NSA, GAFAM et le Capitalisme de Surveillance.

Accédez à n’importe quel site ou installez n’importe quelle application mobile et l’on vous demandera d’accepter les conditions d’utilisation du site ou de l’appli. Si vous refusez vous n’avez pas l’accès, ou au mieux sous une forme très dégradée. Que disent généralement ces conditions? Que vous acceptez que vos données d’utilisation soient collectées et utilisées, par l’éditeur ou des tiers, à des fins de personnalisation publicitaire.

Le deal est a priori clair: vous bénéficiez gratuitement de l’accès à un site ou une application mobile, en échange de quoi vous acceptez que vos données soient utilisées pour vous fournir des publicités ciblées. C’est du gagnant-gagnant et vous ne pouvez raisonnablement refuser. Sauf que c’est tout sauf du gagnant-gagnant mais pour le comprendre il faut remonter à la source de ce qu’il faut bien appeler le capitalisme de surveillance.

L’affaire Cambridge Analytica.

En avril 2018 je publiais un article sur le rôle de Cambridge Analytica et de Facebook dans l’élection de Donald Trump et de la victoire des pro-Brexit au référendum britannique de 2016, article se concluant ainsi:

Il est vital et urgent, pour nous public encore capable de pensée critique, de faire face à l’invisible mais très puissante menace que pose cette guerre psychologique menée à travers les GAFAM et les officines du genre de Cambridge Analytica. Notre indépendance d’esprit est devenue la ZAD ultime.

https://zerhubarbeblog.net/2018/04/12/de-facebook-au-brexit-la-course-au-profil/

Depuis lors un excellent documentaire intitulé « The Great Hack: l’affaire Cambridge Analytica » a été produit par Netflix et analyse ce scandale en suivant, notamment, le parcours d’une ex-cadre de Cambridge Analytica, Brittany Kaiser:

L’affaire Edward Snowden.

En 2016 Oliver Stone réalisait « Snowden », l’histoire du fameux lanceur d’alerte Edward Snowden, petit génie de l’informatique ayant travaillé pour la NSA et la CIA mais qui, se rendant compte de l’absolue corruption morale de sa hiérarchie et de la transformation de son pays en pur Etat policier grâce aux outils qu’il contribuait à développer, décida de transmettre les preuves de ces délits au journal The Guardian (1).

Une scène particulièrement révélatrice du film est celle où le mentor de Snowden au sein de la CIA lui explique pourquoi les USA dépensent autant de milliards dans tous ces systèmes de surveillance et de guerre, alors que l’on pourrait résoudre la plupart des problèmes avec un peu d’intelligence: l’unique but de tout ce cirque est de nourrir le complexe militaro-industriel.

Petit aparté: Cette admission contextualise la polémique apparue cette semaine au sujet d’un manuel universitaire à destination des étudiants de Sciences-Po:

Un ouvrage, publié en 2019 aux éditions Ellipses, destiné aux étudiants de Sciences Politiques et des classes préparatoires qui revient sur les attentats du 11 septembre 2001. Et cette phrase à la page 204 du manuel : « Cet événement mondial – sans doute orchestré par la CIA (services secrets) pour imposer l’influence américaine au Moyen-Orient ? – touche les symboles de la puissance américaine sur son territoire. »

https://www.ladepeche.fr/2020/01/19/les-attentats-du-11-septembre-sans-doute-orchestres-par-la-cia-le-manuel-detude-fait-polemique,8671594.php

Branle-bas de combat chez les chiens de garde de l’establishment français évidemment. J’avoue avoir ri, mais revenons à Snowden.

Déclaré ennemi public n°1 par l’ensemble des « démocraties » occidentales pour avoir ainsi osé mettre en lumière l’énorme et orwellien système de surveillance mis en place par les services secrets US (ce qui en dit long sur la puissance occulte de « nos » institutions policières sur le politique), Snowden se retrouva coincé à Moscou alors qu’il cherchait à se rendre en Equateur. Moscou où Vladimir Poutine lui accorda une forme d’asile politique et où il fut rejoint, plus tard, par sa femme, celle qui fut la première à semer quelques graines de doute dans l’esprit formaté de ce patriote qui voulait mettre son corps, d’abord, puis son génie au service de la sécurité de son pays.

