Covid-19, fabrique de la technopanique par la tarification à l’acte.

Alors que l’offensive covidienne menée contre la population par la Macronie et ses alliés reprend de plus belle, avec un projet de loi visant à étendre le pass vaccinal au-delà de sa supposée fin légale du 31 juillet, jusqu’au 31 mars 2023 (1), et ainsi de suite de décret en décret – le but étant de maintenir cet outil de contrôle social et d’enrichissement de Big Pharma en place ad vitaem – , les analyses de la catastrophe ainsi conduite depuis plus de deux ans continuent de sortir, même si elles trouvent rarement place sur le radar des médias aux ordres, et encore moins dans les esprits des ségrégationnistes et autres adhérents au hypnotisés par ces années de propagande massive (2). Ou y trouvant leur intérêt, ce qui est le cas de nombreux fonctionnaires, médecins, actionnaires etc.., cela va sans dire.

Après près de 140 articles publiés, ici, sur le sujet de la grande arnaque covidienne depuis début 2020, continuer peut sembler vain car le débat n’est plus scientifique mais politique, commercial et religieux, les trois faisant traditionnellement bon ménage. Il ne l’a d’ailleurs jamais réellement été, la réalité scientifique ayant été évacuée dès le début, sous nos yeux ébahis, comme l’explique très bien l’épidémiologiste Laurent Toubiana dans son dernier ouvrage (3), et le « Conseil scientifique » ne servant qu’à passer une couche de vernis sur des décisions prises d’avance.

De la science à la religion.

Il faut bien comprendre que la « guerre » dont parlait Macron, en mars 2020, n’est pas contre le virus mais contre nous, contre la société dont l’existence même, sous sa forme libre et informée du moins, est une menace pour les gens inféodés, comme lui et beaucoup d’autres, à l’empire de la corruption (4).

Celles et ceux qui ont compris ont compris, et les autres ne changeront pas d’avis sauf traumatisme ou révélation mystique leur permettant de sortir de l’emprise. De plus, nous ne sommes pas (encore) en Chine et les éléments de réinformation sont disponibles sur de nombreux médias en ligne, dont Youtube et Facebook, en provenance de sources que même les pires covido-fascistes ont du mal à étiqueter « complotiste », « antisémite » ou « poutinophile », comme par exemple le Professeur Michaël Peyromaure, reçu ici par Sonia Mabrouk sur Europe 1 (plus covidiquement correct tu meurs, ou alors il faut écouter Salami et Demeuré sur France Inter, mais là tu meurs vraiment):

Le négationnisme face à la réalité covidienne, incarcérationniste, vaccinale et ségrégationniste est donc largement un choix de type religieux (où, a minima, de conformisme social), et les minuscules vecteurs de réinformation comme ce blog n’y changeront rien. Alors?

La des technocrates contre la civilisation.

Alors, il reste énormément d’enseignements à tirer de ce long évènement (qui n’est pas terminé) car, les méthodes mises en œuvre pour transformer une problématique sanitaire, parfaitement gérable, en une apparente démence nihiliste menant la société au bord du gouffre, sert les profits de quelques uns et illustre, surtout, comment la technocratisation des sociétés, faisant que tout devient normé, surveillé et manipulable par une autorité soi-disant « experte » et intouchable dont la corruption est désormais l’essence première, est devenue l’ennemie intime de la civilisation (5), loin devant Poutine ou les juges de la cour suprême américaine.

La démence nihiliste est probablement une caractéristique fondamentale des sociétés technocratiques, c’est-à-dire totalitaires au sens où le pouvoir utilise une mécanique administrative afin d’imposer, de manière « rationnelle », des processus déments sur lesquels plus personne n’a prise: l’Holocauste était servi par de braves fonctionnaires appliquant le règlement, tout comme le goulag soviétique, la gestion covidienne, les confinements à la chinoise, la suspension des pompiers et soignants non-vaccinés, et aujourd’hui la course vers l’abîme au nom de l’Ukraine.

Big Brother et les expériences de Milgram relèvent du même tonneau, tout comme les milices de la Gestapass QR codée terrorisant les clients des restaurants ou fouillant les sacs de courses, tout comme les « médecins » injectant à la volée n’importe quoi à n’importe qui sans rien vouloir savoir des conséquences de leurs actes, tout comme la ségrégation « vaccinale » dont le but est de casser la société: l’autorité administrative justifie tout, et plus encore si on peut en tirer un profit personnel – on n’est pas des philanthropes, non plus. « Allez Albert, ramène les biftons! », comme doit si bien le dire la belle Ursula.

