 000 mètres du sol, pour un diamètre entre 20 et 40 mètres. L’explication officielle pour ces ombres, visibles sur certaines images publiques, est le transit de Phobos, l’une des lunes de Mars.

Agences en ordre de Mars.

Au vu de ceci, les agences spatiales se mirent en ordre de combat. Dès mars 2021, soit un mois après l’arrivée de Perseverance sur Mars, Bill Nelson (1) fut nommé Administrateur de la NASA, l’organisation américaine pour l’exploration spatiale, dont les origines réelles furent d’ailleurs révélées dans ce précédant article (2).

En Europe, l’ESA (l’agence spatiale européenne) nommait au même moment un nouveau directeur, le Dr Josef Aschbacher, spécialiste des systèmes d’observation depuis l’espace (3). Le rover Perseverance incorpore plusieurs instruments de fabrication européenne, notamment des spectromètres et des caméras.

Le 1er avril 2021, une réunion par écrans interposés, Covid oblige, réunissait Bill Nelson de la NASA, Michael Watkins du JPL (concepteur des rovers pour la NASA), le Dr Josef Aschbacher de l’ESA, Dimitry Rogozin de l’agence spatiale russe, et Zhang Kejian, directeur de l’agence spatiale chinoise.

Tous sont au courant de « l’anomalie » martienne, comme on dit dans le jargon: un ou plusieurs Ovnis se promènent dans le ciel martien, et ils ont clairement repéré Perseverance vu le nombre de passages à proximité du rover.

Une fouille assistée par IA des images des précédant rovers, et notamment Curiosity qui se déplace lentement à la surface de Mars depuis 2012 (4), permet de découvrir quelques traces suspectes, indiquant la présence probable de ces Ovnis depuis au moins cette date.

Blague Musklée?

C’est au cours de cette réunion que Michael Watkins annonça, à la stupeur générale, l’apparente résurrection du module de communication du rover Opportunity, pourtant déclaré mort le 13 février 2019: Le JPL venait de recevoir un message transmis directement depuis Opportunity via le Deep Space Network (5) de la NASA, en français dans le texte:

Mars ou crève.

Il fallut alors proposer une réponse à ce message, d’ inconnue au sens incertain et sur lequel planchèrent en urgence quelques linguistes.

L’hypothèse la plus populaire sur son fut qu’il s’agissait d’un coup monté par Elon Musk, le patron de Tesla et de SpaceX qui, comme chacun sait, veut installer une colonie humaine sur Mars d’ici 2050 grâce à son programme Starship (6).

Selon Musk, l’humanité va s’autodétruire d’ici peu et une colonie martienne permettrait, une fois la catastrophe passée, fusse-t-elle nucléaire, virale ou climatologique, d’ensuite repeupler la Terre. Une prédiction qui peut paraître parfaitement raisonnable aujourd’hui du fait de l’hystérisation du conflit en Ukraine, mais qui semblait déjà assez pertinente en avril 2021 en pleine hystérisation covidienne.

C’est sur base de cette suspicion que les autorités américaines, via la FAA, décidèrent d’interdire les essais du Starship depuis la « starbase » de SpaceX à Boca Chica, sur la frontière entre le Texas et le Mexique (7). Le dernier vol d’essai eut lieu en mai 2021, mais les activités commerciales de SpaceX – et notamment les lancements pour le réseau internet par satellite Starlink (8) – purent continuer normalement.

Ce, d’autant que la NASA a son propre projet pour envoyer une mission habitée sur Mars, la mission Artemis, dont la première étape est d’installer une base lunaire en 2025 (9). Un projet prenant régulièrement du retard et confronté à des problèmes techniques, mais dont le premier essai en conditions réelles (wet dress rehearsal) doit avoir lieu aujourd’hui, 1er avril 2022 (10).

Question de taille.

Même en admettant la possibilité que Elon Musk soit à l’ du message, et ait réussi par quelque astuce technologique à faire croire au JPL qu’il provenait du supposé défunt Opportunity sur Mars, reste la question des Ovnis qui survolent la planète rouge.

Selon les minutes de la réunion des agences spatiales récupérées via Wikileaks, l’hypothèse de la NASA serait une mission secrète par une agence terrestre. Qui dit mission secrète dit généralement mission militaire, et autant il serait sans doute difficile de cacher un secret d’une telle sophistication aux USA ou en Europe, autant c’est envisageable en Russie, et tout à fait plausible en Chine.

Zhang Kejian, le directeur de l’agence spatiale chinoise, nia en bloc. Selon lui, au vu de la taille des Ovnis martiens, la charge minimum serait de l’ordre de 25 tonnes, et aucun lanceur chinois de la série des Longue Marche n’est capable d’emporter une telle charge aussi loin. Le projet de lanceur super-lourd chinois, baptisé Longue Marche 9, ne sera pas en service avant 2030 (11).

Dimitry Rogozin, directeur de l’agence spatiale russe, nia également en bloc, et avec les mêmes arguments: le lanceur Angara A5, successeur de la fusée Proton, n’a pas les capacités requises, et le lanceur super-lourd Angara 100 est toujours à l’état de projet (13).