En filigrane de ces affaires, Wikileaks et son fondateur Julian Assange qui, aujourd’hui, pourrit dans une geôle anglaise victime d’un coup monté (2) entre les USA, la Suède et les Britanniques pour le faire taire. Définitivement. Sans oublier, bien entendu, l’ex-militaire Chelsea Manning qui révéla au monde les crimes de guerre US en Irak, payant pour ce faire de sa personne (3). Elle est encore aujourd’hui en prison pour refus de témoigner contre… Julian Assange.

Cambridge Analytica tomba en faillite dans le sillage de cette histoire, et Barack Obama imposa à la NSA quelques garde-fous pour désarmer l’indignation populaire US, et mondiale, face à cet incroyable abus de pouvoir mais il existe d’autres Cambridge Analytica (telle que Palantir, qui a travaillé pour la DGSI) et rien n’a changé, en réalité, dans le fonctionnement des services secrets US ou étrangers.

Services qui sont de plus ouvertement utilisés par les régimes politiques, y compris en France et ce de manière « décomplexée », pour protéger lesdits régimes contre l’opposition politique interne, bien plus que contre une quelconque « menace terroriste » qui, si elle n’est évidemment pas inexistante, sert surtout d’épouvantail pour justifier tout le reste.

On pourrait croire que tout ceci relève de manipulations au sein d’institutions devenues trop puissantes, qu’il faut corriger certes mais qui ne concernent finalement qu’une infime minorité de personnes. Que ces systèmes de surveillance disparaîtront un jour sous leur propre poids, ou réfutés par une nouvelle génération de leaders politiques moins corrompus, moins « virils », et faute de moyens pour entretenir tout cela. Bref qu’il s’agirait d’un épiphénomène lié à l’émergence simultanée de ces technologies et du terrorisme, et non d’un problème fondamental qui nous concerne toutes et tous, et nous concernera encore très longtemps.

Grave erreur.

Shoshana Zuboff et l’âge du capitalisme de surveillance.

A ma connaissance l’analyse la plus complète, la plus exhaustive, la plus historique et la plus technique du phénomène de surveillance est celle réalisée par Shoshana Zuboff dans son livre « The Age of Surveillance Capitalism« , dont une synthèse en français est par exemple disponible ici (4).

Les outils utilisés par la NSA & Cie sont fondamentalement les mêmes que ceux utilisés par les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) pour créer des profils individuels à partir des données qui soit sont consciemment fournies par leurs utilisateurs (nos profils et contenus Facebook, nos recherches Google, etc…), soit sont volées « légalement » (captations des mails, sms, conversations vocales, messageries, photos) vu que l’on accepte, en général, les conditions d’utilisation permettant l’accès à ces services et applications, soit volées « illégalement » c’est-à-dire sans consentement même de façade, ou piratées ou volontairement détournées.

L’origine de ce phénomène est double: d’une part la nécessité, notamment pour Google puis Facebook, de faire de l’argent. Leurs services étant « gratuits » et donc dépendant des annonceurs, il devint rapidement nécessaire de créer des produits marketing capables de générer de forts revenus financier afin de maintenir l’effort de déploiement et de sophistication de ces réseaux. D’autre part le constat que les services en ligne généraient naturellement d’énormes nuages de données a priori non utilisables, mais a priori seulement.

Ces flux, nommés data exhaust par association avec le pot d’échappement d’un moteur qui laisserait échapper des fumées de données plutôt que des gaz, contiennent en réalité une masse d’informations qui, associée aux outils modernes de data mining et d’intelligence artificielle, permet de créer des profils prédictifs, c’est-à-dire des profils permettant de prédire avec une certaine précision, voire une précision certaine, en fonction de contraintes / contingences / impulsions spécifiques, le comportement futur de la personne ainsi « profilée ».

Profilage prédictif.

