Emmanuel Macron, un désastre français.

Selon les médias, les Français ne s’intéressent pas à la campagne présidentielle. Ou pas assez, ce qui fait craindre (ou espérer) une abstention record pour un évènement électoral majeur (1). Cet apparent désintérêt est sans doute le couronnement de l’expérience macroniste, une entreprise de destruction massive de la société française via la corruption, la désinformation, la violence policière et institutionnelle, et l’abrutissement par deux années de gestion débilo-hystérique (2) de la crise Covid se terminant sur une addiction à un système de ségrégation absurde, dit « pass vaccinal », que seule la secte covido-fasciste (Macronie et ses alliés politiques, institutionnels, médiatiques et pseudoscientifiques) ose encore associer à une quelconque utilité « sanitaire ».

Cette situation est-elle surprenante? Non, et il suffit de retourner lire les analyses de 2017, au moment de la dernière campagne électorale, s’interrogeant sur la nature de ce phénomène Macron, pour se rendre compte que la seule surprise porte sur le degré de violence de ce régime, une violence magnifiée par les « 33 tonnes imprévus » que sont les Gilets jaunes et le Covid.

Extrait de l’article « Pourquoi Macron? » publié en mars 2017:

L’argument entendu partout est que Macron est le mieux placé pour faire barrage au FN. Est-ce que le simple fait de faire barrage au FN fait un programme politique? Il semble que oui, mais en fait non. En fait c’est là où la politique du néant, la non-existence, la non-proposition, la protection du status quo des rentiers du système érigée en farce force politique, dont les bénéficiaires n’hésitent pas à s’auto-congratuler pour leur courage, leur dévouement à la cause républicaine, leur abnégation politique pour sauver la France, détruit l’idée même de la Politique, celle avec un grand P. Là nous sommes dans la manœuvre politicienne, la défense d’intérêts bien compris, l’utilisation de l’épouvantail lepéniste pour se maintenir à flot, voire faire implémenter des politiques auxquelles on croit mais que l’on ose pas proposer soi-même.

https://zerhubarbeblog.net//03/09/pourquoi-macron/

Quelles étaient ces politiques? Elles sont résumées dans la « lettre aux Français » que publia Macron en janvier 2019, prélude au « Grand débat » dont les conclusions furent vite reléguées aux oubliettes dans la foulée de l’incendie de Notre-Dame (3) puis du Covid:

Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu’il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse, car l’un va avec l’autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l’emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu’il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours que nous devons rebâtir une souveraineté industrielle, numérique et agricole et pour cela investir dans les savoirs et la recherche. Je pense toujours qu’il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n’a pas changé.

https://zerhubarbeblog.net/2019/01/13/la-lettre-aux-francais-demmanuel-macron/

Corruption et mensonge, les mamelles de la Macronie.

Quand Macron parle d’un projet plus juste et plus efficace, c’est au sens technocratique du terme, au sens où l’humain s’efface devant l’efficacité managériale et où la justice ne reflète que les intérêts des bénéficiaires, dont bien entendu ses puissants amis. Ceux-là qui entourent et financent Macon, qui dirigent les grands médias, et dont le réel hors-sol est totalement déconnecté des réalités populaires, de ce « peuple » dont la finalité est, pour eux, la soumission par QR code interposé.

L’affaire Alstom est un bon exemple de cette corruption profonde, de ce mensonge permanent inhérent à la Macronie et, plus largement, à ceux et celles genre Hidalgo ou Pécresse qui se verraient bien utiliser les mêmes méthodes pour les mêmes bénéfices.

Voici une séquence parlante par une jeune analyste, mais je conseille également le livre d’Arnaud Montebourg, « L’Engagement », pour une plongée dans ce monde qu’il aura lui-même côtoyé de près lorsqu’il était ministre de l’économie sous Hollande, avant son remplacement par … Macron (4).

Du Duce à Jupiter.