Hold-up sanitaire et bureaucratisation.

Un passionnant exemple de la manière dont la technocratie pervertit le fonctionnement « normal » des institutions est celui de la bureaucratisation du système de santé. Un processus issu de l’introduction de l’informatique dans les hôpitaux dans les années 90, et qu’un certain Jean Castex transforma en 2007 en machine financière au nom de la « tarification à l’acte », T2A pour les intimes. La réapparition du monstre technocratique Castex au cœur de la catastrophe Covid n’est évidemment en rien un accident.

De la T2A s’ensuivit que l’ n’était plus là pour soigner, faisant au mieux avec son allocation annuelle calibrée en fonction de la population qu’il devait desservir, mais qu’il était là pour faire du fric, favorisant les « cas » en fonction de leur rentabilité financière, chaque « cas » étant associé à un code dont la source est l’OMS.

De pourri, ce système est devenu fou avec le Covid et la création d’un code spécial « Covid » associé à une « prime de risque », que les bureaucrates hospitaliers pouvaient dès lors affecter à n’importe qui présentant, de près ou de loin (voire pas du tout), tout signe pouvant relever dudit Covid. Mais relevant, surtout, de la grippe et des différentes maladies respiratoires classiques, dont souffrent chaque année quelques trois millions de personnes en France, qui furent dès lors déclarées « Covid » au doux son de la caisse enregistreuse.

C’est ainsi que s’explique la disparition soudaine de la grippe et maladies associées: elles n’ont pas disparu, elles ont été relabellisées « Covid » afin de faire gagner plus d’argent à l’ et aux médecins. En parallèle, cette explosion des cas Covid regroupant en fait tout un ensemble de maladies préexistantes, mis en branle le fameux plan blanc (déprogrammation massive des interventions dites non urgentes, et notamment des dépistages en tous genres) dont le résultat, aujourd’hui, est une situation sanitaire désastreuse n’ayant pas grand chose à voir avec le Covid, mais bien avec la gestion technocratique et corrompue de l’hôpital public.

Ceci est un bref résumé d’une excellente émission réalisée par les chaînes Kairos et Décoder l’éco, intitulée « La bureaucratie sanitaire au centre de la fraude », dont voici le lien Watch sur Facebook, et dont j’attends la publication sur Youtube (sauf censure). Cet article de Usbek & Rica dit un peu la même chose, même si c’est sur un ton plus consensuel (6).

Les technocrates au service du grand capital.

Le remplacement de l’expertise locale aux mains de gens en contact direct avec la population, par des technocrates issus d’écoles d’administration, secondés (sinon dirigés) par des consultants grassement payés bardés de conflits d’intérêts (McKinsey travaille pour tout le monde, dont Big Pharma, et héberge les rejetons de moults personnalités politiques), se révèle la recette parfaite pour le dépeçage de la chose publique (ici, l’hôpital) au profit du grand capital.

Le médecin François Alla, professeur de santé publique et directeur adjoint de l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (ISPED), le dit très, très gentiment:

« Nous sommes dans une situation complexe. Une crise sanitaire, c’est un événement brutal qui peut potentiellement tout désorganiser. Pour surmonter ce type de crise, nous bénéficions en France des structures, des organisations et des compétences nécessaires, dans l’administration de la santé au niveau national et en régions, dans les agences sanitaires, chez les professionnels de santé notamment. Notre système a maintes fois prouvé sa solidité. Mais pour gérer cette crise, le pouvoir politique, notamment par manque de confiance dans les institutions de la République, a préféré passer outre les dispositifs et compétences existantes pour confier des missions stratégiques à des cabinets de consulting. Ces derniers ont largement démontré qu’ils n’avaient pas les compétences nécessaires, que ce soit en termes de connaissances techniques, du système, des acteurs ou des contextes. Cela contribue à expliquer les échecs français, du masque à la vaccination. »

https://www.marianne.net/agora/entretiens-et-debats/le-pilotage-par-mckinsey-a-cree-une-couverture-vaccinale-inversement-proportionnelle-aux-besoins-de-sante?fbclid=IwAR2byMeWDRmfVlQrTyH9DWs83V7WNE1tIV2mJakEDbFdqYhhTidBu9uuL78#xtor=CS4-31-%5Bretargeting%5D

Ces technocrates ont tout fait pour transformer le Covid en une magnifique opportunité commerciale pour leurs amis, allant jusqu’à faire des études bidon pour empêcher les vrais médecins de soigner, imposant une véritable dictature via les ARS et l’ordre des médecins corrompus afin de privilégier des traitements médicaux et vaccinaux déments.