Google inventa le marché pour ce profilage. Un ensemble de profils réellement prédictifs vaut de l’or pour tout annonceur, qu’il soit commercial, politique ou idéologique. Un tel ensemble, où chaque individu est constitué de plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de points, garantit à son acheteur un taux de rentabilité de ses activités publicitaires / de propagande / de désinformation très nettement plus favorable que la communication générique d’antan avec le même message pour tout le monde.

Aujourd’hui en effet, chaque profil reçoit des messages taillés en fonction de ses propres caractéristiques, expériences, états d’âme du moment. On connait tous le phénomène de la recherche Google sur la Grèce (ou ailleurs) qui voit débarquer dans son sillage une suite de publicités pour des voyages vers ces pays, mais c’est beaucoup plus subtil que cela.

Le capitalisme de surveillance a pour objectif de nous enfermer toutes et tous dans des bulles de certitudes permettant de prédire nos comportements avec la plus grande précision – précision qui fait la valeur marchande des données ainsi revendues aux annonceurs et exploitants en tous genres, commerciaux, institutionnels ou idéologiques, les vrais clients des GAFAM.

Ces bulles sont particulièrement visibles, aujourd’hui, dans la polarisation à outrance du débat politique. A force de n’être nourri que de certitudes fournies par nos profils, à force de messages qui renforcent systématiquement nos penchants « naturels » afin de maximiser la prédictibilité de nos comportements, tout devient manichéen et toute opinion autre que la nôtre devient inacceptable, limite inhumaine.

Nos comportements sont ainsi analysés et vendus à notre insu afin de générer des profits financiers ou politiques pour des tiers, à notre insu toujours au sens où nous pensons effectuer des choix éclairés alors que nous ne faisons que réagir selon un schéma prédictible. En échange nous bénéficions d’une valeur d’usage d’un certain nombre de services, dont certains peuvent aujourd’hui sembler indépassables (mails, réseaux sociaux, applications mobiles en tous genres qui nous facilitent la vie).

Un contrat faussé.

Le contrat est-il équitable? Très clairement il ne l’est pas car d’une part nous ne sommes pas conscients du prix caché des services que nous consommons (la perte de notre liberté de choix, de notre capacité critique, le coût de la polarisation sociale, de la violence et de la désinformation), et d’autre part, en qualité de « matière première » de cette industrie, nous ne sommes pas rémunérés à la hauteur des bénéfices qui sont réalisés sur notre dos.

Il va de soi que la première ligne de défense face à ce racket consiste à diminuer le flux de données que nous lui fournissons, sachant que le fermer complètement relève d’une radicalité peu envisageable pour la plupart d’entre nous (5). Ne pas activer le GPS de nos téléphones sauf nécessité, ne jamais activer les services vocaux de nos équipements (et ne JAMAIS acheter d’enceintes « intelligentes » bien sûr, celles qui vous écoutent jour et nuit), occulter les webcams de nos ordinateurs, utiliser tant que faire se peut des services en ligne réputés « propres » et cryptés sans backdoors, arrêter avec les selfies (6) et évidemment éviter les messageries en ligne pour nos conversations sensibles.

Vu la sophistication croissante et l’omniprésence des services en ligne, vu l’arrivée prochaine de la 5G qui permettra, en plus de nous griller les neurones, de transformer en mouchard le moindre lampadaire, le moindre ustensile électrique ou gadget électronique, cette première ligne de défense est très largement insuffisante et il va falloir confronter le capitalisme de surveillance à un niveau supérieur.

Cela ou accepter que la civilisation humaine ne suive l’un des deux modèles qui se présentent aujourd’hui devant elle: d’un côté celui de la Chine, un vaste peuple conditionné et automatisé aux mains d’une petite élite richissime et dotée de pouvoirs sans limites. De l’autre celui des USA, une vaste et sanglante jungle où vivent des tribus primitives servant de matière première à une classe de grands prédateurs planqués dans les sous-sols de la NSA, du Pentagone, de Google et de Tesla.

Pour Soshana Zuboff la solution passe par une réglementation spécifique des GAFAM et associés: soit un accès par abonnement, donc payant, et l’arrêt de la collecte des données des utilisateurs. Soit leur transformation en service public, le service étant alors financé par l’impôt.