A nouveau, ceci était visible dès le départ avec l’approche autoritariste, verticale, « jupitérienne » d’un chef de bande néolibéral au service de ses clients et financeurs. Macron est, en cela, descendant (et pas le seul) du fascisme originel, celui de Mussolini:

Fondamentalement, le fascisme s’inscrit dans la possédantes qui refusent depuis tout le XIXème siècle la participation des masses à la vie politique, qui refusent l’existence des syndicats comme contraire à la propriété privée, qui refusent les droits de l’homme et du citoyen, qui refusent le pluripartisme et la liberté d’association. Parmi les courants (légitimistes, cléricaux, pré-fascistes…) et institutions (royautés autocratiques…) porteurs de ce combat réactionnaire, le fascisme se crée comme force apte à mener la guerre civile contre les progressistes. C’est bien ce qu’affirment les statuts du Parti National Fasciste en 1927 (première phrase du préambule) « Le fascisme est une milice au service de la Nation (comprendre au service des nationalistes)… Depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui, le fascisme s’est toujours considéré en état de guerre : d’abord pour abattre ceux qui étouffaient la volonté de la Nation… Le fascisme est surtout une Foi.. pour laquelle oeuvrent, comme militants, les Italiens nouveaux, surgis de l’effort de la guerre victorieuse et de la lutte qui a suivi entre la Nation et l’anti-nation (sous-entendu la gauche)… A l’heure difficile de la veillée d’armes, les règles furent fixées par la nécessité de la bataille… Dans l’ardeur de la lutte, l’acte précéda toujours la règle.. »

https://www.gauchemip.org/spip.php?article4365

Certains termes ont changé, notamment la relation à la Nation qui, du fait du supranationalisme des élites actuelles, est devenue une relation à une entité supra-nationale – en l’occurrence l’Europe, bien sûr, mais aussi l’internationale des puissants que l’on rencontre notamment à Davos et autres club Bilderberg.

Le fond, lui, reste: l’usage systématique de la violence des milices envers toute opposition politique, l’inexistence de toute alternative et l’obligation à l’adaptation (le TINA de Thatcher) (5), la référence à la guerre (le fameux « Nous sommes en guerre » utilisé pour légitimer la soumission à l’absurde) et à « l’anti-nation », aujourd’hui celle du Gilet jaune ou du non vacciné que le régime éborgne, emmerde ou déchoit de ses droits selon le bon plaisir du Duce Prince.

Pervers en chef.

Ce fond, c’est aussi le piétinement de l’Etat de droit en fonction des intérêts du régime, une mise en touche rendue possible par la corruption des censées garantir les nécessaires contre-pouvoirs propres à une réelle démocratie, que la France n’est plus:

« En Europe, l’Espagne passe ainsi en 2021 du statut de « démocratie complète » à « démocratie défaillante », rejoignant la France qui a ce statut depuis 2020. Les États-Unis, Israël et l’Afrique du Sud figurent également dans cette catégorie. La Suède, le Luxembourg et le Royaume-Uni (qui perd cependant deux places et se rapproche des démocraties défaillantes) sont dans la première catégorie du classement, tout comme la Corée du Sud, le Japon, Maurice ou le Costa Rica. »

https://www.lepoint.fr/societe/en-2021-la-france-est-restee-une-democratie-defaillante-10-02-2022-2464209_23.php

Ce fond, enfin, relève d’une Foi dans la supériorité ontologique du techno-totalitarisme, « La voie du QR code et de la matraque » pourrait-on dire. Une Foi enracinée dans un substrat eschatologique inversé où la Bête est là pour nous sauver (6):

« Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » .

(Apocalypse 13:16-17)

La jubilation perverse de Macron et ses sbires, ne connaissant pas de limites institutionnelles, ne connait pas de limites tout court. De Véran le Fou expliquant à la commission sénatoriale qu’il est parfaitement normal d’avoir des mercenaires de McKinsey, grassement payés par l’argent public, au cœur même de la politique sanitaire française (7), à un Président qui veut « emmerder les Français » qu’il est censé représenter et unir dans cette « guerre », on assiste à un théâtre de basse-cour où le roi est nu, mais maintient ses privilèges grâce à la subversion des et des milices armées dont le rôle, depuis au moins l’ère Sarkozy, est avant tout la protection du pouvoir et de ses intérêts, loin devant toute idée de service public (8).

