Septembre Imaginaire 2019 à Cluny.

Nous vivons une époque où la technostructure, des USA à la Chine en passant par l’Europe, cherche à dominer l’humain au profit des élites corrompues et du capitalisme de connivence. La police transformée en armée d’occupation, Internet et les applications mobiles transformées en autant d’outils de surveillance et de manipulation projettent un futur technocratique et policier à côté duquel 1984 passe pour un conte gentillet. Et en plus c’est la rentrée, ce moment où les cauchemars des gamins, des ados et de pas mal de profs deviennent subitement réalité. Face à tout cela il y a plus urgent qu’écouter de la musique dans un festival imaginaire.

Et pourtant. Si le rêve devient le dernier espace protégé, c’est sans doute la musique qui restera la dernière parole libre. Sauf la musique militaire, convenons-en. Et justement il existe ici, à Cluny, un festival intimiste, un méli-mélo de musiques anciennes, traditionnelles, expérimentales qui se déroule sur un week-end de septembre: le festival Septembre Imaginaire (1).

Cette année j’y ai participé d’un peu plus près que d’habitude du fait d’une collaboration entre le festival et un groupe d’artistes locaux dont je fais partie, « noyau doux » (2), ce qui m’a amené à réaliser un suivi photographique des différents événements que je publie ci-dessous.

Ordre d’apparition.

Vendredi soir en ouverture: Tricolor, le duo de musique traditionnelle du Venezuela suivi d’un pot à l’Hôtel des Monnaies.

Samedi midi, sortie de marché devant la Louise avec la compagnie Errance (Simona Morini, Florian Villain et Frédéric Martin), puis une rencontre avec les trois musiciens improvisateurs de Sens Radiants qui joueront le soir: Daunik Lazro, Didier Lasserre et Benjamin Duboc.

Ensuite nous retrouvons Errance en concert à l’Hôtel de la Monnaie, précédés par une lecture musicale de Elsa Le Boudec et Emilie Volle. Superbe ambiance à l’écoute de ces chansons populaires de France et d’Italie.

La dernière minute de la dernière chanson de la formation Errance, samedi 14 septembre pendant le festival Septembre Imaginaire à Cluny.

Samedi soir, un grand moment avec Sens Radiants: trio d’impro percussions, contrebasse et saxo. Du grand art.

Dimanche début d’après-midi au musée de Cluny, les ateliers de musique ancienne proposaient le Balet comique de la Royne. Concert suivi par celui de Zohar Shefi au clavecin où elle interprète cinq compositeurs sur cet instrument aux sonorités étranges.

« 1 de 3 »

Un bien bel événement que ce Septembre Imaginaire avec ses concerts intimistes, ses découvertes et sa succursale un peu déjantée chez la Louise!

Liens et sources:

(1) http://lanoteeclose.com/septembre%20imaginaire/index.html

(2) https://noyaudoux.wordpress.com/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.