Et de fait, officiellement il n’existe aucun lanceur terrestre capable d’envoyer 25 tonnes en orbite lunaire, d’où un sous-ensemble pourrait s’élancer vers Mars. A part le nouveau SLS américain au cœur du projet Artemis, capable d’envoyer 27 tonnes en orbite lunaire, mais qui ne vole pas encore (12). Ou le lanceur du Starship de SpaceX, jamais testé et cloué au sol depuis bientôt un an.

Les parties en présence décidèrent donc d’accepter, pour l’instant, l’hypothèse d’une agence extra-terrestre, et de renvoyer ce message à Opportunity par le même canal:

Qui êtes-vous? Nous venons en paix.

Six jours après, soit le 7 avril, arriva la réponse:

Casse-toi pauv’ con!

Les linguistes se remirent au travail, faisant notamment appel à leurs confrères (et sœurs) francophones afin de saisir toutes les nuances possibles de cette expression.

On demanda l’avis de philosophes, dont BHL par erreur, qui se proposa pour aller sur place avec un photographe. En qualité de chef de file de la francophonie, Emmanuel Macron insista pour envoyer une réponse personnelle qui commençait par « Jupiter vous parle et vous emmerde », mais le JPL déclina l’offre.

Lapin de jade.

En décembre 2021, le rover lunaire chinois Yutu-2 explorait la face cachée de la Lune et renvoyait une image d’un objet assez lointain et bizarrement rectangulaire, surnommé « hutte mystérieuse ».

Mystery hut.

Un mois plus tard, courant janvier 2022, Yutu-2 arrivait sur place pour n’y trouver, officiellement, qu’un gros caillou, renommé « Lapin de jade » (14). Au même moment les directeurs des agences spatiales se réunissaient en terrain neutre, au Chili, à la demande de Zhang Kejian, qui – selon les minutes du rapport récupérées par Wikileaks – informait le groupe que « Lapin de jade » marquait en fait l’entrée d’un silo s’enfonçant dans le sol lunaire.

Puis, regardant fixement Dimitry Rogozin, il aurait ajouté, photo à l’appui: « Et sur la porte du silo, il y a les lettres CCCP ».

Ovnis rouges.

Affranchie de l’attraction terrestre, une base lunaire permettrait d’envoyer du matériel lourd vers Mars avec des fusées modestes. C’est le pari aussi bien de SpaceX que de la NASA: créer une station de ravitaillement sur la Lune, d’où partiraient des véhicules sans lanceurs, comme le Spaceship, capables d’emporter 100 tonnes de matériel vers Mars au cours d’un voyage prenant entre six mois et deux ans, selon les alignements planétaires.

Visiblement, les soviétiques y avaient pensé avant, mais dans quel but, et comment avaient-ils pu cacher une telle entreprise malgré la chute de l’URSS en 1991? Et, surtout, quels liens avec le phénomène observé aujourd’hui sur Mars?

Rogozin désigna comme seule personne avec l’autorité pour parler de ce programme soviétique top secret. Les présidences américaines, européennes et chinoises en furent informées, et firent pression sur le président russe pour obtenir les nécessaires éclaircissements.

Les services secrets s’agitèrent et exhumèrent un ancien agent double soviétique, de nationalité ukrainienne, spécialiste des mines et de l’analyse géologique, intégré au sein des projets d’exploration de l’espace du temps de l’URSS. Un certain Aleksandr Zelensky (15), père du plus connu Volodymyr Zelensky, actuellement président de l’Ukraine.

La saga Biden – Zelensky.

Zelensky père confirma les rumeurs bien informées sur l’existence d’une base souterraine quelque part en Sibérie, l’équivalent de la fameuse Area 51 américaine où se développent des projets ultra-secrets voire, selon certains, des analyses d’Ovnis crashés sur la Terre (16).

Les Soviétiques auraient récupéré un tel objet, et développé un discret programme d’exploration spatiale en intégrant cette technologie extra-terrestre. Il parla aussi de l’existence de quelques laboratoires secrets du projet spatial éparpillés sur tout le territoire, notamment en Ukraine, et souvent déguisés en laboratoires de recherche biologique (17).

Ovni crashé en Russie.

Une histoire qu’Aleksandr aurait déjà racontée à son fils, Volodymyr, à l’époque où il était encore officiellement comédien, et où il rencontra Hunter Biden, le fils de l’actuel président US, à l’époque vice-président sous Obama.

Comme on a pu le voir dans les Panama Papers, Volodymyr Zelensky était influent au sein de Burisma, l’entreprise publique exploitant le gaz naturel ukrainien. Une société qui, sous l’influence américaine de l’époque et dans la foulée du coup d’Etat de 2014, employa Hunter Biden (avec un salaire annuel d’un million de dollars) pour des activités restées secrètes, sauf pour quelques personnes dont Volodymyr Zelensky, Joe Biden et Vladimir Poutine (18).