La risée du monde.

A l’étranger, Jupiter n’aura fait qu’aller de ridicule en déconvenues. Certes je lui reconnais un éclair de lucidité dans sa déclaration que l’Otan est en état de mort cérébrale, mais je regrette alors qu’il n’agisse pas en fonction, et n’en sorte. Hors cela, sa politique africaine est un désastre, son populisme suite au drame libanais une vaste farce, son intervention récente sur le théâtre de la vraie-fausse crise ukrainienne (9) le sujet de moqueries sans fin, au point que même le New York Times se payait récemment sa tête avec un article intitulé « Emmanuel Macron, encore un président français raté » (10).

L’économiste de la catastrophe.

Ah, ce « magicien de la finance » tant vanté par sa cour d’emplumés, ce banquier gestionnaire qui allait remettre les choses d’aplomb en tant que président après avoir tout raté en tant que ministre de l’économie.

Le « quoi qu’il en coûte », associé à la « guerre contre le virus » qui s’est rapidement transformée en guerre contre la population – mais il faut faire partie des non hypnotisés (11) pour s’en rendre compte – , est sans doute l’exemple le plus extraordinaire de siphonnage massif de l’argent public vers les poches des amis de la Macronie.

Un hold-up sans précédant, mené conjointement pas de nombreux régimes politiques avec l’aval des banques centrales, ayant permis d’acheter le consentement de dizaines de millions de gens en faveur d’une gestion covidienne catastrophique sur tous les plans, mais incroyablement bénéfique pour Big Pharma, McKinsey, les Gafam et la spéculation financière gavée de l’argent des « plans de relance » dont les conséquences se font désormais sentir: dette publique abyssale, taux d’intérêts qui remontent et accentuent la pression fiscale, balance commerciale définitivement dans le rouge.

Cette vidéo très pédagogique de Marc Touati, analyste financier, met les points sur les i:

Certes, à en lire la présentation faite en septembre 2021, le plan de relance français visant à « refaire » les 100 milliards « perdus » du fait de la gestion désastreuse du Covid va dans le bon sens: 30 milliards pour le « verdissement » de l’économie, 35 milliards pour la compétitivité, et 35 milliards pour la cohésion sociale et territoriale (12). Mais qui peut encore croire qu’un régime aussi nul, aussi corrompu fera bon usage de cette somme?

Une bonne partie disparaitra dans les poches des « cabinets de conseils » et autres prédateurs proches du régime, une autre dans les équipements de la milice (13) pour faire face aux inévitables troubles sociaux que l’inflation et les futures restrictions autoritaires « écologistes » vont engendrer, pendant que des sommes folles (à hauteur de un milliard d’euros par mois) sont gaspillées dans des campagnes de dépistage débiles (14).

Une « gestion » dont les seuls objectifs compréhensibles sont, d’une part, le maintien d’un climat anxiogène via des chiffres délirants permettant de justifier le pass vaccinal auprès du troupeau ségrégationniste près à revoter Macron, d’autre part l’enrichissement des labos qui alimentent la corruption de l’ensemble du système de santé.

Un système par ailleurs cassé, soumis à la technocratique, qui a réussi l’exploit de mettre à pied des milliers de soignants après les avoir envoyés au front à moitié à poil, après les avoir utilisés dans la manipulation hypocrite des applaudissements de 20h, du simple fait d’une obligation vaccinale sans fondement. Un record de bêtise que le Guinness devrait homologuer. Mais, le régime marconiste se rengorge de sa performance gestionnaire, et ça passe.

Face au désastre, que faire?

Eternelle question, éternellement sans réponse. Le système présidentiel français avantage nettement le président en place, lui qui bénéficie de moyens de campagne du fait de son statut, même (et surtout) tant qu’il ne se déclare pas candidat. Les moyens de pression institutionnels sur les petites et moyennes communes permettent de contrôler l’octroi des fameuses 500 signatures, ce qui fait que des gens qui représentent des millions d’électeurs ne sont jamais certains d’obtenir ces quelques voix (sur plus de 30 000 signataires potentiels).