A titre personnel je doute fort que ceci soit réaliste ou suffisant. Les services payants existent mais peu de gens les utilisent et il y aura toujours, de la part de la majorité de la population, la tendance à préférer des services gratuits mais susceptibles de surveillance au nom de l’illusion absolue que cela n’est pas grave si l’on a rien à se reprocher.

Quant au service public, la NSA et la police sont des services publics, sans parler de la « sécurité routière » et du racket des radars (7) donc ce statut ne garantit rien du tout en termes de respect des données personnelles. Outre la corruption morale inhérente aux classes technocratiques qui considèrent que l’efficacité sociale justifie tous les moyens, la corruption financière par ceux qui tirent profit du vol de données restera toujours un risque majeur.

La lutte contre le capitalisme de surveillance passe donc par la lutte contre la corruption, contre la technocratie, contre l’illusion sécuritaire. Elle est le symptôme de l’étape actuelle dans la progression technologique et sociale de l’humanité, ce moment où les outils promis à l’émancipation des populations se sont retournés contre elles du fait de la disparition de la dignité au profit du gain. Le combat sera donc, avant tout, d’ordre moral.

Bonus ajouté le 22 janvier: cette épisode de Interdit d’interdire, sur RT avec Frédéric Taddéï sur la surveillance de masse. Tout y est dit.

Liens et sources.

(1) https://www.theguardian.com/us-news/the-nsa-files

(2)

(3)

(4) https://frenchtreasuryintheus.org/fr/nous-avons-lu-the-age-of-surveillance-capitalism-de-shoshana-zuboff/

(5)

(6)

(7) https://detours.canal.fr/selon-la-cnil-certains-radars-du-gouvernement-sont-carrement-hors-la-loi/?fbclid=IwAR03_FjgOI-k0rwNaBQ75QU_GtuAWIaEjGMiyX4njYOzE01ur7G3Tak0qtg

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

19 réponses

  1. Elysbeth 2

    Connaissez vous l’affaire Intiative Integrity ??

    https://wikispooks.com/wiki/Document:Integrity_France
    https://fdik.org/Integrity_Initiative/
    https://fdik.org/Integrity_Initiative/392195457-France-Cluster.pdf

    Table ronde des équipes par pays : https://fdik.org/Integrity_Initiative/392195321-Cluster-Roundup-Jul18.pdf
    Financement par la Grande Bretagne : https://fdik.org/Integrity_Initiative/k0584-00.pdf

    Le tout dévoilé par des anonymes ayant dénoncé ce groupe secret qui lance des mensonges accusants des personnes indépendantes, gênantes pour le système.

    https://wikispooks.com/wiki/%27Anonymous%27 leurs révélations sur méfais de l’Empire Occidental :
    https://wikispooks.com/wiki/Category:Reports
    Historique de la création de l’équipe française..

    Premier contact en France début 2016 avec des représentants du Centre d’Analyses, Prévision et Stratégie (CAPS) du ministère français des Affaires étrangères qui ont permis au personnel du II de briefer les chargés de mission du MOD / MFA et des services concernés par le russe influence malveillante sur le système politique français.

    Sur recommandation du II, le MAE a parrainé un programme à l’IFRI à Paris pour étudier l’influence russe. II a continué à alimenter le CAPS en informations informelles sur cette question et le MAE français a invité les participants au programme II à assister à certains de ses événements publics et privés traitant de la désinformation russe
    .
    Par ailleurs, un cluster a été créé indépendamment du gouvernement, sur la base d’une organisation à but non lucratif nouvellement créée, dirigée par une personne qui est chargée de cours à l’HEDN.
    Elle a un réseau étroit de personnes qui connaissent et s’intéressent à l’influence russe en Europe centrale et orientale, ainsi qu’en France.