Un exemple très parlant est celui du médicament « anticovid » Remdesivir, placé par Gilead dès le début (fin 2020) comme une espèce de remède miracle, vendu 2 500 euros la dose (!), et acheté pour 500 000 patients via l’UE alors même que l’efficacité du produit était plus que douteuse, et ses effets secondaires mal cernés.

Alors même, surtout, que d’autres médicaments, mieux connus et très nettement moins chers, notamment la dexaméthasone, font l’objet de pénurie.

Un tout récent article du Lancet enfonce le clou sur l’inefficacité et, surtout, sur la dangerosité du Remdesivir. On y lit que les patients non ventilés sous respirateur, se retrouvaient plus souvent sous respirateur ou morts que les patients du groupe de contrôle (7).

Certains auront remarqué cet autre article paru sur BFM (!!) selon lequel la vitamine D, hein, finalement…

« Les résultats publiés mardi concluent que l’administration d’une forte dose de vitamine D dans les 72 heures suivant le diagnostic Covid-19 permet de baisser significativement le risque de décès.

Dévoilés mardi 31 mai, les résultats de l’étude COVIT-TRIAL publiée dans la revue Plos Medicine viennent acter l’efficacité de la vitamine D pour limiter la mortalité lors d’une infection au Covid-19 chez les personnes âgées. »

https://www.bfmtv.com/sante/covid-19-une-etude-prouve-l-efficacite-de-la-vitamine-d-pour-limiter-les-deces-chez-les-personnes-agees_AD-202206020387.html?fbclid=IwAR2byMeWDRmfVlQrTyH9DWs83V7WNE1tIV2mJakEDbFdqYhhTidBu9uuL78

La technocratie, un ennemi ontologique.

Je termine sur cet article du British Medical Journal, autre poids lourd de la publication médicale, disant en gros que:

L’usage de la dictature sanitaire, de l’absurde et de la violence arbitraire face à la pandémie Covid aura fait plus de mal que de bien.

Des effets néfastes associés aux mesures de confinement, bien sûr mais également du fait de la perte de confiance et de crédibilité du public envers les institutions dites de santé, notamment en matière de vaccination.

https://gh.bmj.com/content/7/5/e008684?fbclid=IwAR3Ey7Txy082y_6z7_K-QuaFADR7lLyRP8arKha0uoCGS60PEtKzqR2B75A

Cette transformation de la médecine en une institution prédatrice n’est pas nouvelle. Le philosophe Ivan Illich en parlait déjà voici un demi-siècle dans son ouvrage « Némésis médicale », objet de cet autre article du blog (8), mais c’est l’échelle planétaire du phénomène qui surprend.

La démence nihiliste des technocrates les rend prêts à tout pour garder le contrôle, même à affamer la moitié du monde et à faire la nucléaire à la Russie pour un bout de terrain à l’Est de l’Ukraine. L’ennemi, le vrai, c’est eux, leurs bureaucrates et leurs milices. Comme toujours.

Liens et sources:

(1) https://atlantico.fr/article/decryptage/exclusif-le-gouvernement-projette-la-prolongation-du-pass-vaccinal-mais-avec-quelle-majorite-sante-covid-19-pandemie-brigitte-bourguignon-emmanuel-macron-vaccination-francais-projet-de-loi-roger-verniere?fbclid=IwAR2D8uwfrhU-Ii6bGjYUjFX0ZCC_b3PyBBiONMysk9o9CdxbgZIqrsPwDhc

(2) https://zerhubarbeblog.net/2022/01/06/du-covid-a-la-formation-psychotique-des-masses/

(3) https://zerhubarbeblog.net/2022/05/06/covid-19-en-france-ze-toubiana-papers/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2022/06/26/apres-la--leconomie-de-guerre/

(5) https://zerhubarbeblog.net/2022/02/24/vaccins-arnm-pfizer-et-moderna-le-crime-du-siecle/

(6) https://usbeketrica.com/fr/article/excel-m-a-tuer-pourquoi-l-hopital-n-arrive-plus-a-bien-soigner?fbclid=IwAR3CdvKeMnuCiCdKX8HiQibZlmORcMtI4D7BbqlibJXDlaZt3GOMGPEhXNk

(7) https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(22)00295-X/fulltext?fbclid=IwAR0_hrezK5MBcJ3P0K_pJv4h0DEXQTM6DFBrDEomLSMq5H6e44Z74AvtA7c

(8) https://zerhubarbeblog.net/2020/09/18/ivan-illich-et-la-fin-de-lhumain-singulier/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

1 réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.