En France, les candidats d’opposition préfèreront toujours perdre que de gagner en faisant des concessions. De la soi-disant extrême-gauche à la soi-disant extrême-droite, en passant par les verts et les quelques socialistes survivants, tout le monde préfère laisser gagner Macron ou son insipide alter-ego féminin, que de constituer un ou deux « tickets » où l’on mettrait de côté ses ambitions strictement personnelles au bénéfice du bien commun.

Mais non. Tous ces gens vivent très bien du système politique tel qu’il est, et ne voient aucune raison de faire autre chose que de l’éternel « moi je ». Tout ceci n’est finalement que du théâtre, qui arrange bien tout le monde.

Si le politique ne peut apporter aucun espoir, ne reste que l’innovation sociale et économique sur le terrain. Discrètement, loin des flics, du fisc et des collabos, des gens recréent des lieux de vie avec des forêts fruitières, des jardins aux essences robustes, des habitats légers et écologiques, du « low tech » permettant de se passer de la haute technologie d’importation.

Face à la corruption rampante du politique et des institutions, il ne reste guère d’autre choix, hors la guerre civile, que de créer un vaste maillage de ZAD (zones à défendre), plus ou moins autonomes. De quoi expérimenter, peut-être, cette nouvelle économie de transition décrite par, notamment, Charles Eisenstein? (15)

Une expérience de désobéissance grandeur nature.

La ségrégation en cours envers les non vaccinés permet en cela un exercice grandeur nature: les cinq millions de sous-citoyens actuels seront rejoints, dès demain, par cinq autres millions de personnes « désactivées » par une technocratie inique (16) à des fins purement politiques.

Ces sous-citoyens, résistant au fait du Prince et à la corruption institutionnelle, expérimentent d’ores et déjà une forme de vie parallèle: déni de soins, déni de transports en commun, déni de culture « officielle », déni de vie sociale traditionnelle dans les bars et cafés poussent à recréer des liens, à monter des systèmes parallèles comme CoviSoins (17), à expérimenter des formes de vies sociales et culturelles hors les murs institutionnels.

Le régime covido-fasciste alimente, malgré lui, une expérience de désobéissance passive massive, un esprit de résistance qui, parfois, se révèle au grand jour sous la forme de « convois pour la liberté » mais qui, surtout, permet de faire l’expérience de la résilience. Le pass vaccinal et son outil de soumission, le QR code, symbolisent une inacceptable infamie permettant de concentrer cette énergie vitale, énergie qui échappe totalement aux ségrégationnistes morts-vivants.

Comme le disait récemment Mathieu Slama sur le plateau de « On est en direct », face notamment à la propagandiste Léa Salamé:

« Le pass sanitaire est l’une des inventions politiques et juridiques les plus monstrueuses jamais inventées dans une démocratie. »

Le régime va retirer, momentanément du moins, son infâme pass au moment de l’entrée en campagne « officielle » du pervers jupitérien, manœuvre politicienne de bas étage s’il en est, où ce dernier pourra clamer l’honneur de la « libération des Français » d’un joug qu’il aura lui-même imposé. Nul doute que les ségrégationnistes applaudiront leur Sauveur, dans l’attente d’un retour prochain à ce nouveau normal agricole, visiblement sécurisant pour les esprits faibles.

Que Emmanuel Macron repasse ou pas, finalement, n’aura que peu d’influence: les dommages sociaux, politiques et économiques sont là, et le ou la suivante devra faire avec, et ne fera sans doute rien de bien différent que ce que ferait Macron car contraint par toutes sortes d’impositions extérieures: coût de la dette, prix de l’énergie, politiques étrangères des USA et de la Chine désormais associée à la Russie (18). A part peut-être Mélenchon je ne vois pas qui, parmi les candidats et candidates actuelles, aurait le courage et l’expérience politique pour tenter une sortie par le haut.