Les révélations actuelles d’Aleksandr, vidant son sac avant de mourir, dévoilent le plan visant à installer son fils à la présidence ukrainienne afin de mettre la main, contre beaucoup d’argent, sur le secret des Soviétiques cachés quelque part dans les sous-sols de quelques laboratoires de l’Est de l’Ukraine, et notamment dans le Donbass et la Crimée.

C’est Hunter Biden qui devait servir de relais pour l’exfiltration de ces informations et matériels vers les USA, et qui devait s’attacher à corrompre qui il fallait avec l’argent, la drogue et les putes de luxe – toutes choses dont les traces furent retrouvées dans son fameux ordinateur portable oublié chez un réparateur, qui en fouilla le contenu.

Wargames.

C’est au moment de ces révélations que les agences perdirent le contrôle de la situation au profit des politiques. Les Chinois proposèrent un pacte à Poutine: l’assistance et l’amitié éternelle du grand frère chinois contre l’accès au programme spatial secret, ce qui mena à la signature du fameux accord de coopération du 4 février 2022 (19).

Ainsi doublés par les Chinois, les Occidentaux décidèrent de forcer Poutine à attaquer l’Ukraine afin de le délégitimer, de frapper la Russie avec de violentes sanctions afin de monter le peuple contre lui, et de rompre le lien avec Xi. Un piège anti-Poutine conçu dès 2014 et aujourd’hui en passe de se refermer… sur les Européens, dindons de la farce.

On rentre.

Fin mars 2022. Dans la salle de contrôle du JPL dédiée aux rovers Spirit et Opportunity, laissée à l’état de musée avant sa réactivation et le rappel de quelques ingénieurs retraités, on a désormais l’assurance que la communication n’est pas truquée, que ce n’est pas une blague d’Elon Musk, mais que c’est bien Opportunity qui envoie les messages depuis Mars. Ou du moins son module de communication, « hacké » par « quelque chose » qui lui dicte des phrases en français apparemment dénuées de sens.

« Mars ou crève » revient régulièrement. Mais on trouve aussi « Les cons ça ose tout », « Un Mars et ça repart » et autres phrases issues du folklore francophone. Jusqu’au moment où un ingénieur, américain d’ russe, tente un coup: il renvoie « Mars ou crève » avec les codes ASCII correspondant (un code informatique préhistorique permettant de définir chaque caractère), puis la liste des codes ASCII pour les caractères cyrilliques, et la traduction de « Mars ou crève » en russe.

Quelques heures plus tard, un nouveau message s’affiche:

ничего больше не работает водки больше нет ! Мы возвращаемся.

(Plus rien ne fonctionne et il n’y a plus de vodka! On rentre.)

Liens et sources:

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bill_Nelson

(2) https://zerhubarbeblog.net/2021/04/01/cluny-aux-origines-de-la-conquete-spatiale/

(3) https://www.esa.int/Space_in_Member_States/France/Josef_Aschbacher_est_le_nouveau_Directeur_general_de_l_ESA

(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Exploration_de_Mars_par_Curiosity

(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Deep_Space_Network

(6) https://zerhubarbeblog.net/2019/09/30/spacex-en-route-vers-mars/

(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/SpaceX_South_Texas_Launch_Site

(8) https://www.lesnumeriques.com/fournisseur-acces-internet/starlink-nous-avons-teste-l-internet-par-satellite-d-elon-musk-et-de-spacex-a169765.html

(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_Artemis

(10) https://blogs.nasa.gov/artemis/2022/03/28/nasa-go-for-artemis-i-wet-dress-rehearsal/

(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Marche_9

(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Space_Launch_System

(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Angara_(fus%C3%A9e)#L’Angara_100

(14) https://www.nytimes.com/2022/01/07/science/moon-cube-china-rover.html

(15) https://en.wikipedia.org/wiki/Oleksandr_Zelensky

(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_51

(17) https://zerhubarbeblog.net/2022/03/10/quel-est-lobjet-des-biolabs-us-en-ukraine/

(18) https://www.arabnews.fr/node/2216/international

(19) https://zerhubarbeblog.net/2022/02/07/4-fevrier-2022-premier-jour-de-lere-de-la-domination-sino-russe/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

5 réponses

  1. Votez donc pour les mêmes, nombrils en continuant les mêmes, inepties sans jamais assumer vos précédentes conneries. Ni jamais rien consciemment changer ni sauver, hormis les apparences. Inventez toujours plus de probs en pire pour, vous rendre toujours plus, politiquement indispensables sans jamais « rien » résoudre. Après vous les mouches, et le chaos. Crises financières, crises terroristes, crises pandémiques, crises climatiques, crises guerrières post apocalyptiques depuis plus de 70 ans à l’Armageddon. Mobutu n’avait pas fait, mieux. Que, des bonnes idées… https://lagrandesorciere.wordpress.com/2022/04/02/schtroumpf-vert-ou-vert-schtroumpf-vive-le-parti-des-degagistes/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.