    Le principal moyen d’influence du cluster est de sélectionner des journalistes et des universitaires qui produisent des articles et des documents de politique. Un membre du cluster, professeur à la Sorbonne, a réalisé des analyses de l’influence russe dans le système politique français.
    la méthode secondaire de diffusion est un réseau de groupes de discussion sur les affaires internationales opérant dans les provinces villes jusqu’à 200 km de la capitale.

    Il existe un lien académique avec l’Université de Lorraine où le pôle promeut l’étude de la désinformation russe. Le chef de file est régulièrement invité à des ateliers pertinents organisés par le CAPS.

    Réunion CND Paris & Brussels 2-4 May 2016 :
    Paiement pour Mme Thom et ces acolytes :
    https://www.pdf-archive.com/2018/12/13/invoice2/invoice2.pdf
    https://www.pdf-archive.com/2018/12/13/cnd-paris–bxl-may-2016-v2/cnd-paris–bxl-may-2016-v2.pdf
    https://www.pdf-archive.com/2018/12/13/the-institute-for-statecraft-expert-team-v-3/the-institute-for-statecraft-expert-team-v-3.pdf

    Etude sur la propagande anti-syrienne en défense de la rebellion :
    http://syriapropagandamedia.org/working-papers/briefing-note-on-the-integrity-initiative
    http://syriapropagandamedia.org/working-papers/briefing-note-on-the-integrity-initiative#relationships-of-the-integrity-initiative-to-other-organizations

    Manuel Lafont Rapnoul responsable de l’unité a Paris ..Matthieu Boulègue tous deux en lien avec l’ECFR https://www.iris-france.org/chercheurs/manuel-lafont-rapnouil/

    Alliés anti-russes et Fondation Hermitage : Hermitage Fund Two emails: William Browder, Vadim Kleiner. Bill Browder recherché en Russie pour le pillage de l’économie dans les années 1998 a 2000.

    https://www.wsws.org/fr/articles/2018/12/07/inge-d07.html & https://www.wsws.org/fr/articles/2018/12/12/acor-d12.html

    https://www.wsws.org/fr/articles/2019/01/08/skri-j08.html Rudy Reichstadt le censeur fait partie de Cluster France :
    https://wikispooks.com/wiki/Rudy_Reichstadt J’ai des doutes sur Cambridge Analytica, ils n’ont pas digéré le vote Trump et inventerons, créeront des tas d’histoires pour le démettre…

    Bien a vous .

      1. Elysbeth 2

        Plus ou moins, voyant que cette « enquête » est médiatisée, (avec de prétendus lançeurs d’alerte) il y a des chances qu’ils veuillent nous faire comprendre que désormais tout vote, élections seraient sujet à caution.

        Là on accuse des proches de Trump, voir même ceux pour le Brexit d’avoir manipulé le vote a travers l’astrosurfing ou manipulations .

        Ce qui pourrait donc invalider les résultats ?
        A qui profite le crime ? Et oui c’est facile de prétendre que le système a été hacké par des malfaiteurs, voir des russes dans l’opération Trump (russiagate) qui fait pshittt au final !
        ..
        IL suffit de lire partout que les russes, altrights, et méchants sont derrière les macronleaks aussi. Tout le monde va accuser la « main de l’étranger, l’extrême droite » dès lors que les résultats du vote ne corresponds pas a ce qui était attendu.

        Ils oublient par contre de parler de l’affaire Intiative Integrity sauf certains médias ou la réellement il y a eu des campagnes de manipulations (diffamations en prime) pour écarter le candidat gênant. (Corbyn ) afin de s’assurer du « bon vote » !

        Je lis des fois le site CW parce que justement Rudy reçoit des « dossiers » a faire au moment donné, coordonné avec ceux de l’Union européenne, et c’est là qu’on comprends qu’il n’écrit pas ces mensonges, diffamations 3par hasard », mais bien au signal venu du site lié a Atlantic Council ou Stratecraft.

        https://en.wikipedia.org/wiki/Institute_for_Statecraft Il est rémunéré pour ça . Il ne s’en vante pas de cette affaire.
        Pour les prochaines élections il ya des chances qu’ils réactivent la « main des russes » si les résultats ne sont pas à la « hauteur » selon leurs vues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.