Le bilan d’Emmanuel Macron, lui, se fera soit d’ici quelques mois soit d’ici quelques années, mais j’espère toujours que la gestion inique des Gilets jaunes puis de la crise covidienne fera un jour l’objet d’analyses politiques sérieuses, voire de procès où non seulement lui, mais de nombreux acolytes tel que Olivier Véran, Jean Castex, Edouard Philippe, Laurent Fabius, Agnès Buzyn (19), Jean-François Delfraissy, Alain Fischer et consorts seront fermement placés dans le box des accusés pour corruption, abus de pouvoir et trahison.

Liens et sources:

(1) https://www.ladepeche.fr/2022/01/14/presidentielle-2022-vers-une-abstention-record-de-toute-lhistoire-de-la-veme-republique-10046407.php

(2) https://zerhubarbeblog.net/2021/05/09/vivre-sous-un-regime-debilo-hysterique/

(3) https://zerhubarbeblog.net/2019/04/16/le-feu-de-notre-dame-un-impensable-symbole/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2021/02/01/arnaud-montebourg-et-la-demondialisation-politique/

(5) https://zerhubarbeblog.net/2019/04/26/critique-de-linjonction-a-sadapter/

(6) https://zerhubarbeblog.net/2022/01/24/la-force-notre-dame-la-bete-lantechrist-et-macron-billet-sithuationniste/

(7)

(8) https://zerhubarbeblog.net/2020/03/09/lennemi-de-linterieur-ou-lhistoire-dramatique-dune-police-corrompue/

(9) https://zerhubarbeblog.net/2022/01/25/lukraine-une-bequille-pour-lotan/

(10 https://www.nytimes.com/2017/09/07/opinion/emmanuel-macron-popularity.html?_r=0

(11) https://zerhubarbeblog.net/2022/01/06/du-covid-a-la-formation-psychotique-des-masses/

(12) https://www.magazine-decideurs.com/news/plan-de-relance-100-milliards-de-perdus-100-milliards-de-retrouves

(13) https://www.journaldugeek.com/2022/01/25/la-surveillance-de-masse-par-drones-policiers-devient-legale-en-france/#:~:text=Les%20forces%20de%20l’ordre,pour%20la%20surveillance%20de%20masse.&text=Utiliser%20des%20drones%20policiers%20pour,responsabilit%C3%A9%20p%C3%A9nale%20et%20s%C3%A9curit%C3%A9%20int%C3%A9rieure%20%C2%BB.

(14) https://www.lefigaro.fr/social/covid-19-le-cout-des-tests-de-depistage-a-t-il-vraiment-depasse-un-milliard-d-euros-par-mois-20220125

(15) https://zerhubarbeblog.net/2021/11/05/une-nouvelle-economie-pour-lere-des-transitions/

(16) https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-vaccinal/covid-19-4-a-5-millions-de-francais-vont-perdre-leur-pass-vaccinal-a-partir-du-15-fevrier_4950408.html

(17) https://covisoins.fr/

(18) https://zerhubarbeblog.net/2022/02/07/4-fevrier-2022-premier-jour-de-lere-de-la-domination-sino-russe/

(19) https://zerhubarbeblog.net/2021/01/06/oms-les-gates-of-heaven-souvrent-pour-agnes-buzyn/

A propos Vincent Verschoore

Animateur de Ze Rhubarbe Blog depuis 2008.

5 réponses

  1. Pour justifier sa relance du nucléaire, le président français prétend s’être appuyé sur une lecture rigoureuse des experts de l’Ademe. Mais il a écarté les analyses provenant de cet organisme, parce qu’il ne va pas dans le sens de l’atome à tout-va. Et il se joue des rapports RTE.

    https://reporterre.net/M-Macron-manipule-les-expertises-pour-faire-avaler-le-nucleaire?utm_source=newsletter&amp%3Butm_medium=email&amp%3Butm_campaign=nl_quotidienne

  2. Jean

    Je plussoie sans restriction. Et souhaitons que les hypnotisés se décillent enfin. J’avoue que je n’ai guère d’espoir mais ne baissons pas les bras avant d’avoir livré bataille, on ne sait jamais.
    Bravo pour votre blog jamais décevant et revigorant intellectuellement et spirituellement.
    Bonne continuation, cher Monsieur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.